Espargaró : Si Zarco est rapide j'aurai des infos pour l'être aussi

partages
commentaires
Espargaró : Si Zarco est rapide j'aurai des infos pour l'être aussi
Par :
13 févr. 2019 à 13:18

À l'aube de la troisième saison de KTM, l'objectif est de hausser le niveau et tout apport y sera bénéfique, selon Espargaró. Aussi l'Espagnol ne craint-il pas l'arrivée de Zarco et les requêtes potentiellement différentes des siennes qu'il pourrait faire.

Avec la présentation officielle des équipes KTM, mardi à Mattighofen, le compte à rebours a bel et bien été enclenché pour les pilotes qui, dans trois semaines, seront prêts à faire leur rentrée au Qatar. "La pression commence à grimper. Petit à petit on approche du premier Grand Prix", a témoigné Pol Espargaró auprès de Motorsport.com. "C'est un peu stressant !"

Lire aussi :

Pourtant, l'Espagnol commence à bien connaître la maison, lui qui a rejoint le programme dès le début en signant en 2016 avec le constructeur autrichien, alors que celui-ci déroulait d'intenses essais préparatoires avant de s'engager en compétition quelques mois plus tard. Si la marque disposera cette année de quatre titulaires en MotoGP, Espargaró est le seul à compter déjà une expérience de compétition avec la RC16, un atout sur lequel il espère pouvoir s'appuyer tout en comptant fortement sur ce que pourront apporter les nouveaux venus.

L'un d'eux attire particulièrement l'attention, en l'occurrence Johann Zarco, qui évoluera dans le box officiel, et les essais hivernaux ont permis de commencer à confronter le feedback du Français avec celui de son nouveau coéquipier, deux pilotes aux styles bien distincts. Refusant de l'envisager comme un risque personnel, Pol Espargaró voit dans cette association la force de KTM à l'aube de cette troisième année de course de la RC16. C'est ce qu'il nous a expliqué en dressant le bilan de cet hiver chargé.

Comment se sont passés les essais à Sepang ? Qu'est-ce qui a changé par rapport aux tests de Valence et de Jerez ?

Sepang est un endroit très particulier, il fait super chaud toute la journée et rouler là-bas pendant quatre ou cinq jours est très difficile, surtout après la pause hivernale. Mais c'est super important pour nous. On a beaucoup amélioré la moto, elle est plus facile à piloter et les chronos ont été plus rapides que jamais. Ça fait du bien de rouler avec les meilleurs au monde avec cette KTM. On est encore un peu loin par rapport à là où l'on voudrait être, mais je pense que ce test a été assez productif pour nous. On se rapproche de là où l'on devrait être au Qatar pour la première course.

Quelles nouvelles pièces as-tu testées à Sepang ?

On a testé la plupart des pièces de la moto, des fourches et amortisseurs de WP et beaucoup de choses au niveau de l'aérodynamique car je pense que c'était notre point faible le plus important l'année dernière. On manquait beaucoup à ce niveau-là, tout le monde utilisait des ailerons et nous on n'avait 'rien'. Je pense donc qu'on a progressé là-dessus. Et puis des bras oscillants, des configurations de moteurs… Ce furent des journées difficiles. Je crois que j'ai fait 280 tours en Malaisie, sur une piste qui fait plus de 5km, alors on a fait pas mal de choses.

Pol Espargaro et Johann Zarco à la présentation KTM

Utiliserez-vous les ailerons au Qatar ?

Je pense que le Qatar est une piste où on en a besoin. On avait été pas mal en difficulté l'année dernière, on avait eu beaucoup de wheelie. Il sera encore plus important qu'en Malaisie que ces ailerons soient effectifs [au Qatar]. On en a deux types, que l'on va essayer au Qatar, mais l'un fonctionnait mieux que l'autre en Malaisie et on l'a gardé chaque jour. Il faut donc qu'on voie ce que ça donne au Qatar et si on peut le conserver pour toutes les courses.

Comment développer la moto pour deux pilotes ayant des styles de pilotage différents, comme Johann et toi ? Cela paraît complexe.

Oui, ça l'est. Mais je pense que la moto et l'équipe s'enrichissent des infos en provenance de deux styles différents et au final l'un sera plus rapide que l'autre. En tout cas, on a besoin de beaucoup d'infos et je crois que la façon dont Johann pilote nous en apportera beaucoup. L'année dernière, Bradley non plus ne pilotait pas comme moi, mais au final je crois qu'on allait plus ou moins dans la même direction. Et puis Miguel [Oliveira] et Hafizh [Syahrin] aussi ont des styles différents des nôtres, alors ce sera intéressant de voir quels seront nos points de vue, qui sera le plus rapide. Rien que pour ça, j'ai hâte que la saison commence pour voir quelle direction on prend et comment elle se passe.

Lire aussi :

Tu es dans l'équipe depuis le début et Johann est nouveau venu. N'as-tu pas peur que KTM se concentre sur son style désormais et qu'ils aillent plus dans sa direction ?

Je pense que c'est un équilibre. Bien sûr, ils l'écoutent et s'ils vont dans sa direction, ça ne sera pas mauvais parce que s'il est rapide j'aurai des infos pour être rapide comme lui. Au final, on utilise la même moto. On a différents styles de pilotage mais s'il développe quelque chose qui fonctionne mieux, et si la moto marche mieux et est plus rapide, je serai très reconnaissant de pouvoir l'utiliser et d'être plus rapide moi aussi, alors on verra ce qu'apportera la saison. Notre principal objectif est de développer la moto, peu importe dans quelle direction. On veut être au top et si Johann apporte quelque chose qui nous permet de le faire, nous serons très heureux.

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Sur quelle partie penses-tu devoir te concentrer en particulier ?

Je pense qu'on essaye d'améliorer tout le package. On est bons partout, mais au final quand on voit les chronos… on n'est bons nulle part ! On veut toujours progresser et nous aussi, les pilotes, on veut continuer à s'adapter encore un peu plus à la moto, connaître ses limites, être plus rapides et travailler plus et mieux. En aérodynamique on a bien progressé, mais on a encore besoin de beaucoup de choses et de beaucoup travailler, surtout si on regarde Ducati et [qu'on voit] comment ils utilisent la puissance avec tous ces ailerons sur leur moto. Alors on verra ce que ces deux jours au Qatar vont nous apporter et comment on va pouvoir continuer à améliorer la moto.

Quel a été le changement depuis tes débuts avec KTM il y a deux ans ?

Rien qu'en mettant les deux motos l'une à côté de l'autre, on ne peut pas imaginer à quel point le changement a été grand et combien la première moto était mauvaise. Elle était entièrement nouvelle, y compris la première vis, alors vous pouvez imaginer à quel point il était difficile de la piloter. Mais avec celle-ci c'est complètement différent, c'est une vraie moto. Il faut qu'on l'améliore, c'est sûr, et j'espère que dans deux ans on pensera de cette moto ce qu'on pense aujourd'hui de la première. En tout cas, c'est génial d'être ici et de faire partie de ce projet après autant de changements.

Lire aussi :

Quelle influence a l'arrivée de Tech3 dans le travail ?

Le plus important, ce sont les infos qu'on obtient. C'est le plus important qu'on puisse obtenir en MotoGP, parce qu'une fois qu'on a les infos on essaye de faire en sorte qu'elles fonctionnent et de les traduire en vitesse. Le problème de l'année dernière c'est qu'on n'avait pas beaucoup d'infos, donc parfois quand on rencontrait certains problèmes – sur les pneus, sur la moto… – on était perdus. Maintenant le fait que les gars de Tech3 arrivent, ça va beaucoup nous aider et j'espère qu'on pourra faire du bon boulot ensemble.

Les données seront-elles partagées entre vous tous ?

Oui, on va partager les données entre les quatre motos et ils auront les mêmes pièces que nous. Ce sera intéressant de voir ce qu'ils pourront apporter à l'équipe.

Interview Maria Reyer

Article suivant
Le test de Sepang, 3 jours "difficiles physiquement" pour Nakagami

Article précédent

Le test de Sepang, 3 jours "difficiles physiquement" pour Nakagami

Article suivant

Joan Mir, rookie mais impliqué auprès de Suzuki

Joan Mir, rookie mais impliqué auprès de Suzuki
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Pol Espargaró , Johann Zarco
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Léna Buffa