MotoGP
C
GP du Qatar
05 mars
-
08 mars
Prochain événement dans
36 jours
C
GP de Thaïlande
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
50 jours
C
GP des Amériques
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
64 jours
C
GP d'Argentine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
78 jours
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
92 jours
C
GP de France
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
106 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
120 jours
C
GP de Catalogne
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
127 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
141 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
148 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
162 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
190 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
197 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
211 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
225 jours
C
GP d'Aragón
01 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
246 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
260 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
268 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
274 jours
C
GP de Valence
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
288 jours

Améliorer le grip arrière, un préalable au développement 2018 pour KTM

partages
commentaires
Améliorer le grip arrière, un préalable au développement 2018 pour KTM
Par :
27 nov. 2017 à 12:00

KTM a mené un développement tambour battant pour sa première année dans la catégorie reine, délaissant quelque peu la relation pneus-machine en cours de saison. Mais les essais de Valence et de Jerez ont permis de remédier à cela.

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
L'espace de Pol Espargaro dans le stand KTM
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing

KTM a clôt le premier chapitre de son histoire avec le MotoGP vendredi dernier avec la fin des essais de Jerez, qui constituaient le dernier roulage de 2017 pour l'ensemble du plateau – à l'exception de Yamaha, qui doit encore se livrer à des tests privés sur le circuit de Sepang.

Les résultats du constructeur autrichien lors de sa première saison dans la catégorie reine n'ont fait que suivre une courbe ascendante, notamment après deux journées d'essais en Aragón, juste avant la trêve estivale, qui se sont avérées décisives pour le bon développement de la RC16.

En conséquence, la marque de Matthigofen a placé l'un de ses deux, ou trois pilotes (Mika Kallio ayant été sollicité comme wild-card en quatre occasions cette saison) dans le top 11 lors de chacune des neufs courses de la seconde partie du championnat. Une belle régularité dans la performance qui a d'ailleurs permis à la structure de passer de justesse devant Aprilia au championnat des constructeurs lors de la dernière manche, bien aidé par l'absence sur blessure d'Aleix Espargaró dans les rangs de l'équipe de Noale.

Cependant, le dernier Grand Prix à Valence avait permis de confirmer que l'un des points faibles majeurs de la RC16 reste sa dégradation des gommes, qui engendre une chute de compétitivité lors de la seconde partie de course. Pol Espargaró et Bradley Smith se sont donc attelés lors des deux jours d'essais de Valence et des trois dernières journées de roulage à Jerez à remédier à ce problème, prioritaire avant de penser à tout autre développement sur la machine de 2018.

Le premier cité s'est donc concentré sur l'électronique, bouclant un total de 167 tours. "Nous avions beaucoup de choses à tester", explique ainsi l'Espagnol, qui confirme que KTM n'a sans doute pas baissé de rythme après une année 2017 marquée par un développement effréné. "Certaines d'entre elles ont bien fonctionné, d'autres moins, mais nous avons aussi réalisé un important travail sur l'électronique, les gars en Autriche vont donc avoir un hiver intensif devant eux puisqu'il va y avoir beaucoup de données à analyser."

Un écart divisé par trois en un an

Alors que les premiers tours de roue de la RC16 l'an dernier à Valence avaient vu cette dernière naviguer à environ trois secondes des leaders, l'écart a été en l'espace d'un an divisé par trois, et amené à une seconde des meilleurs chronos établis lors de ces derniers essais, réalisés cependant à Jerez et en l'absence des officiels Honda et Yamaha.

Mais le chemin reste encore long, comme l'assure Espargaró. "Évidemment, les temps au tour ont été bien aidés par la nouvelle surface, mais je suis une seconde plus rapide que lors du Grand Prix d'Espagne", reprend-il. "Mais il nous reste à présent le plus difficile : la dernière seconde. Nous sommes trois dixièmes plus proches après ces deux tests."

Si l'électronique a représenté l'un des éléments sur lesquels travailler pour améliorer le comportement sur une distance de course de la RC16, un gros travail a également été entrepris au niveau du bras oscillant et de l'amortisseur arrière. "C'est exactement ce dont j'avais besoin lors de ces tests : me concentrer sur l'arrière de la moto afin d'avoir un meilleur grip lors de la seconde partie de la course, et ne pas perdre de performance pneumatique", ajoute Smith. "Le temps au tour n'a pas été notre point d'attention, étant donnée que nous nous sommes concentrés sur les réglages de l'amortisseur arrière sur ces cinq jours [à Valence puis à Jerez] pour confirmer quelle direction prendre pour le futur."

Du propre aveu du directeur technique du constructeur autrichien, Sebastian Risse, la vitesse de développement de KTM pour sa première saison en MotoGP a amené l'équipe à laisser quelque peu de côté un point devenu essentiel dans le niveau de compétitivité des motos cette année : la gestion des pneus. 

Ainsi, KTM a pris le parti de rester focalisé sur la moto de 2017 et d'en résoudre les points faibles, dans l'optique de lancer les jalons du développement de la prochaine machine. "Nous n'avions pas de moto 2018 ici, mais à la place nous avons décidé de travailler sur des éléments individuels et prendre des décisions selon comment ceux-ci se comportaient", explique Risse. "Si vous regardez ce que nous sommes parvenus à faire sur ces deux tests, je dirais que la chose principale a été la régularité, et le fait d'être capable d'attaquer avec des pneus neufs et des pneus usés, de sorte de faire mieux fonctionner la moto car c'est ce qui peut manquer lorsque vous franchissez de multiples étapes dans le développement. Maintenant nous avons trouvé des pièces qui rendent le package meilleur."

Il faudra donc attendre les essais officiels de Sepang, en janvier prochain, pour voir une première version de la nouvelle KTM prendre la piste. 

Article suivant
Suzuki termine l'année avec un test intense et positif

Article précédent

Suzuki termine l'année avec un test intense et positif

Article suivant

Valentino Rossi dévoile son nouveau casque pour les tests

Valentino Rossi dévoile son nouveau casque pour les tests
Charger les commentaires