Vasseur quitte Renault : "Deux visions différentes, ça ralentit l'équipe"

Frédéric Vasseur a confirmé que les divergences d'opinion au sein du management de Renault l'avaient conduit à démissionner de son poste de team principal de l'écurie française.

Vasseur quitte Renault : "Deux visions différentes, ça ralentit l'équipe"
Frédéric Vasseur, directeur de la compétition Renault Sport F1 Team
Frédéric Vasseur, Directeur de la compétition Renault Sport F1 Team avec Toto Wolff, Directeur Exécutif Mercedes AMG F1
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Renault Sport F1 Team RS16
Cyril Abiteboul, directeur de Renault Sport F1
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 avec Frederic Vasseur, directeur Renault Sport F1
Frederic Vasseur, directeur Renault Sport F1 Team
Cyril Abiteboul, Renault Sport F1 et Frederic Vasseur, Renault Sport F1
Frédéric Vasseur, directeur de la compétition Renault Sport F1 Team avec Jérôme Stoll, Président Renault Sport F1
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16 avec le Halo
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16 et Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16 à la sortie de la voie des stands
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16

Renault a annoncé ce mercredi sa séparation "d'un commun accord" avec son team principal Frédéric Vasseur, ajoutant que le président Jérôme Stoll et le directeur général Cyril Abiteboul continueraient à gérer l'équipe.

S'exprimant pour la première fois suite à son départ, Vasseur précise qu'il était arrivé à la conclusion selon laquelle il aurait représenté une entrave aux chances de réussite de Renault s'il était resté en poste et en exprimant un point de vue différent. Les nombreuses discussions et la recherche d'un compromis n'ont pas abouti.

"La raison, c'est qu'il y avait une vision trop différente au sein du management de l'équipe, alors à ce stade, ça a du sens pour moi de partir", déclare le Français dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com. "Pour l'équipe Renault aussi. Si l'on veut être performant en F1, il faut avoir un leader dans l'équipe et une seule direction. S'il y a deux visions différentes, ça ralentit l'équipe en interne."

Vasseur indique avoir pris sa décision la semaine dernière, après avoir longuement échangé avec les autres membres du management de Renault F1 au cours des dernières semaines.

"Nous avons eu des discussions immédiatement après Abu Dhabi, à la fin de la saison dernière, et nous avons essayé de trouver le meilleur compromis et la meilleure organisation possible pour 2017", explique-t-il. "J'ai pris une ou deux semaines de congés, et j'ai pris ma décision durant la première semaine de janvier. C'est bien mieux d'arrêter maintenant." 

Devoir accompli et frustration

Vasseur ne cache pas une certaine tristesse de quitter les membres d'une équipe qui a fourni de gros efforts en 2016, après le rachat de Lotus, mais se dit convaincu que rester aurait été une erreur.

"Il y a une petite frustration, mais j'ai le sentiment positif que nous avons fait du bon travail tous ensemble sur certains points : en matière de recrutement, en matière de restructuration de la compagnie, et aussi pour les opérations piste", souligne-t-il. "Nous avons beaucoup progressé au cours de la saison dernière, et certains ingénieurs de talent rejoindront l'équipe au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Il y a donc des aspects positifs."

"La collaboration avec les 1000 personnes qui travaillent pour Renault F1 était une merveilleuse expérience pour moi, car c'est une vraie équipe de course, et j'apprécie à sa juste valeur la collaboration avec ces gens-là. Mais la frustration qu'il y a, c'est que si l'on construit les fondations d'une maison et que l'on s'arrête après le premier mètre… mais ça va. J'ai pris ma décision."

Vasseur ajoute que tout est en place chez Renault pour que l'écurie d'Enstone soit en mesure de se battre cette année pour la cinquième place du championnat constructeurs : "Oui, l'objectif est d'être dans le top 5. Je crois que c'est réaliste, car les fondations sont désormais solides." 

"Il y a de nouvelles personnes qui rejoignent l'équipe avec une bonne expérience, et ce sera la première voiture conçue pour l'unité de puissance Renault. Le moteur connaît lui aussi une belle progression. Tout est sur le bon chemin. Maintenant, c'est difficile de savoir où nous en sommes, et où en sont les autres. Nous verrons à Barcelone, et ce sera difficile d'avoir une vision claire de la situation avant. Mais l'objectif est d'être dans le top 5"

Un avenir sans F1 ?

Sur un plan plus personnel, Vasseur assure n'avoir encore rien déterminé pour son avenir, mais il se dit certain de rester impliqué dans le sport automobile, vraisemblablement ailleurs qu'en F1.

"Je ne suis pas trop inquiet pour mon avenir", rassure-t-il. "D'abord, je vais prendre une semaine de pause avec ma famille, et après je verrai. J'aurai des discussions à propos d'autres projets, mais ce n'est pas le bon moment pour y réfléchir. Je veux achever correctement ma collaboration avec Renault F1, et ensuite je penserai à mon avenir. J'ai suffisamment de choses à faire pour être plus qu'occupé, donc ça ne sera pas un problème."

Concernant son expérience en F1, il ne s'agit pas d'une discipline dans laquelle Vasseur souhaite être investi à tout prix : "Honnêtement, c'était une très bonne expérience. J'ai beaucoup appris. Y aura-t-il un autre projet pour lequel je reviendrais ? Je ne sais pas, nous verrons. Mais je suis vraiment passionné par la course, et la course, ça va au-delà de la F1." 

Propos recueillis par Roberto Chinchero

partages
commentaires
Mercedes - "Ça aurait été plus facile d'avoir deux champions du monde"

Article précédent

Mercedes - "Ça aurait été plus facile d'avoir deux champions du monde"

Article suivant

Donington n'a pas l'intention de remplacer Silverstone

Donington n'a pas l'intention de remplacer Silverstone
Charger les commentaires
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021