Wolff : Un des GP "les plus difficiles dont je puisse me souvenir"

partages
commentaires
Wolff : Un des GP "les plus difficiles dont je puisse me souvenir"
Par :
12 juin 2019 à 12:45

Toto Wolff reconnaît que le Grand Prix du Canada a été très compliqué pour Mercedes, bien que l'équipe s'en soit finalement sortie avec une victoire.

Le directeur de l'équipe Championne du monde assure que le week-end canadien a été loin d'être une sinécure pour ses troupes et qu'en sortir avec une victoire est une véritable réussite, sinon une grande surprise, d'autant que Sebastian Vettel a franchi la ligne d'arrivée en premier avant d'être pénalisé.

Pour ne rien arranger à des performances déjà en retrait face à une Ferrari redoutable dans les lignes droites du circuit Gilles Villeneuve, la nouvelle évolution du moteur Mercedes a causé quelques problèmes, d'abord avec un souci sur la voiture de Valtteri Bottas puis une casse sur la Racing Point de Lance Stroll, et enfin avec une alerte sur la monoplace de Lewis Hamilton dimanche matin, qui a mené à un démontage complet de la monoplace.

Lire aussi :

"Ce qui semble être une victoire était un week-end très compliqué pour l'équipe dans les coulisses", admettait Wolff, qui révèle un élément jusqu'ici inconnu. "La moitié de l'équipe souffrait d'une grippe, ce que personne ne voit. Il fallait juste s'en sortir."

"Nous avons eu la casse moteur sur la voiture de Lance, mais nous ne savions pas si ça nous affecterait. Globalement, c'était l'un des week-ends les plus difficiles dont je puisse me souvenir, même si ça n'a pas semblé être le cas du tout depuis l'extérieur."

Les trois équipes équipées par Mercedes utilisaient une nouvelle spécification du moteur et malgré l'inquiétude quant à la fiabilité de cette évolution du bloc propulseur, il était impossible de réduire la puissance de celui-ci en course pour affronter la Scuderia à armes aussi égales que possible. Mais Wolff révèle que les freins ont aussi posé problème avec une surchauffe liée aux fortes températures du Canada, ce qui a ajouté au stress de l'Autrichien lorsque Hamilton a voulu dépasser Vettel en piste pour ne pas gagner sur tapis vert.

"Je pense qu'il voulait montrer qu'il était capable de le dépasser en piste et pouvoir dire 'j'ai gagné cette course en piste', plutôt que de gagner avec la pénalité de cinq secondes", poursuit Wolff. "C'est ce qu'il essayait de faire, je sais. Je n'étais pas [à l'aise avec cela] car les freins étaient en train de surchauffer. Mais je pense que c'est un comportement de compétiteur et une décision de compétiteur."

Avec Scott Mitchell

Article suivant
Villeneuve : Ricciardo méritait une pénalité, pas Vettel

Article précédent

Villeneuve : Ricciardo méritait une pénalité, pas Vettel

Article suivant

Norris et McLaren ne comprennent pas leur abandon

Norris et McLaren ne comprennent pas leur abandon
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Catégorie Course
Lieu Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Lewis Hamilton Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Emmanuel Touzot
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu