Régularité vs épaule fragile : les points forts et faibles de Márquez

Le Champion du monde 2018 sait que sa capacité à se montrer compétitif sur l'ensemble des circuits a joué en sa faveur face à la concurrence. Au final, il ne retient qu'un point faible ayant légèrement assombri son parcours cette année, bien peu au regard de sa formidable régularité.

Régularité vs épaule fragile : les points forts et faibles de Márquez

Sacré Champion du monde à trois courses de la fin de la saison, Marc Márquez concède n'avoir eu qu'un point faible cette année : une épaule fragile, qui a fait des siennes précisément alors qu'il fêtait ce nouveau sacre, dimanche en bord de piste. L'image a fait le tour du monde : après avoir été félicité par Scott Redding, l'Espagnol a dû s'allonger au sol pour que ses proches remettent en place cette épaule gauche, qui a tendance à se déboîter un peu trop facilement depuis plusieurs années maintenant.

"J'étais très heureux, je suis arrivé là-bas, je ne savais rien des festivités prévues, j'ai fait des burn-out, j'étais hors de contrôle ! Et puis Scott s'est arrêté, je l'ai eu sur moi et j'ai senti quelque chose d'étrange… et mon épaule s'est déboîtée ! Je me suis allongé par terre et mon frère et José l'ont remise en place", raconte Márquez.

Lire aussi :

On avait déjà assisté à une scène étonnante lorsque l'Espagnol, après avoir chuté en essais en Autriche en 2016, avait remis son épaule déboîtée en place en bord de piste. L'incident est si récurrent que le pilote sait qu'il va devoir se pencher sur la question quand le championnat sera terminé. "Ça n'est pas la première fois. Ça a peut-être été mon point faible de la saison", avoue-t-il. "Pendant la saison, je l'ai déboîtée de nombreuses fois à l'entraînement, à la maison. Alors en décembre, il va falloir que je fasse un pitstop chez le Dr Mir et pour l'année prochaine ce sera parfait."

Jerez et Le Mans, le tournant du championnat

Márquez peut en effet juger qu'il s'agit là de son seul point faible du moment, car sportivement il a réalisé une saison quasi parfaite. En remportant le titre dès sa première balle de match, il a ajouté une huitième victoire au compteur d'une saison décidément très riche. "Quand je regarde [le championnat] et que je vois 20, 25, 20, 25… On essaye de travailler très dur pendant la pré-saison pour obtenir cette régularité", explique le pilote Honda.

"C'est ce que j'ai appris de Dovi l'année dernière, il a été très bon pour gérer les situations. Cette année, on a fait du très bon boulot avec le HRC et toute l'équipe. Parfois, je donne un peu plus à la moto et, parfois, c'est elle qui m'en donne un peu plus. Ce compromis fait que nous avons été très réguliers pendant toute la saison. Franchement, je n'ai été en difficulté qu'au Mugello. C'est la seule grosse faute que j'ai commise cette saison, mis à part ça j'ai réussi à être très régulier et ça a été la clé."

Le Champion du monde 2018, Marc Marquez, Repsol Honda Team

Parti à la faute lors du GP d'Italie, Marc Márquez n'y a pas marqué de points même s'il est parvenu à rallier l'arrivée. À ce score vierge s'ajoute celui de l'Argentine, où il a été pénalisé, et ce sont les seuls points noirs dans son parcours 2018, les autres courses lui ayant toutes valu de monter sur le podium.

Sa compétitivité a été complétée par les faux-pas de la concurrence, et en ce sens le printemps a été déterminant. "Dès la première course, j'ai vu que Ducati était la moto et l'équipe qu'il faudrait affronter pour le titre. Mais, ensuite, je crois que Jerez et Le Mans ont été les points importants : j'y ai gagné deux courses de suite, alors que Dovi et Lorenzo sont tombés et n'ont pas fait de beaucoup points. À ce moment-là, j'ai augmenté mon avance, or quand vous avez beaucoup d'avance tout devient plus facile. Ça a été la clé de la saison. Et puis bien sûr j'ai réussi à être rapide sur toutes les pistes. Quand j'ai eu une course difficile, je l'ai terminée deuxième ou troisième, c'était bon signe."

Lire aussi :

"Cette année, je me sens peut-être plus mûr, et on semble avoir commencé avec une moto déjà plus compétitive. L'année dernière, mes sensations avec la moto n'étaient pas très bonnes au début, je suis souvent tombé, or cette année j'ai essayé de gérer différemment et d'avoir un rythme régulier tous les week-ends, sur les différentes pistes. C'est un tout. Sans la moto, vous ne pouvez pas gagner, et sans l'équipe vous ne pouvez pas gagner. Je suis ici en train de fêter le titre, de parler avec vous [les journalistes], mais il y a beaucoup de personnes autour de moi. C'est ce que je dis : parfois la moto m'aide, parfois j'aide la moto, et parfois l'équipe nous aide moi et la moto, c'est le compromis le plus difficile à trouver."

 

Passé en tête du championnat à Jerez, précisément lors du carambolage dans lequel étaient tous deux impliqués les pilotes officiels Ducati, Marc Márquez n'a plus été rejoint au sommet de la hiérarchie et a continué à engranger de gros points qui, peu à peu, l'ont promis à un nouveau titre. Malgré le retour en force des Rouges cet été, et la remontée de Dovizioso au championnat, le nouveau couronnement du jeune Espagnol était attendu de tous.

"L'année dernière, ça a été beaucoup plus stressant", concède-t-il lui-même. "Je n'avais pas d'avance, la pression était plus forte et l'adrénaline a été différente quand j'ai remporté le titre à Valence. Je l'ai toujours dit : sur la dernière course, c'est différent. C'est beaucoup plus de pression, beaucoup plus stressant, l'adrénaline est différente."

Lire aussi :

Une nouvelle fois sacré au Japon, comme en 2014 et en 2016, Márquez va maintenant s'efforcer de profiter au maximum de sa fin de saison, libéré de toute pression. "Bien sûr, pendant la seconde partie de la saison j'ai pu jouer avec mon avance mais ça n'est pas mon style. J'ai essayé de prendre du plaisir et sur les trois dernières courses c'est ce que je vais encore essayer de faire. Et quand est-ce que je prends du plaisir ? Quand je me bats pour la victoire !" Voilà qui promet !

partages
commentaires
Wheeling, patinage, chute : le GP du Japon compliqué de Miller
Article précédent

Wheeling, patinage, chute : le GP du Japon compliqué de Miller

Article suivant

Dovizioso : Márquez "n'est pas imbattable" mais sait s'améliorer

Dovizioso : Márquez "n'est pas imbattable" mais sait s'améliorer
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021