Fabio Quartararo : "Un week-end incompréhensible"

Fabio Quartararo a eu des difficultés à gérer son pneu medium arrière au GP de Grande-Bretagne, ce qui l'a écarté de la lutte pour le podium. Le Français estime que lui et son équipe ont fait une "erreur assez grosse" en ne testant pas la gomme dure au cours du week-end.

Fabio Quartararo : "Un week-end incompréhensible"
Charger le lecteur audio

Les pilotes français ont payé leur choix de pneus à Silverstone. Alors que Johann Zarco attribue sa chute au pneu medium à l'avant, Fabio Quartararo estime que sa décevante huitième place est la conséquence de son choix de la gomme medium à l'arrière, plus que du temps perdu avec le long-lap en début d'épreuve.

Quatrième sur la grille, le Champion du monde a pris un excellent envol qui lui a permis de remonter au deuxième rang derrière Zarco, qu'il a suivi jusqu'à effectuer la pénalité qui pesait sur ses épaules depuis six semaines. Quartararo s'est retrouvé cinquième et a repris une place avec la chute de son compatriote mais le fait d'être au cœur d'un groupe de pilotes a contribué à la surchauffe de son pneu arrière, ce qu'un pneu dur aurait probablement permis d'éviter.

En délicatesse, il a dégringolé dans la hiérarchie et n'a vu l'arrivée qu'au huitième rang, juste devant Aleix Espargaró. "Sincèrement, un week-end incompréhensible", a résumé Quartararo au micro de Canal+. "On a fait une erreur de ne pas tester le pneu dur pendant les essais. On n'a pas réussi à trouver notre rythme et c'est décevant de voir que ce n'est qu'une huitième place mais il faut rester forts et penser à la prochaine."

Les autres leaders ont tous donné leur préférence au pneu dur mais Quartararo ne l'avait pas évalué pendant ses relais longs, une décision qu'il regrette amèrement : "C'est difficile de partir avec un pneu qu'on n'avait pas essayé mais c'est vrai qu'on a fait une erreur assez grosse, mais c'est comme ça. Il faudra passer à l'étape suivante."

Le long-lap a eu des conséquences inattendues

Fabio Quartararo avait multiplié les passages dans le long-lap pendant les essais

Fabio Quartararo avait multiplié les passages dans le long-lap pendant les essais

Fabio Quartararo s'est maintes fois plaint du comportement de sa Yamaha dans le trafic ces derniers mois, entre la surchauffe de ses pneus et une incapacité à réaliser des dépassements en raison du déficit de puissance de son quatre cylindre en lignes. Plus que le temps perdu dans la pénalité long-lap, ce sont ses conséquences et les tours passés derrière ses rivaux qui ont anéanti ses chances à Silverstone.

"Je suis déçu parce que je pensais que le long-lap me pénaliserait beaucoup plus et en fait, ce n'était pas mauvais", a expliqué Quartararo lors de sa rencontre avec les journalistes. "C'est juste que le pneu arrière était trop mauvais et que derrière d'autres pilotes, notre moto est inconduisible. C'est tout simplement un cauchemar. Derrière une moto, ça va, mais dès qu'il y a plus d'une moto, le pneu arrière est très chaud, on perd de la performance, ça se dégrade et on pilote totalement différemment des autres. Pour nous, doubler est un cauchemar."

"Le pneu arrière surchauffe quand on est derrière les autres et on n'a aucune possibilité de faire un dépassement parce que dans la ligne droite, on se prend dix mètres à chaque accélération", a ajouté Quartararo. "C'est frustrant mais c'est comme ça."

Le pilote Yamaha n'est jamais aussi redoutable que lorsqu'il s'échappe seul en course et la pénalité à respecter ce dimanche a rendu un tel scénario impossible. Sans ce long-lap, Quartararo aurait probablement eu la voie plus dégagée et aurait pu prétendre à un bien meilleur résultat.

"Je pense [que ça aurait été] mieux parce que j'aurais eu moins de motos devant moi. C'est le mystère, quand on a plusieurs motos devant nous, on est en difficulté. Mais là, ce n'est pas facile parce qu'on ne sait jamais à quoi s'attendre. Le pneu surchauffe, une fois c'est l'avant, une fois c'est l'arrière, et on ne comprend pas pourquoi."

La victoire aurait-elle était possible sans la sanction ? "Je ne sais pas", concède El Diablo. "C'est facile de parler après coup mais je ne sais pas quel résultat on aurait eu."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Espargaró : "La douleur n'était pas une excuse"
Article précédent

Espargaró : "La douleur n'était pas une excuse"

Article suivant

Bagnaia s'est lui-même surpris en gagnant à Silverstone

Bagnaia s'est lui-même surpris en gagnant à Silverstone