"Aller vers le succès" guidera chaque décision de Peugeot Sport

Aujourd'hui dans une phase initiale de conception pour un projet Hypercar aux 24 Heures du Mans, Peugeot Sport ne s'interdit rien et observe également attentivement la future réglementation LMDh. Directeur de Peugeot Motorsport, Jean-Marc Finot a répondu aux questions de Motorsport.com.

"Aller vers le succès" guidera chaque décision de Peugeot Sport

Que peut-on dire aujourd'hui de la feuille de route de Peugeot avec ce projet et des points de passage importants qui vous attendent ?

Aujourd'hui, nous sommes vraiment dans la phase initiale de conception technique du projet. Nous sommes vraiment dans une phase de Recherche & Développement tout à fait classique. On est sur la référence projet Hypercar, à savoir un véhicule avec moteur thermique arrière et hybridation sur l'essieu avant. Et puis nous regardons aussi attentivement les opportunités dans la nouvelle réglementation LMDh qui est en discussion entre l'ACO et l'IMSA. Mais notre référence, c'est bien l'Hypercar. Nous avons aussi attaqué la conception et nous avons déjà engagé en partenariat de sous-traitance avec Ligier le développement aérodynamique de la voiture.

Lire aussi :

Vous dites que vous regardez le LMDh, est-ce que cela signifie que le projet peut être modifié à un moment donné ?

Aujourd'hui la réglementation Hypercar est notre référence. On suit l'opportunité du LMDh avec des points de passage obligés : l'équilibre de performance très rigoureux, qui offre autant de chances de succès quelle que soit la réglementation, LMDh ou Hypercar, et également le rendement marketing selon qu'il soit plus intéressant sur une forme de réglementation ou une autre. C'est sur ces critères que se fera notre choix. Sur le sujet, il y a des groupes de travail actuellement. Les principaux points qui doivent être précisés sur la réglementation LMDh seront les éléments décisifs de notre décision. Le critère numéro un, c'est de choisir la voie qui nous permet d'aller vers le succès et de gagner. Ce sera le principal critère de décision.

Dans cette future catégorie il y aura dans tous les cas une BoP. Comment se positionne Peugeot par rapport à cet élément de nivellement des forces ?

Ce qui est important, c'est que la Balance de Performance soit pertinente. C'est pour cela qu'il faut qu'entre les deux catégories, les véhicules aient la même puissance, la même masse et les mêmes paramètres aérodynamiques. Ce sont les données d'entrée. À partir de là, ça veut dire que la Balance de Performance sera gérable et équilibrée. Si l'on n'a pas ces prérequis, ce sera très complexe à gérer.

Yannick Dalmas, Derek Warwick, Mark Blundell, Peugeot 905 Evo 1

Peugeot a une histoire emblématique en Endurance et aux 24 Heures du Mans. Que recherche la marque aujourd'hui à travers son retour dans la discipline ?

On est en pleine transition énergétique. Sur les véhicules de série on bascule sur l'électrification de manière très dynamique. Nous lançons en même temps une gamme Peugeot Sport Engineered, à savoir des véhicules basse émission très performants. Notre objectif est de démontrer que l'on peut prendre du plaisir avec des véhicules basse émission. La première voiture de cette ligne Peugeot Sport Engineered sera la 508 quatre roues motrices dont nous avons présenté un teasing au salon de Genève l'an passé. Et l'étendard de cette gamme, par sa notoriété, sera l'Hypercar qui courra en Endurance et aux 24 Heures du Mans pour démontrer à la fois notre savoir-faire en matière de groupe propulseur hybride et aussi le fait que l'électrification d'un véhicule n'est pas du tout antinomique du plaisir de conduite.

Cette future Hypercar de course, peut-on imaginer qu'elle ait un jour une déclinaison pour la route ?

Aujourd'hui, ce n'est pas central dans le projet et ce n'est pas à l'ordre du jour, mais c'est une opportunité que nous regardons.

Peugeot appartient au groupe PSA, dont la marque DS est engagée en Formule E. Peut-on imaginer des passerelles entre les deux entités ?

Nous avons une organisation PSA Motorsport avec des compétences qui sont disponibles pour les programmes des différentes marques. Évidemment, tout le savoir-faire que nous avons acquis avec la Formule E, que ce soit en termes de développement technique ou de gestion de course, sera transféré et mis la disposition de Peugeot Sport. Cela fait partie des synergies entre les marques du groupe PSA. Nous avons arrêté le programme [Citroën] WRC en fin d'année 2019 et la force de notre organisation permet à la fois d'utiliser des compétences qui sont adaptables à différents types de programmes sportifs, mais aussi une agilité qui permet d'être prêts à lancer un nouveau programme de manière instantanée tel que nous le faisons pour Peugeot en Endurance.

Jean-Eric Vergne, DS Techeetah, DS E-Tense FE20

Qui dit programme de course dit pilotes de course : quand cette question sera-t-elle à l'ordre du jour pour Peugeot ?

Aujourd'hui, nous sommes concentrés sur la mise en projet et le développement technique, donc le choix des pilotes se fera dans un second temps. C'est quelque chose que nous aborderons dans le courant de l'année 2020, mais pour l'instant nous n'avons pas encore entamé le sujet. La voiture va commencer à rouler à l'horizon des congés ou de l'automne 2021, donc nous avons un peu de temps pour attaquer cette phase.

Où en est votre réflexion quant à une éventuelle participation aux 24 Heures du Mans dès 2022 ?

Cette réglementation, une fois que l'on a homologué la voiture, est gelée pendant cinq ans. Donc la première priorité est d'homologuer une voiture totalement déverminée et robuste pour assurer le futur de l'engagement dans l'épreuve. En fonction de la convergence en phase finale du projet, nous ajusterons notre date d'entrée officielle. C'est une information que l'on connaîtra courant 2021 ou plutôt fin 2021. On se réserve cette marge de manœuvre. Nous serons là en 2022 mais on ne sait pas encore quel mois.

partages
commentaires
Lamborghini admet que le règlement LMDh "change la donne"

Article précédent

Lamborghini admet que le règlement LMDh "change la donne"

Article suivant

Verstappen et Albon ont testé l'Aston Martin Valkyrie

Verstappen et Albon ont testé l'Aston Martin Valkyrie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , WEC
Équipes Peugeot Sport
Auteur Basile Davoine
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021