Suzuka 2005 : Le chef-d'oeuvre de Räikkönen (2/2)

Pendant que le dépassement d'Alonso sur Klien était scruté de près par les commissaires, Sato continua de creuser sa tombe : il tenta une manœuvre suicide sur Trulli, toujours à la chicane, ce qui élimina Trulli de la course

Pendant que le dépassement d'Alonso sur Klien était scruté de près par les commissaires, Sato continua de creuser sa tombe : il tenta une manœuvre suicide sur Trulli, toujours à la chicane, ce qui élimina Trulli de la course. Pire encore, Sato sera exclu après coup de sa propre course pour l'ensemble de son œuvre !

Alors qu'Alonso attaquait Schumacher, les commissaires rendirent leur verdict : le dépassement sur Klien n'était pas valide et il devait donc lui rendre sa place à nouveau. Or au moment où il le fit, perdant ainsi plusieurs secondes le temps que l'Autrichien le rattrape, la FIA était revenu sur sa décision ! Trop tard, Alonso était de nouveau dans le trafic, avec Raikkonen à ses trousses.

Les deux premiers du championnat finirent par doubler Klien pour de bon cette fois. Le ravitaillement de Ralf Schumacher laissa Fisichella en tête de la course devant un groupe d'outsiders composé de Button, David Coulthard (Red Bull) et Mark Webber (Williams). Derrière eux, déchainé, Alonso réussit à dépasser Schumacher de façon on ne peut plus osée : à l'extérieur du 130R, ce virage à gauche presque à fond avant la chicane, à plus de 300km/h !

La première vague de ravitaillement survint alors, durant laquelle Webber prit l'avantage sur Coulthard, avant que l’Écossais ne cède à Alonso sur la piste. Hélas pour l'Espagnol Schumacher et Raikkonen sont passés devant lui grâce à un arrêt plus tardif, le temps pour lui de se débarrasser de la Red Bull. Puis ce fut au tour de la Ferrari de servir de proie à la McLaren, avant qu'Alonso ne se débarrasse une seconde fois de son prédécesseur à la couronne mondiale.

Devant, Fisichella gérait toujours sa course, et la deuxième série d'arrêts - durant laquelle une Minardi manqua de flamber - n'y changea rien dans un premier temps. Button suivit le même chemin que Coulthard en voyant Webber le passer aux stands et Alonso le doubler en piste tandis que Ralf Schumacher vit sa stratégie à trois arrêts le condamner à reculer au huitième rang, derrière son frère.

Raikkonen fut le dernier des leaders à s'arrêter, à huit tours du but, et repartit non loin de Fisichella. Webber tenait désormais la troisième place, avec Alonso de plus en plus proche. Suivaient Button, Coulthard, et les frères Schumacher.

Alonso finit par doubler, non sans mal la Williams du teigneux Webber au premier virage avec deux roues dans l'herbe ! L'Espagnol assurait là un nouveau podium pour Renault, qui espérait la victoire de Fisichella. Mais Raikkonen était déjà revenu dans ses roues. S'il put garder derrière lui le Finlandais dans le pénultième tour, il craqua dans le dernier :ayant maladroitement défendu sa place à la chicane, la McLaren put rester dans son aspiration, puis déboiter dans la ligne droite à l'extérieur en frôlant la Renault pour finalement prendre la tête !

Un tour après, Raikkonen remporta ce qui restera probablement sa plus belle course, avec l'une des plus belles remontées de l'histoire récente de la F1.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Ralf Schumacher , Mark Webber , David Coulthard
Équipes McLaren , Williams , Ferrari
Type d'article Actualités