MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Un Zarco "mitigé", trop loin pour être pleinement satisfait

Si son retard sur la tête du classement est plus réduit que vendredi au même stade du Grand Prix disputé sur le MotorLand Aragón, Johann Zarco admet être déçu d'être positionné si bas.

Un Zarco "mitigé", trop loin pour être pleinement satisfait

Johann Zarco a dressé un bilan mitigé à l'issue de la première journée du Grand Prix de Teruel, une journée d'ouverture qui ressemblait un peu trop à celle de la première manche disputée sur place le week-end dernier, avec des Ducati toutes réunies hors du top 10. Dans ce groupe, c'est le Français qui fait office de leader, là aussi comme vendredi dernier, mais avec à la clé seulement le 13e temps de la journée. Avoir réduit de 0"385 son retard sur le leader ne suffit pas pour le moment à le satisfaire.

"Je dirais que c'est un petit peu décevant pour aujourd'hui, car je ne suis pas dans le top 10 et toutes les Ducati sont en difficulté. Ça n'est donc pas très positif. Mais je pense qu'on est plutôt bien, donc c'est un peu dommage", regrette le pilote Avintia, qui souhaitait entamer ce week-end en retrouvant d'emblée le niveau de confiance et de pilotage atteint dimanche après trois jours de travail.

Lire aussi :

Zarco explique avoir dédié une partie de son roulage du jour à des essais de suspensions, avec "des bonnes choses à prendre et d'autres moins", précise-t-il. "Peut-être que j'ai bien progressé avec les nouvelles choses que j'ai essayées. Mais avec un pneu neuf, je ne suis pas encore en mesure de vraiment bien utiliser le super grip que l'on peut avoir pour quelques tours. Et, globalement, je pense que les virages rapides sont notre point faible aujourd'hui", pointe-t-il. "C'est pour ça que je suis déçu, mais peut-être que l'on peut garder de bonnes choses, y travailler demain et voir des améliorations. C'est donc mitigé : positif d'avoir travaillé sur des choses qui sont très intéressantes, mais pas super content parce qu'on est trop loin."

"On s'attendait à être beaucoup mieux sur cette piste", admet-il. "La semaine dernière, le problème c'était le froid, mais aujourd'hui le froid était sous contrôle − on n'a pas vu de chute, donc ça va. Par contre, je pense que l'on manque clairement trop de vitesse de passage dans les virages rapides, et tous les autres arrivent à en trouver et à bien l'utiliser. Peut-être qu'aujourd'hui on était mieux en pneus usés qu'en pneus neufs. À l'heure actuelle, il est donc possible de se battre dans le top 8 en course, mais on ne doit pas partir si loin si on veut se battre au moins [pour ces positions]."

Derrière Johann Zarco, 13e, toutes les Ducati occupent les dernières places du classement de cette journée, à plus d'une seconde du temps de référence. Impossible dès lors de ne pas s'interroger sur l'importance que revêt le pneu arrière de cette année dans l'équation, notamment pour tenter d'expliquer ces difficultés dans les virages rapides. Le Français n'a toutefois pas la réponse, compte tenu du fait que son expérience avec la Ducati se limite au pneu introduit cette saison.

"Je ne sais pas. Quoi qu'il en soit il faut que l'on s'adapte à ce pneu, parce que c'est celui qu'on a et je pense qu'on aura le même l'année prochaine. C'est la raison pour laquelle le travail que l'on mène est bon, je pense. Et Ducati ne va pas s'arrêter et ils vont comprendre comment bien contrôler ce pneu. Moi je ne connais que celui-ci. Pour moi c'est Ducati, je ne peux pas dire si c'est le nouveau pneu ou pas car j'ai découvert la Ducati avec ce pneu, mais on va trouver. Sur certaines pistes on est très bien, c'est juste sur celle-ci que c'était beaucoup plus compliquée aujourd'hui."

partages
commentaires
La convalesence de Marc Márquez est "plus lente" que prévu

Article précédent

La convalesence de Marc Márquez est "plus lente" que prévu

Article suivant

Quartararo contredit Michelin après ses soucis en Aragón

Quartararo contredit Michelin après ses soucis en Aragón
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Teruel
Catégorie EL2
Lieu MotorLand Aragón
Pilotes Johann Zarco
Équipes Avintia Racing
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020