Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
12 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
20 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
34 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
69 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
82 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
104 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
118 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
125 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
139 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
153 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
181 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
188 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
202 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
209 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
223 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
237 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
244 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
258 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
272 jours

Russell s'est fait doubler "comme s'il était à l'arrêt"

partages
commentaires
Russell s'est fait doubler "comme s'il était à l'arrêt"
Par :
18 avr. 2019 à 16:00

À l'issue des trois premiers Grands Prix du championnat, le constat d'impuissance reste le même pour George Russell au volant d'une Williams FW42 en cruel manque de performance.

Si George Russell a occupé pendant cinq tours la 12e place du Grand Prix de Chine au volant de sa Williams, à la faveur d'un début de course solide et des arrêts au stand de concurrents devant lui, le fait est que sa monture n'était pas davantage au niveau que lors des épreuves précédentes, ou du moins très peu.

Lire aussi :

Les FW42 étaient à une seconde de leur plus proche rivale en qualifications ; Russell s'est finalement classé avant-dernier devant son coéquipier sous le drapeau à damier, certes après avoir longtemps bataillé avec la Toro Rosso de Daniil Kvyat et la McLaren de Lando Norris... qui étaient toutes deux endommagées après leur accrochage du premier tour.

Ainsi, Russell s'est fait dépasser à neuf reprises lors de cette course, plus que tout autre pilote. "Je ne regardais même pas, à vrai dire", confie le Britannique. "La différence de rythme est si grande qu'ils me doublaient comme si j'étais à l'arrêt. Ce n'est pas vraiment une surprise, nous savons quel est notre rythme, et mon travail est d'en tirer le maximum."

"En revanche, j'étais vraiment satisfait de mon premier relais : j'ai creusé un large écart sur Robert [Kubica, son coéquipier], et à ce stade, il est la seule personne à qui je peux me comparer." Huit secondes et demie les séparaient lorsque Russell est rentré au stand pour changer de pneus.

George Russell, Williams Racing FW42

George Russell, Williams Racing FW42

Photo de: Zak Mauger / LAT Images

George Russell, Williams Racing

George Russell, Williams Racing

Photo de: Glenn Dunbar / LAT Images

Compte tenu du manque de performance de son bolide et de son inexpérience en Formule 1, Russell ne prend pas toujours autant de risques qu'il le pourrait, d'autant qu'il déplore une certaine instabilité de sa monoplace.

"Je crois que je dois encore comprendre et respecter les limites de la voiture", explique le pilote Williams. "Parfois, on va plus vite en pilotant à 98% qu'à 100%. Comprendre la voiture est un processus d'apprentissage, et malheureusement, nous ne pouvons pas simplement en tirer le maximum car nous ne sommes pas sûrs à 100% de ce qu'elle va faire d'un virage à l'autre. Robert et moi sommes dans la même situation ; aucun de nous n'est parvenu à faire le tour parfait, car la voiture est relativement difficile à piloter."

Lire aussi :

S'il n'y aura pas de nouveau package majeur avant le début de la saison européenne, Williams disposera néanmoins de nouvelles pièces à Bakou, sur lesquelles compte Russell pour résoudre ces problèmes.

"Nous espérons que les évolutions vont nous donner quelque chose de plus conduisible", poursuit l'Anglais. "Je pense qu'il y a davantage de temps au tour à gagner avec une voiture conduisible et au comportement constant dans les virages."

"Pour l'instant, Robert et moi avons un gros problème avec la réaction de la voiture en entrée et en milieu de virage par rapport à la sortie. À chaque stade du virage, elle est différente : c'est ce qui la rend difficile à piloter. Si ces petites évolutions fonctionnent comme prévu, ce pourrait être positif, mais pour l'instant, rien n'indique vraiment que ce sera le cas."

Propos recueillis par Stuart Codling

Article suivant
Fittipaldi rejoint le DTM avec WRT

Article précédent

Fittipaldi rejoint le DTM avec WRT

Article suivant

Les essais Pirelli des pneus 18" se précisent

Les essais Pirelli des pneus 18" se précisent
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Lieu Shanghai International Circuit
Pilotes George Russell
Équipes Williams
Auteur Benjamin Vinel