Vettel : Gagner avec Ferrari "signifie encore plus pour moi"

Peu importe le passé, peu importe ce qu'il restera de sa carrière en Formule 1, Sebastian Vettel n'a qu'une seule chose en tête : décrocher tôt ou tard un titre mondial au volant d'une Ferrari.

Vettel : Gagner avec Ferrari "signifie encore plus pour moi"

Au sortir d'une saison 2019 difficile, ponctuée par des erreurs personnelles et marquée par la domination finalement incontestée de Mercedes, Sebastian Vettel avait lui-même fait son autocritique dès le soir du dernier Grand Prix. Conscient de devoir faire mieux, convaincu d'en être capable, l'Allemand ne se détourne pas de son objectif : remporter le titre mondial avec Ferrari. Une quête dans laquelle il s'engage pour lui-même, et il s'en explique.  

"C'est pour ça que je suis là", affirme-t-il dans les colonnes de Motorsport-Magazin. "Je veux me le prouver à moi-même, c'est ce qui compte le plus pour moi. On ne peut jamais faire ses preuves aux yeux de tout le monde. Je ne peux pas le faire, mais ce n'est pas important pour moi. Que je sois bon ou pas, certains aiment et d'autres non. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, je ne veux pas paraître trop égoïste, mais je le fais pour moi. Je prends beaucoup de plaisir, j'adore ce que je fais et je suis très ambitieux. Je veux accomplir quelque chose avec cette équipe. C'est ma motivation, c'est mon objectif. Je veux me prouver que je peux y arriver."

Lire aussi :

Dans cette mission qu'il a entamée en 2015 lorsqu'il a rejoint la Scuderia Ferrari, Sebastian Vettel assure que le passé n'a pas sa place. Avoir remporté quatre titres mondiaux avec Red Bull Racing auparavant ne permettrait pas d'atténuer la déception s'il ne parvenait pas à s'offrir un jour la couronne qu'il veut conquérir en rouge.

"Je ne vois pas ça comme ça", prévient-il. "Je ne me dis pas : 'Ah, j'ai gagné [le titre] par le passé, je n'ai pas à le gagner à nouveau'. Je ne crois pas que le moindre succès décroché auparavant me permettra de gagner à l'avenir. En même temps, je suis très privilégié d'avoir été dans cette situation plus d'une fois, d'avoir pu me prouver à moi-même que je pouvais être le meilleur, que je pouvais battre les meilleurs et que j'étais parmi eux. Mais je ne me lève pas le matin en pensant : 'Je suis le meilleur !'. Je sais que l'on peut lire beaucoup de choses dans des livres, qui vous disent comment penser ou ce genre de choses. Ça ne fonctionne pas pour moi."

"Je ne lis pas ces livres, ça ne fonctionne pas pour moi. Je ne me réveille pas en me disant à moi-même que je suis le meilleur et que je suis imbattable. Je me lève et je sais que je peux être le meilleur et battre les meilleurs. Ça m'apporte une joie extrême. Je veux le faire, et par-dessus tout je veux y parvenir ici. Cela signifie encore plus pour moi de gagner avec cette équipe. Je sais que je n'y suis pas encore parvenu, mais je veux le faire."

"Nous sommes dans une bulle"

Sebastian Vettel, Ferrari

Sebastian Vettel cultive un certain paradoxe vis-à-vis des records. Féru de l'histoire de la Formule 1, le quadruple Champion du monde dit accorder une importance particulière aux chiffres gravés au fil des ans... sauf en ce qui le concerne personnellement. Ce n'est pas cette empreinte-là qu'il cherche à laisser, lui qui est par exemple aujourd'hui le troisième pilote le plus victorieux de l'histoire de la discipline.

"L'histoire est très importante pour moi", admet-il. "J'aime la F1, je suis un fan. Mais je ne suis pas un fan de moi-même. Je sais que je pilote la voiture, ce n'est pas la peine de me le rappeler. Je ne vois pas ça comme ça. Je ne me réveille pas en pensant : 'Wow, je suis un pilote de F1 !' Ces chiffres veulent dire beaucoup pour moi. Mais s'il y a un héritage que je veux laisser derrière moi, c'est pour moi-même et pas pour ce que ça signifie pour les autres. Je le fais pour moi. Ça compte pour moi, pour l'équipe, pour mon entourage et pour les gens qui me soutiennent. Ce n'est pas réaliste d'avoir tout le monde de son côté dans ce monde. C'est un privilège de voyager et de voir tant de gens dans des endroits différents et avec des cultures différentes. C'est comme cela que je sais qu'en fin de compte, nous sommes dans une bulle ici. Tout compte fait, peut-on laisser un héritage derrière ce que nous faisons ? Probablement pas. Mais ça compte beaucoup pour moi et je veux laisser quelque chose pour moi-même."

partages
commentaires
McLaren : "Notre objectif est de redevenir les meilleurs en F1"

Article précédent

McLaren : "Notre objectif est de redevenir les meilleurs en F1"

Article suivant

Pour Ferrari, un ex-patron d'équipe ne peut pas diriger la F1

Pour Ferrari, un ex-patron d'équipe ne peut pas diriger la F1
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021