Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
51 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
58 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
72 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
86 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
100 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
107 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
121 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
135 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
142 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
156 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
163 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
177 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
191 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
219 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
226 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
240 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
247 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
261 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
275 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
282 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
296 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
310 jours

Webber - Les "meilleures" qualifications étaient celles d'avant 2003

partages
commentaires
Webber - Les "meilleures" qualifications étaient celles d'avant 2003
Par :
2 avr. 2016 à 09:11

Le Champion du monde d’Endurance et ancien pilote de F1 Mark Webber a livré ses impressions sur le format des qualifications à élimination et ses implications dans la manière de percevoir l’exercice.

Mark Webber, pilote Porsche en WEC et consultant Channel 4
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07
Mark Webber, pilote Porsche en WEC et consultant Channel 4
Podium : le vainqueur Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team, le deuxième, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team, le troisième Sebastian Vettel, Ferrari avec Mark Webber, pilote Porsche en WEC et consultant Channel 4
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Le sixième, Romain Grosjean, Haas F1 Team avec Gene Haas, Président de Haas Automotion, Steve Jones, Présentateur Channel 4, Mark Webber, et David Coulthard
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07
Jenson Button, McLaren MP4-31
Le panneau de Jenson Button, McLaren
Jenson Button, McLaren MP4-31
Mark Webber durant le shakedown de la nouvelle Jaguar R4 de la piste d'essais de Ford de Lommel, Belgique
Mark Webber durant le shakedown de la nouvelle Jaguar R4 de la piste d'essais de Ford de Lommel, Belgique
Mark Webber
Mark Webber
Mark Webber et Heikki Kovalainen
Mark Webber

Avant le début de saison à Melbourne, déjà, le format des qualifications à élimination posait question, pas tant sur le spectacle qu’il allait procurer mais sur l’opportunité d’un tel changement alors que le format Q1/Q2/Q3 précédent ne semblait pas dysfonctionner.

Après Melbourne, à ces questionnements déjà forts se sont ajoutées des réactions vives, liées au peu de spectacle entrevu, notamment en Q3 où plus aucune voiture n’a roulé lors des trois dernières minutes de la séance.

Cette situation avait semblé enterrer ce format, ce que les équipes ont d’ailleurs acté le dimanche matin avant le GP d’Australie lors d’une réunion organisée en urgence. Mais, faute de pouvoir recueillir l’unanimité dans le cadre de la Commission F1 - Red Bull et McLaren ayant choisi de ne pas accepter le compromis qui était sur la table - c’est finalement bien ces qualifications controversées qui se tiendront à Bahreïn ce samedi.

Pour Mark Webber, interrogé par le Daily Mail, cette annonce a été un véritable "choc" : "Oui. Je pensais que nous quittions Melbourne dans une bonne position avec une décision de revenir à un système qui a très bien fonctionné. Mais ce n’est pas le cas et nous sommes de retour au scénario de Melbourne qui, même à son meilleur, aura du mal à égaler ce que nous avions."

Selon lui, une partie de la problématique est qu’un tel format porte l’attention sur la lutte en bas de la feuille des temps et ne favorise pas la bataille en haut. "Pour moi, le problème c’est que nous nous concentrons toujours sur le pilote qui est dans la bulle ou le pilote qui est lent qui essaie de rentrer dans cette séance."

"Dorénavant, avec tout mon respect, nous nous concentrons sur Nico Hülkenberg, Sergio Pérez ou le jeune Esteban Gutiérrez ; maintenant, ça va. Mais nous devons aussi nous concentrer sur les tours que les gros poissons font pour former les premières lignes de la grille."

Il souhaiterait un format plus simple et donnant plus de libertés aux pilotes, même s’il sait que des impératifs commerciaux et publicitaires entrent en ligne de compte : "Le meilleur [format de qualifications] qui convient aux pilotes ne convient pas toujours au détenteur des droits commerciaux et le meilleur que j’ai connu était d’avoir quatre trains de pneus et une séance d’une heure ; et ces trains de pneus n’avaient pas à être utilisés pour la course non plus."

"Tellement de choses ont changé depuis. Et nous devons toujours continuer d’expliquer le sport. Nous devons dire qu’il y a des ramifications de la séance de qualifications qui ont un impact sur la course du lendemain. C’est juste de la discussion…"

"Quand nous allumons une télé, ça devrait être ça les qualifications : qui a le tour le plus rapide dans son escarcelle, au niveau de l’implication absolue, et peut faire un tour phénoménal ? Et si vous le faites, pouvez-vous aller un dixième plus vite ? Je veux repartir en piste et répliquer. Et c’était le problème à Melbourne, les gens ne pouvaient pas répliquer car il n’y avait pas assez de pneus ou pas assez de temps."

"Maintenant, nous sommes allés trop loin et les pilotes sont catalogués et cantonnés à du temps de roulage opérationnel qu’ils ne veulent pas toujours."

Les autres formats

L’Australien est un des rares pilotes à avoir connu les différents formats de qualifications mis en place entre 2001 et 2013.

Concernant le premier qu’il a connu, à savoir l’heure accordée aux pilotes pour faire au maximum 12 tours (tours de sortie et de rentrée compris) sans limitation de carburant et de pneus pour signer le meilleur temps, il déclare : "Le meilleur que j’ai connu. Quatre trains de pneus et une session d’une heure, qui était trop longue parce que la piste était inutilisée pendant les 15 premières minutes. Mais à la fin, c’était lancé et nous voyions des gens rouler jusqu’à la fin."

Ensuite, ont été introduites en 2003 les qualifications sur un seul tour lancé, même si le format n’a pas été stable pendant sa période de mise en œuvre : "Personnellement, je me chiais dessus parce que je ne pensais pas que j’aimerais ça mais ça s’est avéré une de mes vraies bonnes forces."

"Les qualifications sur un tour duraient toute une heure, vous voyiez le tour de tout le monde mais il y avait beaucoup de temps morts - les tours de sortie, etc. - et ce n’était probablement pas aussi excitant que d’autres systèmes que nous avons eus."

Début 2005, le système se complique : une première séance de qualifications sur un tour a lieu le samedi après-midi et une seconde, toujours sur un tour, a lieu le dimanche matin. Les deux temps étaient additionnés pour faire un classement. Ce format complexe n’a duré que six courses. "C’était une blague, oubliez ça…"

Le concept des trois parties de qualifications, avec au terme des deux premières l'élimination des pilotes les plus lents, a été introduit en 2006. Il a rapidement gagné en popularité. "Je me moque du format Q1, Q2, Q3. Les gros poissons doivent toujours faire un temps et ça semblait très bien fonctionner les dernières années."

Article suivant
Ecclestone - Les équipes utilisent la voix des pilotes

Article précédent

Ecclestone - Les équipes utilisent la voix des pilotes

Article suivant

Ron Dennis a demandé à la FIA de laisser Alonso courir

Ron Dennis a demandé à la FIA de laisser Alonso courir
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber
Auteur Fabien Gaillard