Malade et en difficulté, Iannone mise sur le départ pour se rattraper

partages
commentaires
Malade et en difficulté, Iannone mise sur le départ pour se rattraper
Par : Léna Buffa
4 juin 2017 à 10:40

Malade depuis le début du week-end, le pilote Suzuki tente de s'accrocher et espère compenser en course un départ lointain.

Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP, avec son casque hommage à Nicky Hayden
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Un logo d'Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP
Andrea Iannone, Team Suzuki MotoGP

Andrea Iannone souffre d'une infection intestinale qui l'a affaibli tout le week-end. Malade depuis plusieurs jours lorsqu'il arrivé au Mugello, il indiquait vendredi avoir perdu trois kilos en trois ou quatre jours. "Je vais mal", expliquait-il après la première journée d'essais. "Je n'arrive pas à faire plus de trois ou quatre tours de suite, j'ai en permanence la gorge sèche. J'ai du mal."

Le pilote italien se sentait tellement mal qu'il s'est rendu à l'hôpital vendredi soir, pour tenter de comprendre quelle pouvait être la cause du problème et comment l'éradiquer. "Je manque de forces et un peu de résistance. Ils m'ont dit que j'étais affaibli, ils m'ont fait des analyses de sang et ils ont vu que les valeurs étaient très basses", expliquait-il samedi après-midi.

Entre-temps, Iannone a placé sa Suzuki en 16e position sur la grille de départ, une performance décevante qu'il refusait de mettre sur le compte de ce problème de santé. "On n'est pas rapide, c'est tout," tranchait-il. "Je suis en difficulté, j'essaye de tout faire pour être plus rapide, mais je n'y arrive pas. J'ai beaucoup de mal. Je suis déçu, parce que mon meilleur temps d'aujourd'hui [samedi] est égal au temps que j'ai enregistré l'année dernière dans le 23e tour de course. Cela reflète à quel point j'ai du mal à piloter."

Le Mugello est un rendez-vous qui lui tient particulièrement à cœur, une piste sur laquelle il a gagné à deux reprises en Moto2, où il a signé sa première pole position en MotoGP et où il a figuré sur le podium en 2015 et 2016. "Ces deux dernières années, ici, j'ai fait deux podiums, j'ai décroché une pole position, je détiens encore le record de la piste, alors pour moi c'est très difficile. Mais c'est comme ça, j'essaye de travailler, de progresser à chaque séance. Franchement, je pense qu'on travaille assez bien ce week-end, mais la performance n'est pas élevée malgré tout."

Trois passages consécutifs par la Q1

Ce week-end s'inscrit dans la lignée d'un début de saison complexe, le pilote italien tentant de prendre ses marques avec une Suzuki très différente de la Ducati qu'il a pilotée durant tout son parcours MotoGP précédemment. Déplorant tantôt de mauvaises sensations, tantôt un patinage trop prononcé ou une moto difficile à manœuvrer en virage avec le plein de carburant, Iannone n'est à l'évidence pas encore à l'aise.

Il en a résulté jusqu'à présent des résultats irréguliers, avec une bagarre aux avant-postes au Qatar mais aussi deux abandons ou encore une visite systématique de la Q1 sur les trois dernières manches. C'est le cas notamment ce week-end, au Mugello, où, à l'instar du Mans, il n'est pas parvenu à atteindre la Q2.

"En général, j'ai du mal à piloter comme j'aimerais, mais même si j'essaye de m'adapter, je n'améliore pas mon chrono, j'ai juste plus de mal. À chaque séance, j'essaye de comprendre mais voilà ce que j'arrive à faire", regrettait-il samedi. "J'ai du mal à ralentir la moto, chaque fois que je freine fort à l'avant, je perds l'avant. C'est une situation que nous affrontons. On ne se rend pas, bien entendu, on va essayer d'être compétitif et d'être là où l'on mérite d'être le plus tôt possible."

La journée de samedi a tout de même permis de voir poindre un début d'optimisme. "Aujourd'hui, mon feeling avec la moto s'est un peu amélioré, mais le résultat est moins bon", résumait-il après les qualifications. "J'ai beaucoup de mal à me montrer très rapide pour signer un temps. Cette année, on n'a jamais été très rapide en qualifs et on a beaucoup de mal à figurer au top. Alors malheureusement on part derrière, en 16e position."

"Cela va être très difficile à rattraper, mais j'espère prendre un excellent départ et rattraper beaucoup de terrain dans les trois ou quatre premiers tours parce que je pense que mon rythme n'est pas trop mauvais – bien sûr, pas pour le podium, mais de la quatrième à la sixième places, on a une bonne chance de se battre", estimait le pilote Suzuki.

S'il espérait être mieux loti sur la distance que sur le tour lancé, le warm-up, ce matin, lui a en effet permis de réaliser une performance plus encourageante, car son long run (son plus long du week-end avec 11 tours consécutifs) l'a placé en troisième position, derrière Maverick Viñales et Johann Zarco. Reste à voir si la course confirmera cela, cet après-midi.

Article suivant
Valentino Rossi, roi du plus gros freinage à San Donato !

Article précédent

Valentino Rossi, roi du plus gros freinage à San Donato !

Article suivant

Quiz - Connaissez-vous bien le GP d'Italie ?

Quiz - Connaissez-vous bien le GP d'Italie ?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Italie
Catégorie Qualifications
Lieu Mugello
Pilotes Andrea Iannone Boutique
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions