Des écarts plus importants entre les écuries avec le règlement 2022 ?

Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, estime que le peloton de la Formule 1 risque d'être "totalement dispersé" par l'entrée en vigueur du règlement 2022.

Des écarts plus importants entre les écuries avec le règlement 2022 ?

Suite à la pandémie de COVID-19 et pour éviter aux écuries de trop importantes dépenses en période de crise, la F1 a repoussé l'entrée en vigueur de la révolution technique à 2022 et instauré un gel partiel des monoplaces en 2021. Tout cela a malgré tout contribué au maintien de la tendance vue ces dernières saisons, à savoir un resserrement des performances entre les écuries au fur et à mesure.

Par exemple, lors des qualifications du Grand Prix d'Émilie-Romagne, les huit premiers pilotes, appartenant à cinq écuries différentes, se tenaient en moins d'une demi-seconde. Six mois plus tôt, sur la même piste d'Imola, seul Lewis Hamilton était dans la même demi-seconde que le  temps du poleman d'alors, Valtteri Bottas.

Lire aussi :

Même si la réglementation technique 2022 (en plus de la réglementation financière entrée en vigueur à partir de 2021) introduit un certain nombre d'éléments visant à resserrer les performances pour éviter de trop grandes disparités ainsi qu'une standardisation plus importante, d'aucuns craignent que ce changement majeur ne bouleverse l'équilibre des forces qui s'est peu à peu mis en place.

Pour Toto Wolff, directeur de Mercedes, le risque est important de voir de plus grands écarts entre les monoplaces la saison prochaine. "Si vous conservez les règles, le peloton converge", a déclaré l'Autrichien. "Pour ceux qui sont devant, les gains deviennent de plus en plus réduits, même en déployant plus d'efforts. Et à un moment donné, les équipes qui sont derrière vont également suivre cette courbe de progression rapide, et ensuite il y a la convergence."

"Si vous regardez les qualifications [d'Imola], c'est tip-top – la façon dont je l'ai ressenti, c'était la direction qu'il fallait prendre. Je vous promets que l'année prochaine, nous aurons une autre situation avec un peloton totalement dispersé. Peut-être pas avec Mercedes en tête, mais certainement un retour à la case départ."

Lire aussi :

La lutte est notamment intense, en ce début de saison, en tête du peloton, puisque Red Bull a profité des nouvelles règles et du travail de Honda pour faire au minimum jeu égal avec Mercedes qui a pourtant nettement dominé 2020 ; les deux écuries ont signé une pole et une victoire chacune lors des deux premiers Grands Prix de 2021. "Nous sommes derrière Red Bull en ce moment, dans tous les domaines de la voiture", a pour sa part estimé Wolff.

"Nous devons d'abord rattraper notre retard. Je pense que les dieux de la course ont été gentils avec nous à Bahreïn, nous avons tiré le maximum de la voiture [pour gagner]. C'était bien en course. Si tout fonctionne correctement et que tout le monde reste irréprochable [en qualifications], nous sommes deux dixièmes derrière Max [Verstappen] sur la grille, et non devant."

"Mais dans le sport, tout se passe toujours différemment, et Lewis a vraiment réalisé un super tour [à Imola]. C'est pourquoi il était en tête. Nous tirons tout ce que nous pouvons contre ce que nous pensons être un meilleur package [chez] Red Bull."

partages
commentaires

Voir aussi :

Mazepin a "la chance" d'avoir Schumacher comme équipier
Article précédent

Mazepin a "la chance" d'avoir Schumacher comme équipier

Article suivant

McLaren veut davantage d'essais de pré-saison en 2022

McLaren veut davantage d'essais de pré-saison en 2022
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021