MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
3 jours
Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
4 jours
WRC
03 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Prochain événement dans
2 jours
WSBK
11 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
C
Losail
24 oct.
-
26 oct.
SBK EL1 dans
3 jours
WEC
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
08 nov.
-
10 nov.
EL1 dans
17 jours
IndyCar
30 août
-
01 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
Formule E
C
E-Prix d'Ad Diriyah
22 nov.
-
23 nov.
Prochain événement dans
31 jours
C
E-Prix de Santiago
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
87 jours

Earl Bamber, l'année d'après

partages
commentaires
Earl Bamber, l'année d'après
Par :
16 juin 2016 à 09:23

Vainqueur de l'édition 2015 avec Tandy et Hülkenberg, Earl Bamber est impatient de retrouver le théâtre du plus grand succès de sa carrière, même s'il n'aura pas cette fois la chance de défendre son titre au général sur une Porsche LMP1.

#19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber
Parc Fermé : les vainqueurs #19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber fêtent leur victoire
Podium LMP1 : les vainqueurs, Porsche Team : Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber
Podium LMP1 : les vainqueurs, Porsche Team : Nick Tandy and Earl Bamber fêtent leur victoire
#19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber
#19 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber
#912 Porsche Team North America Porsche 911 RSR : Jörg Bergmeister, Earl Bamber, Frédéric Makowiecki
#912 Porsche Team North America Porsche 911 RSR : Earl Bamber
#912 Porsche Team North America Porsche 911 RSR : Michael Christensen, Earl Bamber, Frédéric Makowiecki
#912 Porsche Team North America Porsche 911 RSR : Earl Bamber, Frédéric Makowiecki
#92 Porsche Motorsport Porsche 911 RSR: Earl Bamber
#92 Porsche Motorsport Porsche 911 RSR: Earl Bamber, Frédéric Makowiecki, Jörg Bergmeister
L'empreinte des vainqueurs : Earl Bamber

Lorsque Porsche a annoncé la réduction de son engagement au Mans de trois à deux prototypes hybrides LMP1, Earl Bamber a vu s'envoler tous ses espoirs de conserver son titre dans la Sarthe. Malgré tout, le Néo-Zélandais est fin prêt pour son deuxième double tour d'horloge sarthois, même s'il disputera cette fois l'épreuve dans la catégorie GTE Pro.

Ce n'est pas une surprise si le pilote de 25 ans, originaire de Wanganui, est impatient de retourner sur le Circuit de la Sarthe. Bamber a en effet développé une passion intense pour Le Mans après son succès inattendu l'an passé.

"Le Mans est toujours quelque chose de spécial", explique-t-il. "Vous réalisez cela lorsque vous roulez pour la première fois au Tertre Rouge et sur la ligne droite de Mulsanne. Vous êtes sur un circuit classique, puis vous arrivez sur une route ouverte. C'est un moment spécial."

"C'est un endroit spécial, également en raison des fans et de toute l'émotion qui se dégage. C'est un challenge pour l'homme et la machine. Si vous avez une bonne voiture, celle-ci danse autour du circuit. Vous n'avez pas vraiment besoin de la piloter. C'est comme si elle se conduisait toute seule."

"Si vous comparez ça à un Grand Prix, vous rouler une heure et demi dans une F1. Nous roulons le double, ensuite nous attendons six heures, et nous le refaisons encore, et encore. C'est une tâche herculéenne de ramener la voiture à la fin."

Revenir en LMP1, "une priorité" pour Bamber

Bamber a admis qu'il lui était douloureux de ne pas pouvoir défendre son succès retentissant au classement général l'an passé avec Nick Tandy et Nico Hülkenberg, mais la carrière parfois chaotique du Néo-Zélandais lui a permis de voir les choses avec une perspective différente.

"C'était un moment assez difficile, on va dire que je n'étais pas très content", admet Bamber, lorsqu'il a appris que Porsche n'alignerait que deux LMP1 en 2016. "Mais j'ai vu ça en me disant que j'aurai peut-être une autre chance un jour. C'est ma priorité. Mais nous avons de la chance dans le sens où nous avons tout de même l'opportunité d'être présent au Mans par le biais d'un programme GT."

"Je suis sûr qu'il y a des milliers de pilotes de courses qui aimeraient disposer d'un volant d'usine au volant d'une Porsche RSR officielle aux États-Unis et au Mans. Ce n'est pas comme si on était mis dehors, on a toujours un toit. Au final, nous sommes toujours des pilotes GT, nous n'avons jamais été des pilotes LMP1. Nous avons été empruntés au GT pour faire Le Mans."

"Vous êtes toujours aussi bon que lors de votre dernière course. Et notre dernière course en LMP1 n'était pas si mauvaise…"

Au final, c'est une voiture de course comme une autre, et vous avez toujours les mêmes principes de base.

Earl Bamber.

En passant d'un prototype de haut niveau à une voiture GT, Bamber reconnaît que l'usage de ses rétroviseurs est quelque chose à laquelle il doit se réhabituer.

"Oui, parfois vous êtes paniqués. Parfois vous ne regardez pas assez, puis vous finissez presque par percuter une voiture LMP1. Naturellement, lorsque vous prenez la piste pour la première fois, et que vous êtes l'un des ténors, vous ne regardez pas vraiment derrière vous. C'est un autre challenge."

Bamber semble s'accommoder de son passage d'un type de voiture à une autre avec une incroyable facilité. Un test impressionnant fin 2014 avec la LMP1 à Abu Dhabi lui a donné le feu vert, et aujourd'hui, il fait le chemin inverse dans le baquet de la RSR sans faire de bruit.

"J'essaie de faire en sorte que ce soit le plus simple possible", poursuit Bamber. "Au final, c'est une voiture de course comme une autre, et vous avez toujours les mêmes principes de base. Vous avez la voiture, le pilote, et votre équipe d'ingénieurs, et vous devez extraire le maximum de vous-même et de votre voiture."

"Le pilotage ne change pas vraiment. Vous prenez la piste, vous ressentez le grip, l'appui aérodynamique et la puissance. Une fois que vous avez couvert quelques tours, vous rentrez dans un certain rythme, et essayez de chercher comment être rapide. C'est assez simple en fait. J'essaye de faire abstraction de toutes les autres choses. Si vous commencez à vous préoccuper de tout le reste autour, alors vous devenez nerveux et vous ne voudriez pas piloter la voiture."

"Je sais que les voitures sont complètement différentes, mais au final c'est le même principe. Il y avait un nouvel ingénieur lors de mon test à Abu Dhabi, et il m'avait demandé : 'Quelle est ton expérience avec le système hybride ?'. J'ai répondu : 'Je ne sais pas, je pilote juste des voitures de Supercup'. Il a dit : 'Quoi ? Pourquoi Porsche teste un pilote de Supercup ?' Je pense que cela montre aussi que le principe de la pyramide Porsche fonctionne très bien."

Nous nous préoccupons seulement de nous-même et nous avons un meilleur package que l'an passé. Si les autres sont plus rapides ou pas, c'est leur problème.

Earl Bamber.

Bamber et Porsche sont prêts à aborder la classique mancelle samedi, mais ils sont totalement dans le flou concernant la hiérarchie qui se dessine au sein de ce qui s'annonce comme l'un des pelotons de GT les plus compétitifs de tous les temps. "Cela va être une course sprint", prédit Bamber.

"Vous ne connaîtrez pas la hiérarchie avec que la course ne commence, je n'en ai aucune idée. Tout ce que je peux dire est que nous nous préoccupons seulement de nous-même et nous avons un meilleur package que l'an passé. Je pense que nous sommes déjà trois secondes plus rapides que l'an passé. Si les autres sont plus rapides ou pas, c'est leur problème. L'équipe fait un super boulot, les voitures sont bien préparées. J'espère que nous disposerons d'une bonne fiabilité."

"Espérons que tout le monde se tienne en une demi seconde. Si c'est comme ça pendant 24 Heures, cela se jouera sur la stratégie, le trafic, rester en dehors des problèmes, avoir une course sans souci, et ensuite vous êtes là à la fin. Ce sera l'une des meilleures catégories à suivre. Il n'y a que des pros ici. J'imagine qu'il y aura un gros train de voitures. Cela va être sympa."

Article suivant
Le trafic sera plus complexe au Mans cette année, selon Jarvis

Article précédent

Le trafic sera plus complexe au Mans cette année, selon Jarvis

Article suivant

LMP1 2018 - Plus d'hybride et de sécurité, le DRS à l'étude

LMP1 2018 - Plus d'hybride et de sécurité, le DRS à l'étude
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans
Événement 24 Heures du Mans
Lieu Circuit de la Sarthe
Pilotes Earl Bamber
Auteur Filip Cleeren