Porsche, la Journée Test et l'inconnue des pneus

Équipages revus et voitures évoluées, Porsche débarque dans la Sarthe avec deux 919 et autant d'ambitions de victoires face à Toyota. Avant cela, il faudra cependant être efficace à l'occasion de la Journée Test, dimanche.

Porsche, la Journée Test et l'inconnue des pneus
Polesitters Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy, Porsche Team
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
Nick Tandy, Porsche Team
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
Nick Tandy, Porsche Team
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
Andre Lotterer, Porsche Team
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
Andre Lotterer, Porsche Team
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy

G.N., Le Mans - Un retour en vainqueur, mais pas vainqueur en titre. Le Britannique Nick Tandy revient au Mans pour la première fois depuis sa victoire, en 2015 avec une LMP1. Cette fois-ci, ce sera au volant de la 919 #1, celle qu'il partage avec André Lotterer, vainqueur en 2014, et Neel Jani, vainqueur en 2016. Une journée test au goût différent pour le pilote anglais. "La première chose qui m'a marqué en arrivant ici, c'était de ne pas voir trois voitures dans les garages. Cette année, elles ne sont que deux."

Le détail de deux années de différence et d'une victoire au général à l'époque, mais qui ne lui font pas oublier ses bons réflexes à l'aube de la journée d'essais. Par rapport à 2015, il l'assure, la 919 est "restée la même, même si elle a évolué en 2015, en 2016, et maintenant en 2017". Un terrain connu mais quelques inconnues cependant, notamment sur les pneus et ce nouveau règlement.

La 919 reste la même, même si elle a évolué.

Nick Tandy

"Premièrement, nous devons évaluer les pneus pour la course. Nous devons trouver une fenêtre de fonctionnement pour les pneus. Ensuite, dans l'après-midi, nous allons essayer de voir comment la dégradation des pneus évolue. Mais globalement, nous allons travailler sur les réglages généraux de la voiture." Il insiste néanmoins : "C'est une journée assez importante d'un point de vue des pneus."

Son équipier André Lotterer, qui fait sa première chez Porsche au Mans, acquiesce. Cette Journée Test a d'abord "un intérêt de familiarisation pour tous les pilotes", explique l'ancien pilote Audi. "Puis éventuellement, on va ajuster l’équilibre de la voiture, voir si tout va bien. Après, on va essayer de faire plusieurs relais sur les pneus et tester plusieurs configurations qu’on a en tête, puis voir le résultat. Sur cette journée, il faut apprendre, voir ce que donnent les nouveaux pneus."

La question des gommes est sur toutes les lèvres. Pourtant, les pilotes l'assurent, contrairement au WEC où les doubles relais et la gestion sont des notions obligatoires, pour Le Mans, la situation est plus agréable. "Là, ça ne devrait pas être trop différent de ce qu’on avait par le passé, a priori. Le but, c’est toujours plus ou moins le même. Normalement, avec ce qu’on fait en WEC, on essaie de plus en plus pousser les pneus à avoir un meilleur niveau de performance sur un double relais. Avant, on ne se posait pas trop de questions, on faisait des relais uniques."

"Ça va aller vite"

La question de la performance arrive aussi. André Lotterer, chasseur de pole par excellence, pense avoir une idée du rythme : "Par rapport aux autres années, je pense que ça va aller vite. Je ne sais pas si on va pouvoir battre les temps de 2015. Mais c’est sûr que ce sera en dessous des 3'20 ; je ne sais pas si ça va aller en 3'16."

Il prend en référence la situation de Spa-Francorchamps, il y a un mois. : "C’est surprenant les temps qu’on avait fait à Spa : sur un tour en qualifs, les pneus arrivent vraiment à avoir un niveau de performance exceptionnel sur un tour, donc ça influence pas mal les chronos, ce qui n’est pas trop le cas ici au Mans."

Néanmoins, ce dimanche de test ne sera pas une journée tranquille. Nick Tandy s'y attend, même si c'est le juste retour des choses de son officialisation en LMP1, après une année de GT. "On va avoir du boulot, mais c'est super d'être de retour. Conduire une LMP1 sur ce circuit n'est comparable à rien d'autre. Les voitures sont si rapides, le circuit tellement prenant."

partages
commentaires
Sarrazin : Le scénario de 2016, "on n'y pense pas"
Article précédent

Sarrazin : Le scénario de 2016, "on n'y pense pas"

Article suivant

Kunimoto : "Je dois apprendre les choses, prendre de l'expérience"

Kunimoto : "Je dois apprendre les choses, prendre de l'expérience"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021