MotoGP
26 mars
EL1 dans
26 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
32 jours
16 avr.
Prochain événement dans
46 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
59 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
87 jours
03 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
108 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
115 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
178 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
192 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
199 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
234 jours
28 oct.
Prochain événement dans
241 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
255 jours

Course - Morbidelli s'impose sans trembler devant les Suzuki

Franco Morbidelli voulait frapper un grand coup au Grand Prix de Teruel pour rester en lice au championnat, et c'est chose faite : le pilote Petronas a remporté sa deuxième victoire de la saison, devançant les deux Suzuki à l'arrivée.

partages
commentaires
Course - Morbidelli s'impose sans trembler devant les Suzuki

Après avoir remporté le premier Grand Prix disputé sur le MotorLand Aragón la semaine dernière, Álex Rins ne comptait pas en rester là et son retour en première ligne lui permettait de nourrir l'espoir d'un doublé. Ses ambitions se sont clairement affichées sur la grille de départ, avec un pari pneumatique le voyant opter pour deux pneus tendres. Qualifié derrière le pilote Suzuki, en quatrième position, Maverick Viñales a opéré un changement de dernière minute pour troquer son pneu avant medium pour un soft lui aussi. Fabio Quartararo avait quant à lui fait le choix détonnant de prendre deux pneus medium, un choix imité par son coéquipier, Franco Morbidelli, dans un changement de dernière minute.

Qualifié en pole position pour la première fois de sa carrière, Takaaki Nakagami a réussi son envol à l'extinction des feux, malgré une trajectoire élargie dans le premier virage qui a permis à Franco Morbidelli de lui contester momentanément les commandes. Mais ce fut bien pire quelques instants plus tard, car le Japonais, après avoir résisté au pilote Petronas, est parti à la faute dans l'enchaînement des virages 4-5. Pour celui qui pouvait se targuer de n'avoir jamais manqué l'arrivée cette saison, les rêves d'un premier podium, voire d'une première victoire, se sont envolés bien vite.

À l'arrière, une grosse chute a également marqué le début de course, lorsque Brad Binder a percuté Jack Miller à la sortie du premier virage. Les deux hommes se sont relevés indemnes et l'incident a été placé sous investigation.

 

Après ces premiers instants mouvementés, Franco Morbidelli était installé en tête devant Álex Rins et Johann Zarco, le Français ayant réussi à prendre l'avantage sur Maverick Viñales, alors quatrième. Certains pilotes déçus de leur qualification avaient réussi à la compenser, notamment Joan Mir qui dans le premier tour a pu effacer sa 12e place de départ et se porter au cinquième rang en prenant l'avantage sur Fabio Quartararo.

Lire aussi :

Álex Márquez, quant à lui, réfutait l'option d'un pneu avant dur samedi soir mais l'a finalement privilégiée ce dimanche. Aux premières loges de l'accrochage Binder-Miller au départ, il a tout de même réussi à passer les premiers hectomètres sans encombres et à entamer immédiatement sa remontrée. En se montrant le deuxième homme le plus rapide du début de course, il avait déjà gagné quatre places en l'espace de trois tours, ayant notamment pu rapidement dépasser Quartararo.

Le plus rapide en piste à cet instant était en tout cas Morbidelli. Auteur dans le cinquième tour d'un temps battant un record qui tenait depuis cinq ans (1'48"089), le pilote italien bénéficiait alors d'une demi-seconde d'avance sur Rins à ce stade.

 

Márquez pensait pouvoir viser à la régulière le top 5 et tout portait à croire qu'il arriverait en effet à atteindre son objectif, étant entré dans cette zone au sixième tour dans un dépassement de toute beauté réalisé sur Viñales dans l'enchaînement des virages 14 et 15, où il brille depuis le week-end dernier. Très vite, le pilote Repsol Honda s'est détaché de son compatriote, qu'il a laissé sous la menace du peloton, rejoignant Mir et Zarco.

Ce trio a dû hausser le ton après la première dizaine de tours pour que l'avance des deux leaders ne soit pas définitivement impossible à combler. Dans le 11e tour, Mir a ainsi pris l'avantage sur Zarco pour commencer à partir en chasse de son coéquipier, alors situé 2"4 devant, puis c'est Márquez qui a fait rétrograder le Français d'un cran de plus. L'Espagnol a toutefois dû s'y reprendre à deux fois, laissant filer au passage de précieux dixièmes. Mais il a surtout vu ses efforts stoppés net dans le 13e tour lorsqu'il est parti à la faute dans le virage 2. Pour lui aussi, les espoirs d'un solide résultat s'envolaient alors qu'il venait de réaliser un très prometteur début de course.

Bénéficiant de quelques centièmes de marge sur Rins à chaque tour, Morbidelli est entré dans la deuxième moitié de la course avec une avance oscillant entre cinq et six dixièmes, qu'il parvenait visiblement à gérer sans difficulté. Derrière eux, Mir avait semé Zarco en l'espace de quelques tours, le Français étant désormais son seul poursuivant. Le Majorquin ne parvenait toutefois pas à recoller aux deux hommes de tête et il allait devoir se contenter de gérer une troisième place tout de même synonyme de gros points pour le championnat.

Plus globalement, les espoirs d'une seconde victoire pour Suzuki commençaient alors à s'évanouir. Morbidelli avait passé la seconde d'avance dans le 18e tour et plus rien n'allait réussir à le troubler jusqu'à l'arrivée. Déjà vainqueur à domicile le mois dernier, le pilote Petronas s'est finalement imposé avec deux secondes de marge sur Rins, empochant 25 points qui maintiennent ses espoirs au championnat, exactement ce qu'il espérait samedi soir.

Zarco dans le top 5

Une fois passé par Márquez, Viñales s'est trouvé au bout de quelques tours à peine sous la menace d'un groupe désormais composé de Quartararo, Pol Espargaró, Oliveira, Crutchlow, Aleix Espargaró, Dovizioso et Lecuona. Dans le dixième tour, Pol Espargaró a dépossédé Quartararo de la septième place, se détachant de ce groupe pour aller chercher le #12 deux boucles plus tard.

La lutte pour la sixième place restait intense et les dépassements n'ont pas manqué entre les pilotes concernés, au risque de voir filer de précieux points en quelques minutes. C'est ainsi que Dovizioso, qui était remonté à la neuvième place, a perdu gros à sept tours de l'arrivée lorsqu'il a commencé à montrer des signes inquiétants. Après un tour bouclé en 1'52"1, durant lequel il a été dépassé coup sur coup par Aleix Espargaró, Lecuona et Crutchlow, il se trouvait désormais sous la menace de Petrucci et Bradl. Il s'est stabilisé dans les 1'50 mais n'a pu résister et c'est à la 13e place qu'il a finalement passé la ligne d'arrivée.

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3

À l'avant de ce groupe, Oliveira a haussé le ton dans la seconde moitié de la course pour se hisser à la sixième place. À trois tours de l'arrivée, il avait comblé son retard sur Pol Espargaró, lui aussi en verve dans la seconde moitié de l'épreuve et tous deux ont coup se sont attaqués à Zarco pour lui ravir la cinquième place. Le Français a cédé à son ancien coéquipier, mais il a toutefois réussi à riposter au pilote Tech3 pour conserver son top 5, qu'il a confirmé à la photo finish sous le drapeau à damier.

Viñales a quant à lui pu se maintenir devant Quartararo pour marquer les points de la septième place. Lecuona s'est quant à lui classé dans le top 10, devant Petrucci, Crutchlow et Bradl.

Dans le peloton, Aleix Espargaró a quant à lui vu ses espoirs de top 10 s'envoler au 20e tour lorsqu'un problème mécanique l'a forcé à se ranger en bord de piste. Également sur la liste des abandons, Pecco Bagnaia est rentré au stand après le cinquième tour, ne profitant pas longtemps du même choix de deux pneus soft que Rins et Viñales.

Lire aussi :

Spain Grand Prix de Teruel MotoGP

P. Pilote Moto Temps Écart Intervalle
1 Italy Franco Morbidelli Yamaha 41'47.652    
2 Spain Álex Rins Suzuki 41'49.857 2.205 2.205
3 Spain Joan Mir Suzuki 41'53.028 5.376 3.171
4 Spain Pol Espargaró KTM 41'57.951 10.299 4.923
5 France Johann Zarco Ducati 42'00.567 12.915 2.616
6 Portugal Miguel Oliveira KTM 42'00.605 12.953 0.038
7 Spain Maverick Viñales Yamaha 42'01.914 14.262 1.309
8 France Fabio Quartararo Yamaha 42'02.372 14.720 0.458
9 Spain Iker Lecuona KTM 42'04.829 17.177 2.457
10 Italy Danilo Petrucci Ducati 42'07.171 19.519 2.342
11 United Kingdom Cal Crutchlow Honda 42'07.360 19.708 0.189
12 Germany Stefan Bradl Honda 42'08.243 20.591 0.883
13 Italy Andrea Dovizioso Ducati 42'09.874 22.222 1.631
14 Spain Tito Rabat Ducati 42'14.148 26.496 4.274
15 United Kingdom Bradley Smith Aprilia 42'19.468 31.816 5.320
  Spain Aleix Espargaró Aprilia 36'33.402 3 Laps 3 Laps
  Spain Álex Márquez Honda 23'39.540 10 Laps 7 Laps
  Italy Pecco Bagnaia Ducati 9'57.656 18 Laps 8 Laps
  Japan Takaaki Nakagami Honda      
  Australia Jack Miller Ducati      
  South Africa Brad Binder KTM      

Le MotoGP déterminé à finir sa saison malgré les restrictions en Espagne

Article précédent

Le MotoGP déterminé à finir sa saison malgré les restrictions en Espagne

Article suivant

Championnat - Mir creuse son avance, Morbidelli se fait menaçant

Championnat - Mir creuse son avance, Morbidelli se fait menaçant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Teruel
Catégorie Course
Lieu MotorLand Aragón
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020