Jerez : Crutchlow pointe du doigt la profondeur des bacs à graviers

Crutchlow fait partie des victimes du gravier de Jerez après le premier week-end de course de la saison MotoGP. Bien qu'il soit apte à faire son retour, il espère voir les choses changer.

Jerez : Crutchlow pointe du doigt la profondeur des bacs à graviers

Touché au scaphoïde, en plus d'une commotion cérébrale et d'un cou froissé, Cal Crutchlow n'était pas au départ de la course précédente à Jerez et il était, comme Marc Márquez, dans une salle d'opération mardi. Qu'à cela ne tienne, demain matin il sera en piste, avec la ferme intention, cette fois, d'aller au bout de son week-end.

En faisant le point ce jeudi sur sa condition à la veille de la reprise, le pilote anglais a toutefois tenu à pointer du doigt l'état des bacs à graviers de Jerez, en cause selon lui dans le fait que plusieurs chutes observées pendant le Grand Prix d'Espagne ont mal tourné, avec les conséquences que l'on connaît.

Lire aussi :

Tu es tombé pendant le warm-up et si on a d'abord pensé que tu allais assez bien pour courir, tu as dû être opéré mardi…

C'est toujours étrange de regarder une course. J'en ai profité et c'était chouette de voir Fabio remporter sa première course MotoGP. J'étais tombé dans la matinée, au warm-up. Pendant tout le week-end, ceux qui sont tombés à grande vitesse dans les graviers ont semblé faire des roulés-boulés. Marc [Márquez] et Álex [Rins] ont aussi bien été secoués avec la profondeur des graviers.

Sur le moment, on m'a fait un scanner de la tête car j'avais des bleus sur le visage et au sommet de la tête, mais le résultat était bon. J'aurais pu courir mais les docteurs ont pris la décision que je ne prenne pas le départ car ils voulaient que l'hématome passe, avec huit heures de repos, ce qui a fait que je n'ai pas pu courir. Ensuite, quand l'effet des antidouleurs a commencé à baisser, j'ai ressenti de la douleur au poignet gauche que je n'avais pas senti sur le moment. Là je me suis dit que j'avais un problème et qu'il fallait faire des radios et un scanner, qui ont confirmé que je m'étais cassé le scaphoïde.

Les docteurs ont réalisé l'opération mardi et ils ont placé une vis dans le scaphoïde. On verra demain au moment de piloter. Ça ne devrait pas être facile, mais Álex, Marc et moi, nous sommes des professionnels pour piloter blessés et je pense qu'on sait que la décision, c'est à nous de la prendre, avec l'équipe médicale et le team. On ne peut savoir si l'on peut piloter la moto qu'en montant dessus. On a passé le test de fitness, mais c'est encore totalement différent de piloter la moto, alors on verra comment ça se passe demain et je suis impatient d'être en piste dans la matinée.

Où t'attends-tu à ce que ce soit le plus difficile : sur les gros freinages ou dans les changements de direction peut-être ?

Ce sera dur partout. Le scaphoïde est l'un des pires os du corps à casser, et particulièrement lorsque vous voulez piloter une moto sur la piste de Jerez ! C'est un tout petit os, mais il est vraiment tatillon et situé dans un tout petit espace. Ce sera douloureux au freinage, c'est certain. On verra demain matin.

 

Avez-vous parlé des bacs à graviers et vont-ils être modifiés pour ce week-end ? Et penses-tu que l'une des raisons pour lesquelles il y a eu ces chutes le week-end dernier soit aussi que vous n'avez pas couru depuis huit mois ?

Je ne pense pas qu'on soit tombés parce qu'on n'avait pas piloté la moto depuis longtemps. Certains avaient roulé précédemment et je ne pense pas que le taux de chutes pendant le week-end a été beaucoup plus élevé que sur un Grand Prix normal, il était même peut-être plus bas parce qu'on ne repoussait pas autant les limites.

En ce qui concerne les bacs à graviers, il faut clairement que l'on se penche sur la question, car je pense que ça a probablement causé beaucoup des problèmes pendant le week-end. On a vu la chute d'Álex au virage 11, il s'est mis à faire beaucoup de roulés-boulés. Moi-même j'en ai fait beaucoup, puis quand Marc est arrivé dans le gravier ça a été son cas aussi. Je pense que c'est dû au fait que c'est trop profond. Nous leur avons dit quelle est la situation, mais nous ne savons pas encore si ça a été changé ou pas.

Lire aussi :

Connaissant la nature de la Honda et le fait qu'elle doive se piloter de manière agressive, à quel point penses-tu que la blessure vous affectera, toi et Marc ?

Je pense que ça ne changera pas beaucoup, pour être franc. Je crois que pour tout le monde, piloter une MotoGP est physique. On peut faire du 300 km/h, certes pas sur ce circuit car ici c'est très étroit et sinueux. Je ne pense pas que ça sera très différent selon la moto que l'on pilote. Oui, la Honda est physique, mais on essaiera de gérer la situation du mieux, et je suis certain que Marc aussi. On ne saura ce que l'on est capable de faire qu'après demain et samedi, et si l'on peut simplement courir ou même faire du bon boulot en course…

Tu abordes cette course sans disposer de données, puisque tu n'as pas fait la première. Au-delà de ta blessure, penses-tu que ce manque d'informations puisse être un autre handicap pour toi ?

On y a piloté la semaine dernière, mais en temps normal, vous avez [déjà] toujours le complément des données du gars qui se trouve de l'autre côté du garage et de l'équipe Honda. Mais les manières de régler la moto sont différentes et il faut se concentrer sur soi-même, sur son propre week-end et là où l'on peut progresser. Alors oui, il est certain que ça aurait eu de la valeur pour moi de courir la semaine dernière, mais je ne pouvais pas alors il n'y a pas lieu d'en parler. Cette semaine, j'ai des données pour piloter et on partira de là.

Avec Guillaume Navarro  

partages
commentaires
Álex Rins s'attend à souffrir pour son retour en piste

Article précédent

Álex Rins s'attend à souffrir pour son retour en piste

Article suivant

Le MotoGP durcit le ton sur les drapeaux jaunes

Le MotoGP durcit le ton sur les drapeaux jaunes
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021