Todt : Retour en arrière impossible sur la limite des 3 moteurs

Le président de la FIA, Jean Todt, a déclaré qu'il n'y aurait pas de retour en arrière sur la limite des trois moteurs par pilote en 2018, malgré la grogne qui s'élève autour de la question des pénalités sur la grille.

Le règlement 2018 de la Formule 1 prévoit que les pilotes devront respecter un quota de trois moteurs à combustion interne, turbo et MGU-H et de deux MGU-K, batteries et boîtiers de contrôle électroniques pour l'ensemble des 21 Grands Prix prévus. 

Cette saison, les écuries étaient limitées à quatre moteurs et de nombreuses pénalités ont été infligées pour dépassement de ce nombre, principalement pour les unités de puissance Renault et Honda. Ainsi, Christian Horner, directeur de Red Bull, a-t-il tenté de faire changer cette règle en vue de la campagne à venir, sans succès.

En effet, pour modifier le règlement 2018, il faut au minimum l'accord de l'unanimité des équipes, ce qui n'est pas possible puisque Sergio Marchionne, le président de Ferrari, s'y est opposé lors d'une récente réunion du Groupe Stratégique.

Même si, de son côté, Jean Todt n'est pas satisfait de la tournure prise par la question des pénalités, il se montre fataliste quant à la possibilité de changer la règle en question. "C'est quelque chose qui a été décidé", explique le Français. "Certains pensent encore : 'Pourquoi n'avons-nous pas un moteur pour l'ensemble du championnat ?' Ce n'est pas quelque chose de nouveau. Ça a été décidé il y a des années en vue de 2018."

"Nous avons eu des réunions avec des équipes et, de la façon dont les règles et la gouvernance sont faites, pour décider maintenant de revenir à quatre moteurs, ou de revenir en arrière, nous devons avoir un accord à 100%. Et nous n'avons pas d'accord à 100%. Donc nous tombons à trois moteurs."

Todt a déclaré que la F1 ne pouvait pas se permettre de revenir en arrière sur la question de la limitation des moteurs en raison de l'augmentation des coûts qui rendraient très compliqués les accords entre motoristes et clients à des prix raisonnables.

"Je ne pense pas qu'il soit facile de trouver la bonne solution. Si vous ne faites rien, il sera plus cher d'acheter des moteurs. Pour la FIA, décider qu'il n'y ait pas de quantité limitée de moteurs, ça n'est pas un problème, mais ça serait un problème pour les concurrents. Donc il faut traduire cela en pénalités sur la grille."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags fia, jean todt, moteurs, réglement