Ducati : Lorenzo ? "Un gros investissement, mais aussi des bénéfices"

Claudio Domenicali ne se veut pas rancunier à l'égard de son ancien pilote, rendant hommage au travail de l'Espagnol qui a permis de faire de la Desmosedici une machine sur laquelle il faudra compter en 2019.

Ducati : Lorenzo ? "Un gros investissement, mais aussi des bénéfices"

Jorge Lorenzo a eu droit en novembre dernier à un ultime baroud d'honneur avec Ducati, en participant à la toute dernière manche de la saison 2018 après être revenu in extremis de blessure.

Douzième à l'issue de ce Grand Prix de Valence, l'Espagnol n'avait guère eu le temps de ruminer son départ du constructeur italien, impliqué qu'il était avec Honda pour les premiers essais en vue de 2019, qui suivaient de deux jours seulement la dernière course de l'année.

Néanmoins, difficile de ne pas imaginer un goût d'inachevé dans cette relation qui, lors de son entame deux ans plus tôt, avait pour finalité affichée de décrocher le titre.

Lire aussi :

On connaît la suite : de grands problèmes d'adaptation en 2017, pendant qu'Andrea Dovizioso, que peu espéraient à pareille fête, se dressait comme un prétendant au titre valable face à Marc Márquez.

Les cinq premières manches de 2018 n'apportèrent pas vraiment d'améliorations pour Lorenzo, contraint de végéter dans le ventre mou du classement, malgré quelques éclats en course liés essentiellement à sa capacité à prendre d'excellents départs.

Mauvais timing

Puis vint le déclic, avec une modification sur l'ergonomie du réservoir de la GP18, et une victoire immédiate dans le fief de Ducati, au Mugello. Le timing a ce quelque chose d'ironique, car ce triomphe en Italie du Majorquin survenait au même moment que sa signature avec Honda, dont l'annonce allait suivre le lundi suivant la course.

Cela n'allait pas empêcher le numéro 99 d'enchaîner avec deux autres victoires, en Catalogne et en Autriche, alors que la Desmosedici se montrait à partir de la mi-saison une machine redoutable sur tous les types de terrain.

Lire aussi :

Une compétitivité liée à un développement efficace, et qui permet à Ducati de se présenter comme favori pour la saison 2019. La preuve que le recrutement à prix d'or de Lorenzo n'a pas été vain pour Claudio Domenicali, en dépit de l'absence de titre.

"Ce fut un très gros investissement, mais je pense qu'il y a aussi eu des bénéfices", a souligné ainsi l'administrateur délégué de Ducati. "Jorge a été très bon pour nous faire prendre conscience de certaines zones où nous devions faire des progrès. Une grande partie de ce sur quoi nous avons progressé est due à lui. C'est un très bon pilote, et il a été très bon pour nous faire comprendre [la moto]."

Un développement efficace

Dovizioso fournissant lui-même de solides retours techniques et ayant gagné en expérience aux avant-postes au cours de ces deux dernières années, les propos convergents des deux hommes ont ainsi permis aux Rouges d'obtenir des certitudes quant au bon développement de leur future machine, sans risque de se fourvoyer en chemin.

"Andrea nous disait des choses similaires, mais quand vous avez deux pilotes du même standard, voire même plus quand Jorge nous a rejoint, et qu'ils disent exactement la même chose, plus personne n'a de doutes", reprend Domenicali. "Ce que nous devions faire était très clair, donc c'était positif. Je pense que nous avons fait un très bon investissement. Nous sommes contents de cela."

Finalement, la fin de la relation entre Lorenzo et Ducati aura été hachée par les blessures de l'Espagnol, d'abord au départ en Aragón, puis lors des essais libres en Thaïlande.

Lire aussi :

Là encore, le timing s'est joué des deux parties, les blessures frappant Lorenzo alors que celui-ci atteignait son pic de forme, symbolisé par trois victoires et trois pole positions entre juin et septembre.

"Nous avons eu une relation personnelle très positive avec Jorge", insiste Domenicali. "Les choses ne se sont juste pas passées comme selon les plans au niveau du timing. Ce n'est pas de sa faute, ni de la nôtre. C'est comme ça. Nous estimons que nous avons passé deux bonnes années ensemble, nous avons gagné des courses, nous avons fait progresser la moto, et à présent nous regardons l'avenir d'une façon très positive."

Malgré la déception de ne pas avoir fait réellement fructifier cette association, Ducati souhaite regarder devant et tirer profit de la complémentarité de son nouveau duo de pilotes (Petrucci ayant rejoint Dovizioso), de capitaliser et d'optimiser les progrès ainsi que l'excellente base dont va bénéficier la future GP19.

"Ce n'est pas simplement une façon de penser qui est théorique, c'est exactement comme cela que nous aimons penser", poursuit le responsable italien. "Le passé, c'est le passé. Nous avons fait de bonnes et de mauvaises choses, nous apprenons, et à présent nous abordons 2019 d'une manière très solide."

partages
commentaires
La Maison Marco Simoncelli inaugurée
Article précédent

La Maison Marco Simoncelli inaugurée

Article suivant

Rossi et ses 40 ans : "L'important est de rester compétitif"

Rossi et ses 40 ans : "L'important est de rester compétitif"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021