Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
48 jours
09 mai
Prochain événement dans
66 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
97 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
104 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
122 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
139 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
153 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
181 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
188 jours
12 sept.
Course dans
195 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
209 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
213 jours
10 oct.
Course dans
223 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
237 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
244 jours
07 nov.
Course dans
251 jours
Souvenez-vous !
Dossier

Souvenez-vous !

C'était un 26 novembre : Bernie et l'idée des médailles

Il y a onze ans jour pour jour, Bernie Ecclestone, alors grand patron de la Formule 1, jetait un pavé dans la mare avec une idée qui avait beaucoup fait parler ! Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

partages
commentaires
C'était un 26 novembre : Bernie et l'idée des médailles

Ressortons des cartons une anecdote ayant failli changer profondément la manière dont est désigné le Champion du monde de Formule 1... À moins qu'il ne s'agisse exactement de ce qui s'est produit ?

Nous sommes en 2008, et se tient une conférence de presse importante en présence de Bernie Ecclestone annonçant l’entrée en jeu du géant coréen LG en tant que partenaire officiel et sponsor de la Formule 1. C’est à cette occasion que le grand argentier de la F1 prend le temps de répondre à quelques questions au sujet de ses récentes déclarations concernant son désir de mise en place d’un système de médailles aux trois premiers de chaque Grand Prix.

Lire aussi :

Mais la surprise est de taille : selon Ecclestone, ce système n’est pas seulement une idée fantaisiste mais bien une mesure validée pour la saison 2009 par les équipes elles-mêmes et en attente d’une ratification formelle par le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA, où l’idée est accueillie avec fraîcheur.

"Ça va venir", assurait alors Ecclestone, de qui l’idée émanait directement. "Toutes les équipes sont satisfaites. La raison principale vient du fait que j'en ai marre d'entendre les gens dire qu'il n'y a pas de dépassements. S'il n'y a pas de dépassements, ça n'a rien à voir avec les circuits ou les personnes impliquées, c'est juste que les pilotes n'ont pas besoin de doubler."

Une idée pour stimuler le spectacle devant ?

L’argument d’Ecclestone concernait le fait que la victoire n’était tout simplement plus assez valorisée en F1.

"Si vous menez la course et que je suis second, je ne vais pas prendre ma chance et risquer bêtement de sortir de la route, ou quelque chose de ce genre, pour prendre deux points supplémentaires. Si j'ai besoin de le faire pour remporter une médaille d'or, parce que celui qui aura le plus de médailles gagnera le Championnat du monde, alors je le ferai. Je vous dépasserai. Cette année [2008], nous avons vu à plusieurs reprises Lewis [Hamilton] ne pas dépasser Massa pour cette raison."

Bernie Ecclestone, président d'honneur de la Formule 1

La crainte feinte d’Ecclestone, avec le barème en place, était de voir un pilote émerger comme un candidat au titre sans le panache de la victoire, en se montrant très régulier avec des places d’honneur tout au long de la saison, comme en faisait la démonstration Mikko Hirvonen en WRC contre Sébastien Loeb.

La crainte inverse existait pour les sceptiques, qui estimaient qu’un champion pouvant théoriquement être couronné en remportant seulement quelques courses mais abandonnant sur toutes les autres était au moins aussi néfaste pour le sport.

Une intention cachée

Mais en habile joueur d’échecs, Ecclestone faisait en réalité beaucoup de bruit pour faire avancer un autre système ! Marionnettiste habile, le grand argentier de la Formule 1 désirait en réalité faire évoluer le barème de points de l’époque (10/8/6/5/4/3/2/1 pour les huit premiers) en un nouveau système récompensant plus de monde tout en primant plus fortement la victoire avec un écart de points important entre les deux premières positions.

Pour avoir une chance de le faire passer en douceur auprès des équipes, de la FIA et du public, l’Anglais agitait donc la cape rouge dans l’arène et prônait l’exact opposé avec seulement trois pilotes récompensés en fin de Grand Prix !

Même si certaines équipes soutenaient en effet la proposition de médailles d’Ecclestone, le désir et le besoin de visibilité des constructeurs et sponsors impliqués était tout autre : il fallait au contraire un barème récompensant les concurrents par des points aussi loin que possible dans la hiérarchie pour créer des thématiques et enjeux en milieu et fond de peloton. L'importance était de donner la visibilité médiatique nécessaire à des batailles pour la dixième place à l’arrivée. Et ainsi, assurer la pérennité de certaines structures évoluant dans le ventre mou du plateau, sans pour autant aider les toutes petites nouvelles équipes low-cost tant méprisées...

Sakon Yamamoto, HRT F1 F110-02, Jarno Trulli, Lotus T127 Cosworth, Timo Glock, Virgin VR-01 Cosworth

Une idée ayant germé

En réponse au débat lancé, la F1 se pressa de passer pour 2010 un nouveau barème de points satisfaisant les parties impliquées avec 25 points pour le vainqueur, et se déroulant jusqu’à la dixième place. Ecclestone assuma le rôle de cygne noir et força même la caricature, sachant avoir eu le dernier mot.

Ce barème est toujours en vigueur aujourd’hui et a été uniformisé dans toutes les disciplines FIA. Mais Ecclestone avait toutefois fini par se convaincre de certains de ses arguments initialement factices et goûtait au rêve de voir plus de dépassements devant en F1 et quelques autres artifices pour faire durer le suspense au championnat.

C’est ainsi qu’arrivèrent d’autres mesures, validées de concert avec les équipes, sur les exigences de dégradation accélérée des pneus Pirelli, du retour du KERS (avant l'entrée dans l'ère hybride), de l’introduction du DRS, ou encore des points doublés de la finale d’Abu Dhabi en 2014 !

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W05, fête son titre de Champion du monde en passant la ligne

Accrochage Vettel-Leclerc : "Le perdant c'est toujours l'équipe"

Article précédent

Accrochage Vettel-Leclerc : "Le perdant c'est toujours l'équipe"

Article suivant

Haas devrait être "le meilleur des autres"

Haas devrait être "le meilleur des autres"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Guillaume Navarro
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
14h
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021
Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon Prime

Qualifs sur un tour : l'échec d'une idée qui avait du bon

Apparues en 2003 en Formule 1, les qualifications sur un tour suscitèrent controverse et bricolage absurde. Pourtant, elles auraient pu faire la part belle à quelques principes malheureusement vite oubliés.

Formule 1
21 févr. 2021
Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté Prime

Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté

Alors que Honda s'apprête à quitter la Formule 1 (encore une fois !) fin 2021, retour sur les exploits d'un autre constructeur japonais qui a dépensé trop d'argent, s'est adapté trop lentement, a trop peu accompli et est parti trop tôt à cause d'une crise économique...

Formule 1
20 févr. 2021
Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1 Prime

Comment AlphaTauri s'est adapté aux nouvelles règles F1

AlphaTauri a présenté son AT02, et une nouvelle livrée, avec la volonté de s'installer dans la bataille du milieu de peloton. Même s'il y a peu de pièces totalement nouvelles sur le rendu informatique, quelques indices indiquent sans doute des changements à venir...

Formule 1
19 févr. 2021
Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5 Prime

Quand Ocon faisait une apparition infructueuse en FR3.5

Dans son ascension vers la Formule 1, Esteban Ocon a fait une apparition en Formule Renault 3.5 en parallèle de sa campagne victorieuse en F3 Europe. Ses deux meetings dans la discipline n'ont pas été couronnés de succès mais lui ont beaucoup appris.

Formula V8 3.5
18 févr. 2021