Course - Morbidelli s'impose sans trembler devant les Suzuki

Franco Morbidelli voulait frapper un grand coup au Grand Prix de Teruel pour rester en lice au championnat, et c'est chose faite : le pilote Petronas a remporté sa deuxième victoire de la saison, devançant les deux Suzuki à l'arrivée.

Course - Morbidelli s'impose sans trembler devant les Suzuki

Après avoir remporté le premier Grand Prix disputé sur le MotorLand Aragón la semaine dernière, Álex Rins ne comptait pas en rester là et son retour en première ligne lui permettait de nourrir l'espoir d'un doublé. Ses ambitions se sont clairement affichées sur la grille de départ, avec un pari pneumatique le voyant opter pour deux pneus tendres. Qualifié derrière le pilote Suzuki, en quatrième position, Maverick Viñales a opéré un changement de dernière minute pour troquer son pneu avant medium pour un soft lui aussi. Fabio Quartararo avait quant à lui fait le choix détonnant de prendre deux pneus medium, un choix imité par son coéquipier, Franco Morbidelli, dans un changement de dernière minute.

Qualifié en pole position pour la première fois de sa carrière, Takaaki Nakagami a réussi son envol à l'extinction des feux, malgré une trajectoire élargie dans le premier virage qui a permis à Franco Morbidelli de lui contester momentanément les commandes. Mais ce fut bien pire quelques instants plus tard, car le Japonais, après avoir résisté au pilote Petronas, est parti à la faute dans l'enchaînement des virages 4-5. Pour celui qui pouvait se targuer de n'avoir jamais manqué l'arrivée cette saison, les rêves d'un premier podium, voire d'une première victoire, se sont envolés bien vite.

À l'arrière, une grosse chute a également marqué le début de course, lorsque Brad Binder a percuté Jack Miller à la sortie du premier virage. Les deux hommes se sont relevés indemnes et l'incident a été placé sous investigation.

 

Après ces premiers instants mouvementés, Franco Morbidelli était installé en tête devant Álex Rins et Johann Zarco, le Français ayant réussi à prendre l'avantage sur Maverick Viñales, alors quatrième. Certains pilotes déçus de leur qualification avaient réussi à la compenser, notamment Joan Mir qui dans le premier tour a pu effacer sa 12e place de départ et se porter au cinquième rang en prenant l'avantage sur Fabio Quartararo.

Lire aussi :

Álex Márquez, quant à lui, réfutait l'option d'un pneu avant dur samedi soir mais l'a finalement privilégiée ce dimanche. Aux premières loges de l'accrochage Binder-Miller au départ, il a tout de même réussi à passer les premiers hectomètres sans encombres et à entamer immédiatement sa remontrée. En se montrant le deuxième homme le plus rapide du début de course, il avait déjà gagné quatre places en l'espace de trois tours, ayant notamment pu rapidement dépasser Quartararo.

Le plus rapide en piste à cet instant était en tout cas Morbidelli. Auteur dans le cinquième tour d'un temps battant un record qui tenait depuis cinq ans (1'48"089), le pilote italien bénéficiait alors d'une demi-seconde d'avance sur Rins à ce stade.

 

Márquez pensait pouvoir viser à la régulière le top 5 et tout portait à croire qu'il arriverait en effet à atteindre son objectif, étant entré dans cette zone au sixième tour dans un dépassement de toute beauté réalisé sur Viñales dans l'enchaînement des virages 14 et 15, où il brille depuis le week-end dernier. Très vite, le pilote Repsol Honda s'est détaché de son compatriote, qu'il a laissé sous la menace du peloton, rejoignant Mir et Zarco.

Ce trio a dû hausser le ton après la première dizaine de tours pour que l'avance des deux leaders ne soit pas définitivement impossible à combler. Dans le 11e tour, Mir a ainsi pris l'avantage sur Zarco pour commencer à partir en chasse de son coéquipier, alors situé 2"4 devant, puis c'est Márquez qui a fait rétrograder le Français d'un cran de plus. L'Espagnol a toutefois dû s'y reprendre à deux fois, laissant filer au passage de précieux dixièmes. Mais il a surtout vu ses efforts stoppés net dans le 13e tour lorsqu'il est parti à la faute dans le virage 2. Pour lui aussi, les espoirs d'un solide résultat s'envolaient alors qu'il venait de réaliser un très prometteur début de course.

Bénéficiant de quelques centièmes de marge sur Rins à chaque tour, Morbidelli est entré dans la deuxième moitié de la course avec une avance oscillant entre cinq et six dixièmes, qu'il parvenait visiblement à gérer sans difficulté. Derrière eux, Mir avait semé Zarco en l'espace de quelques tours, le Français étant désormais son seul poursuivant. Le Majorquin ne parvenait toutefois pas à recoller aux deux hommes de tête et il allait devoir se contenter de gérer une troisième place tout de même synonyme de gros points pour le championnat.

Plus globalement, les espoirs d'une seconde victoire pour Suzuki commençaient alors à s'évanouir. Morbidelli avait passé la seconde d'avance dans le 18e tour et plus rien n'allait réussir à le troubler jusqu'à l'arrivée. Déjà vainqueur à domicile le mois dernier, le pilote Petronas s'est finalement imposé avec deux secondes de marge sur Rins, empochant 25 points qui maintiennent ses espoirs au championnat, exactement ce qu'il espérait samedi soir.

Zarco dans le top 5

Une fois passé par Márquez, Viñales s'est trouvé au bout de quelques tours à peine sous la menace d'un groupe désormais composé de Quartararo, Pol Espargaró, Oliveira, Crutchlow, Aleix Espargaró, Dovizioso et Lecuona. Dans le dixième tour, Pol Espargaró a dépossédé Quartararo de la septième place, se détachant de ce groupe pour aller chercher le #12 deux boucles plus tard.

La lutte pour la sixième place restait intense et les dépassements n'ont pas manqué entre les pilotes concernés, au risque de voir filer de précieux points en quelques minutes. C'est ainsi que Dovizioso, qui était remonté à la neuvième place, a perdu gros à sept tours de l'arrivée lorsqu'il a commencé à montrer des signes inquiétants. Après un tour bouclé en 1'52"1, durant lequel il a été dépassé coup sur coup par Aleix Espargaró, Lecuona et Crutchlow, il se trouvait désormais sous la menace de Petrucci et Bradl. Il s'est stabilisé dans les 1'50 mais n'a pu résister et c'est à la 13e place qu'il a finalement passé la ligne d'arrivée.

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3

À l'avant de ce groupe, Oliveira a haussé le ton dans la seconde moitié de la course pour se hisser à la sixième place. À trois tours de l'arrivée, il avait comblé son retard sur Pol Espargaró, lui aussi en verve dans la seconde moitié de l'épreuve et tous deux ont coup se sont attaqués à Zarco pour lui ravir la cinquième place. Le Français a cédé à son ancien coéquipier, mais il a toutefois réussi à riposter au pilote Tech3 pour conserver son top 5, qu'il a confirmé à la photo finish sous le drapeau à damier.

Viñales a quant à lui pu se maintenir devant Quartararo pour marquer les points de la septième place. Lecuona s'est quant à lui classé dans le top 10, devant Petrucci, Crutchlow et Bradl.

Dans le peloton, Aleix Espargaró a quant à lui vu ses espoirs de top 10 s'envoler au 20e tour lorsqu'un problème mécanique l'a forcé à se ranger en bord de piste. Également sur la liste des abandons, Pecco Bagnaia est rentré au stand après le cinquième tour, ne profitant pas longtemps du même choix de deux pneus soft que Rins et Viñales.

Lire aussi :

Spain Grand Prix de Teruel MotoGP

P. Pilote Moto Temps Écart Intervalle
1 Italy Franco Morbidelli Yamaha 41'47.652    
2 Spain Álex Rins Suzuki 41'49.857 2.205 2.205
3 Spain Joan Mir Suzuki 41'53.028 5.376 3.171
4 Spain Pol Espargaró KTM 41'57.951 10.299 4.923
5 France Johann Zarco Ducati 42'00.567 12.915 2.616
6 Portugal Miguel Oliveira KTM 42'00.605 12.953 0.038
7 Spain Maverick Viñales Yamaha 42'01.914 14.262 1.309
8 France Fabio Quartararo Yamaha 42'02.372 14.720 0.458
9 Spain Iker Lecuona KTM 42'04.829 17.177 2.457
10 Italy Danilo Petrucci Ducati 42'07.171 19.519 2.342
11 United Kingdom Cal Crutchlow Honda 42'07.360 19.708 0.189
12 Germany Stefan Bradl Honda 42'08.243 20.591 0.883
13 Italy Andrea Dovizioso Ducati 42'09.874 22.222 1.631
14 Spain Tito Rabat Ducati 42'14.148 26.496 4.274
15 United Kingdom Bradley Smith Aprilia 42'19.468 31.816 5.320
  Spain Aleix Espargaró Aprilia 36'33.402 3 Laps 3 Laps
  Spain Álex Márquez Honda 23'39.540 10 Laps 7 Laps
  Italy Pecco Bagnaia Ducati 9'57.656 18 Laps 8 Laps
  Japan Takaaki Nakagami Honda      
  Australia Jack Miller Ducati      
  South Africa Brad Binder KTM      

partages
commentaires
Le MotoGP déterminé à finir sa saison malgré les restrictions en Espagne

Article précédent

Le MotoGP déterminé à finir sa saison malgré les restrictions en Espagne

Article suivant

Championnat - Mir creuse son avance, Morbidelli se fait menaçant

Championnat - Mir creuse son avance, Morbidelli se fait menaçant
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021