Dovizioso : Márquez "n'est pas imbattable" mais sait s'améliorer

partages
commentaires
Dovizioso : Márquez
Par : Léna Buffa
22 oct. 2018 à 11:00

Un adversaire du talent de Márquez pousse Dovizioso à la perfection. Pour l'instant, les progrès sont bien là, pour le pilote italien, mais "ça n'est pas suffisant".

Grand rival de Marc Márquez depuis l'an dernier, Andrea Dovizioso sait que cette année encore il devra se contenter, au mieux, de la deuxième place du championnat face à Espagnol, sacré dimanche au Japon, avec trois courses d'avance.

Entré de longue date déjà dans la catégorie des grands champions, Márquez suscite l'admiration de ses pairs et Dovizioso n'y échappe pas. Si le binôme qu'il forme avec la Ducati a franchi un cap évident depuis deux ans, le pilote italien sait qu'il lui faut encore peaufiner sa copie pour atteindre la perfection requise face à un pilote de ce calibre.

Lire aussi :

"Je me suis amélioré ces dernières années, et je ne suis pas le genre de pilote à dire : 'Je suis le meilleur, et la moto doit s'améliorer'. Je pense que la moto doit être meilleure car on perd du temps en entrée de courbe. On est bons dans d'autres secteurs, mais au final Marc gagne, donc ça n'est pas suffisant", observe le numéro 4. "Je travaille à la maison, j'étudie, comme Marc le fait, pour essayer d'améliorer certaines choses. Les stats de Marc sont incroyables, mais il n'est pas imbattable. Cela veut dire qu'il sait aussi s'améliorer. C'est ce qu'il a fait jusqu'à maintenant et ce qu'il fera à l'avenir."

"Il n'est pas facile à battre", concède Andrea Dovizioso. "Il aime continuer à progresser et c'est la raison pour laquelle il arrive à ramener autant de succès. Beaucoup de champions, de vrais champions, ont connu des hauts et des bas. Lui pour le moment, il n'en a pas eu, alors ça veut dire qu'il a quelque chose en plus."

Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team

"On peut beaucoup apprendre de lui, parce qu'il semble plus fort que tout le monde sur de nombreux aspects", observe le pilote italien. "Il arrive à être rapide dans le premier tour, il arrive à être rapide quand les conditions changent, il arrive à sortir [quelque chose en plus] comme il l'a fait sur cette course. Il avait le même rythme que nous, mais il a réussi à rester vraiment à la limite pendant de nombreux tours, sans faire de faute. D'autres pilotes peuvent avoir ces caractéristiques, mais pas toutes. Il y a donc toujours quelque chose à apprendre de lui."

Avec la Ducati, Márquez devrait s'adapter

Arrivé en MotoGP en 2013 avec Honda, Marc Márquez n'a manqué le titre qu'une fois depuis cette date et il est d'ores et déjà engagé pour deux années supplémentaires avec le HRC afin de poursuivre autant que possible cette série victorieuse. Mais il a beau écrire l'une des pages les plus riches de l'histoire de la discipline, l'Espagnol pèche aux yeux de certains par cette fidélité affichée à une marque, vue parfois comme un manque de remise en question.

Lire aussi :

Pour Dovizioso, au contraire, Márquez a bel et bien réussi à évoluer au cours des années, en s'adaptant à une moto et une donne technique en changement. "À mon avis, en ce moment la Honda est parfaite pour Marc, mais avec les titres qu'il a remportés il a démontré qu'il pouvait s'adapter aux changements de règlement et aux changements de style de la moto. La Honda n'a pas complètement changé, mais elle l'a fait sur certaines caractéristiques", pointe le pilote Ducati.

"Marc a une plus grande capacité d'adaptation que tous les autres pilotes. Par conséquent, à mon avis il serait stupide de dire qu'il ne serait pas compétitif avec la Ducati, je pense qu'il le serait. Je ne sais pas s'il le serait plus, parce qu'on a toujours vu Marc avec la Honda, et la manière dont il pilote, tout le temps en glissade que ce soit en entrée ou en sortie de virage, est parfaite pour la Honda. Avec la Ducati on ne peut pas piloter comme ça, mais je m'attendrais à ce que Marc puisse s'adapter à la Ducati et qu'ensuite il parvienne à être fort."

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Régularité vs épaule fragile : les points forts et faibles de Márquez

Article précédent

Régularité vs épaule fragile : les points forts et faibles de Márquez

Article suivant

À Motegi, Guintoli "travaillait pour le futur"

À Motegi, Guintoli "travaillait pour le futur"
Charger les commentaires