Mir a préféré un "choix facile" à la stratégie de Binder

Joan Mir a songé à rester en piste quand la pluie a fait son arrivée au GP d'Autriche, avant de finalement changer de moto. Même si Brad Binder a gagné en faisant l'inverse, le pilote Suzuki estime que les deux stratégies se valaient et assume d'avoir fait le choix le plus prudent pour le championnat.

Mir a préféré un "choix facile" à la stratégie de Binder

Joan Mir a passé une grande partie du Grand Prix d'Autriche 2021 juste devant Brad Binder, vainqueur de la course grâce à un pari audacieux : rester en piste quand la pluie est arrivée. Le Champion du monde en titre est peut-être passé à côté de son premier succès de l'année en préférant changer de moto, mais il n'a pas de véritable regret. Acteur discret de la course, Mir est finalement l'un des pilotes qui a fait la meilleure opération avec une quatrième place qui lui a permis de remonter au deuxième rang du championnat, à égalité avec Pecco Bagnaia, et de reprendre quatre points à Fabio Quartararo.

Le pilote Suzuki n'était pourtant que septième en début d'épreuve, et même brièvement huitième après avoir été doublé par Binder. Mir a repris l'avantage sur le futur vainqueur avant de dépasser Jack Miller et de profiter de la chute de Johann Zarco. La cinquième place lui semblait promise avant l'arrivée de la pluie, tournant de la course. Mir a donc changé de machine, ce qui l'a fait dégringoler au 13e rang avant une remontée jusqu'à la quatrième place dans le dernier tour, doublant Quartararo au passage.

"Je dois dire que c'était une course folle", reconnaît Mir. "C'était assez amusant à la fin, parce que je pense que personne ne connaissait son vrai résultat après l'arrivée. Sur le sec, je n'avais pas autant de traction qu'à la course précédente, c'est une chose que je ne comprends pas mais nous devons faire des analyses pour connaitre l'origine [du problème]. Je ne sais pas. Et il faudra résoudre ce problème pour la prochaine [course] parce que je ne pouvais pas du tout rouler à mon rythme au début."

Lire aussi :

La pluie arrivée en fin d'épreuve a offert une opportunité à Joan Mir de faire mieux, et bien qu'il ait songé à prendre le même pari que Brad Binder en restant en piste, il a préféré suivre les leaders dans la voie des stands pour basculer sur une machine équipée de pneus pour la pluie. "Sincèrement, j'ai pensé à rester en piste parce qu'il ne restait que trois tours, et je pense qu'on aurait pu se battre pour la victoire parce que Binder est resté [en piste]."

"Mais de l'autre côté, j'étais dans le groupe et j'ai vu Fabio, Bagnaia, tous mes rivaux directs, rentrer et j'ai décidé de faire la même chose, donc c'était un choix facile à faire : les suivre, c'est tout. Mais parce qu'il ne restait que trois tours, à certains moments je me suis dit : 'Qu'est-ce qu'on fait ?' Mais c'est bien. Je pense que nous aurions probablement eu les mêmes chances de gagner en restant en piste ou en s'arrêtant pour changer de pneus."

Tous les pilotes en slicks n'étaient en effet pas capables d'afficher le même rythme que Brad Binder. Bagnaia a reconnu qu'il n'aurait probablement pas fait aussi bien, et dans le dernier tour, Luca Marini, Valentino Rossi et Aleix Espargaró ont respectivement perdu une, trois et dix secondes sur le Sud-Africain en roulant aussi avec des pneus pour piste sèche. Mais comme Quartararo, Mir a jugé plus prudent de rentrer aux stands dans l'optique du championnat : "Évidemment que si j'avais été dans une autre position, j'aurais décidé de rester [en piste]. Je pense que Binder a fait ce qu'il fallait. Mais je pense qu'il faut aussi penser aux points, dans certaines conditions."

Même si les pilotes en pneus pluie ont repris une quinzaine de secondes à Binder dans le dernier tour, ils ont eu du mal à utiliser ces gommes quand ils sont ressortis de l'allée des stands. Joan Mir était en plus dans une certaine confusion car il doutait d'être équipé des pneus pluie mediums qu'il avait rodés pendant les essais libres, à raison puisque Suzuki a finalement opté pour les pneus pluie tendres.

"C'était ma première course flag-to-flag parce que dans la précédente [au Mans], je n'ai pas pu rester sur la moto dans le tour précédent [le changement de moto]. Donc je ne savais pas vraiment quels pneus j'avais, je ne savais pas si c'était les tendres, les pluie tendres ou les pluie mediums. Et je ne savais pas s'il s'agissait de pneus rodés, il y a une grosse différence entre eux."

"J'ai simplement essayé de faire chauffer les pneus le plus vite possible. J'ai eu quelques soucis avec l'avant, surtout sur les portions de piste les plus sèches. C'était vraiment dur en entrée de courbe. Quand j'ai réalisé que j'avais le tendre, je me suis dit que c'était l'explication. Mais oui, c'était difficile."

Le choix fait par Suzuki a peut-être privé Mir d'une remontée jusqu'au podium : "Je pense qu'avec les mediums, nous aurions eu une plus grande chance de revenir sur Bagnaia ou Jorge, qui étaient avec moi."

Lire aussi :

Avec Angus Martin

partages
commentaires

Voir aussi :

Oliveira a poussé Binder à travailler sur lui-même
Article précédent

Oliveira a poussé Binder à travailler sur lui-même

Article suivant

De 2e à 10e en un tour, Aleix Espargaró admet sa frustration

De 2e à 10e en un tour, Aleix Espargaró admet sa frustration
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021