Pour Dovizioso, le titre 2018 s'est joué dès le 1er tiers de la saison

partages
commentaires
Pour Dovizioso, le titre 2018 s'est joué dès le 1er tiers de la saison
Par : Willy Zinck
31 oct. 2018 à 20:30

Si les performances de Ducati sont allées crescendo cette année jusqu'à concurrencer sur tous les terrains la Honda de Márquez, les intentions de titre de la marque transalpine ont été vilipendées par un début de saison erratique.

Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Podium : le troisième, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Podium : le troisième, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Troisième place pour Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team

Ne vous fiez pas au titre décroché dès le Grand Prix du Japon par Marc Márquez, car à bien y regarder, le pilote espagnol a été bien moins hégémonique en 2018 que son sacre prématuré cette année peut le laisser penser.

Le numéro 93 a en effet dû batailler dur face aux Ducati, le constructeur italien qui grâce à un développement toujours plus soutenu a réussi à aligner sur la seconde partie de saison une GP18 qui fait sans doute figure de machine la plus complète du plateau.

De nombreuses occasions manquées 

Dans ces circonstances, on ne peut que regretter du côté de Borgo Panigale les nombreuses occasions manquées en tout début de saison. Tout avait pourtant bien commencé, avec un succès d'Andrea Dovizioso, certes marqué à la culotte par Márquez, lors de la manche inaugurale au Qatar.

Mais de moins bonnes performances en Argentine et en Amérique, et surtout une série noire de trois abandons de l'Italien en quatre courses, entre le Grand Prix d'Espagne et celui de Catalogne, ont mis à mal ses espoirs de titre et l'ont pour ainsi dire exclu de la lutte à peine le premier tiers de la saison franchi.

Lire aussi :

Et c'est probablement lors de cette période décisive du championnat que tout s'est joué selon le numéro 4. "Malheureusement, on a fait plus qu'un mauvais résultat cette saison", regrette ainsi Dovizioso. "Mais vous savez, parfois, il faut que ça se produise, je pense, pour trouver une bonne manière de devenir très solide, et c'est ce qui s'est passé en première moitié de saison, pour être si forts après."

Pendant ce temps, Márquez accumulait les victoires, parfois sur des circuits auparavant peu favorables à sa Honda, tels que Le Mans ou bien encore Assen. Après la manche dans la Cathédrale, la messe était déjà dite.

Les Ducati, seules rivales crédibles de Márquez à partir de Brno

Cependant, difficile de passer sous silence la capacité de rebond de Ducati, revenu encore plus fort après la pause estivale, et qui a donc mené la vie dure à Márquez et Honda dès la reprise à Brno.

"Je pense que ce que nous avons créé est quelque chose de très grand, solide, et nous sommes là, avec Marc", reprend Dovizioso. "Maintenant, depuis Brno, nous sommes les seuls à pouvoir nous battre sur tous les circuits et nous sommes fiers de ça. Je pense qu'on est sur la bonne voie et que nous devons continuer ainsi."

Les résultats du constructeur italien à Phillip Island sont en ce sens révélateurs des nets progrès enregistrés cette année sur des tracés peu enclins à favoriser les Desmosedici.

Lire aussi :

Car si les deux pilotes officiels (dont Álvaro Bautista, qui remplaçait au pied levé Jorge Lorenzo et qui découvrait par conséquent l'équipe ainsi que la GP18) ont terminé aux troisième et quatrième places à l'arrivée, il ne faut pas oublier que le tracé australien avait sonné le glas des espoirs de titre de Ducati et Dovizioso en 2017.

Paradoxalement, un an plus tard la course à Phillip Island semble au contraire marquer le point de départ de Ducati pour la prochaine saison, avec une prestation qui a tout d'une référence sur un terrain qui était jusqu'ici hostile aux machines italiennes.

"C'est trop tôt pour parler de ça mais comme je l'ai déjà dit, je pense que nous travaillons d'une bonne manière et que nous sommes très, très performants", poursuit Dovizioso. "Je pense que si nous devons commencer un nouveau championnat maintenant, nous sommes au même niveau que Marc. Mais beaucoup de choses peuvent se produire sur un championnat. Je me sens en confiance, je pense que nous sommes dans une bonne situation mais je crois que nous pouvons progresser un peu dans certains domaines, c'est ce que nous cherchons à faire et il s'agira du focus pendant les tests hivernaux pour l'an prochain." 

À Ducati et Honda qui sont désormais dotés d'une machine à présent polyvalente, il faudra peut-être même ajouter l'an prochain Yamaha, qui est revenu au premier plan à Phillip Island grâce à la victoire de Maverick Viñales. De quoi augurer d'une saison 2019 qui s'annonce toujours plus explosive !

Avec Guillaume Navarro

Article suivant
L'Australie, une occasion manquée pour Petrucci chez les indépendants

Article précédent

L'Australie, une occasion manquée pour Petrucci chez les indépendants

Article suivant

Deuxième opération pour Crutchlow, bientôt de retour en Europe

Deuxième opération pour Crutchlow, bientôt de retour en Europe
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Andrea Dovizioso Boutique
Équipes Ducati Team Boutique
Auteur Willy Zinck
Type d'article Actualités