Williams : L'intégration du Halo est plus complexe que son aéro

partages
commentaires
Williams : L'intégration du Halo est plus complexe que son aéro
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
20 nov. 2017 à 16:38

Directeur technique de Williams, Paddy Lowe a souligné la difficulté que rencontraient les équipes pour intégrer le Halo à leurs monoplaces pour 2018.

Paddy Lowe, Williams, Rob Smedley, chef de la performance du véhicule, Williams
Lance Stroll, Williams FW40
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13, entre dans son cockpit avec le Halo
Marcus Ericsson, Sauber C36 avec le halo
Le halo sur une McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren MCL32 avec le Halo
Scuderia Toro Rosso STR12 avec le Halo

Sur décision de la FIA, ce dispositif de sécurité autour du cockpit sera obligatoire sur les F1 à partir de la saison prochaine. Toutes les équipes doivent donc prévoir son intégration à leur concept 2018, en tenant compte des différentes contraintes que cela peut poser. Parmi elles, les crash tests et autres tests de résistance qui permettront à la FIA d'homologuer ou non chaque dispositif.

"C'est un gros projet de mettre ça sur la voiture", souligne Paddy Lowe, directeur technique de l'écurie Williams. "Nous travaillons encore dessus, et l'intégration est assez difficile. Il y a de très fortes charges dont il faut s'accommoder, donc je pense que la plus grosse incidence est structurelle plutôt qu'aérodynamique."

L'installation du Halo viendra aussi ajouter un poids supplémentaire, ouvrant un domaine dans lequel certaines équipes pourraient mieux négocier que d'autres la situation. "Il y a de la performance [à trouver], j'imagine", suppose Paddy Lowe. "Le domaine majeur est probablement l'efficacité avec laquelle on peut répondre aux exigences concernant les charges appliquées aux fixations ; combien de poids faut-il ajouter pour résoudre ce problème ? Car tout est question de poids."

Paddy Lowe en est donc convaincu, le nœud du problème se situera davantage dans la manière d'intégrer l'ensemble que dans le travail aérodynamique qu'il nécessitera. Les équipes seront autorisées, dans une certaine mesure, à développer leur propre ligne pour le Halo, mais les effets sur la performance devraient être limités.

"Il y a des effets aérodynamiques mineurs", estime Paddy Lowe. "Nous n'avons pas vu cela comme un énorme projet, le détriment n'est pas particulièrement grand. Il y a une certaine marge de manœuvre pour ça, mais pas beaucoup."

Prochain article Formule 1
Souvenir - Stefan Bellof, la flèche brisée

Article précédent

Souvenir - Stefan Bellof, la flèche brisée

Article suivant

La présentation du GP d'Abu Dhabi avec F1 Experiences

La présentation du GP d'Abu Dhabi avec F1 Experiences

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités