Nicolas Prost : Vaillante et Senna, "une belle histoire"

Engagé sur la Vaillante Rebellion #31 avec Bruno Senna et Julien Canal, Nicolas Prost est sous les feux des projecteurs en LMP2. Outre l'attrait médiatique de l'équipage, ce dernier figure parmi les favoris de la catégorie.

Nicolas Prost : Vaillante et Senna, "une belle histoire"
#31 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson: Julien Canal, Bruno Senna, Nicolas Prost
Nicolas Prost, Vaillante Rebellion Racing
#31 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson: Julien Canal, Bruno Senna, Nicolas Prost
#13 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson: Mathias Beche, David Heinemeier Hansson, Nelson Piquet Jr., #31 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson: Julien Canal, Bruno Senna, Nicolas Prost
Julien Canal, Bruno Senna, Nicolas Prost, Vaillante Rebellion Racing
Nicolas Prost, Vaillante Rebellion Racing
#13 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson: Mathias Beche, David Heinemeier Hansson, Nelson Piquet Jr., #31 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson: Julien Canal, Bruno Senna, Nicolas Prost
#31 Vaillante Rebellion Racing Oreca 07 Gibson: Julien Canal, Bruno Senna, Nicolas Prost

G.N, Le Mans - Nicolas Prost n'arrête plus ces derniers temps. Comme nombre de ses compères en Formule E, il enchaîne régulièrement avec des piges en Endurance. Le Français de 35 ans, pilote chez Rebellion depuis 2009, ne s'en cache pas. "Ça enchaîne un petit peu en ce moment, mais on s'est plutôt bien organisés."

À Berlin le week-end dernier avec Renault e.dams, il est désormais au volant de son ORECA 07 floquée du logo Vaillante. "On est arrivés dimanche soir", explique-t-il. "Il y a un petit peu de fatigue, mais c'est comme ça, on ne pouvait pas faire autrement dans tous les cas. Après, le fait de conduire beaucoup, ça facilite presque la vie."

De fait, après une course dans le silence sifflant de l’électrique, il va retrouver la bruyante puissance du V8 Gibson de 600 chevaux, qui équipe son prototype engagé par Rebellion. Une voiture qu'il partage ce week-end avec Julien Canal et Bruno Senna.

Pas un souci pour le Français, habitué désormais de l'exercice : "Essence, électrique, ce n'est pas un problème. C'est passer d'une voiture à l'autre qui n'est jamais facile", précise-t-il. "Je me rappelle que quand je passais de la F1 Lotus au proto, c'était une petite habitude à prendre. Là, c'est pareil, mais avec l'expérience, c'est plus simple."

"Un grand moment"

Arrivé au Mans désormais, Nicolas Prost profite d'une exposition remarquable avec ses deux équipiers. D'une part avec la présence du logo Vaillante sur la voiture. Au Pesage, la #31 était l'une des voitures les plus remarquées.

"Je trouve ça vraiment sympa, c'est un beau projet", sourit-il. "Et puis, c'est vraiment une très belle marque, Michel Vaillant." Il a pu le constater, la marque inventée par Jean Graton il y a près de 60 ans fait toujours rêver. "C'est quelque chose d'unique, et de le mettre en face d'Alpine par exemple, c'est une belle image pour les marques françaises."

Néanmoins, l'autre détail remarqué est l'association Senna-Prost, comme une résonance du vieux duel entre l'oncle de l'un et le père de l'autre. Une aventure pleine d'émotions : "Ça fait un gros effet. Quand j'ai couru avec Bruno dans le passé, c'était déjà assez spécial. On avait partagé le podium à Londres en Formule E, c'était un super souvenir." Aussi, le podium à Silverstone, acquis par l'équipage de la #31 pour sa première course, a fait plaisir. "Là, je dois dire que pour notre première course, faire le podium ensemble, pour nos familles, c'était un grand moment, une belle histoire."

Un beau scénario qui pourrait se poursuivre au Mans, où l'équipage fait partie des favoris. "Je pense que ce qu'on a vu à Silverstone, la victoire est possible, après, il ne faut pas s'enflammer. C'est toujours une course longue et difficile, bien se préparer et rester humble. Une course propre pourrait nous permettre d'envisager la victoire." Après les essais libres et une première troisième place, la Vaillante paraît dans le rythme, ne reste plus qu'à le garder !

partages
commentaires
Q1 - Kobayashi place Toyota en pole provisoire

Article précédent

Q1 - Kobayashi place Toyota en pole provisoire

Article suivant

Panoz dévoile son projet 100% électrique au Mans

Panoz dévoile son projet 100% électrique au Mans
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021