Lorenzo : Injuste de critiquer Viñales dans la tourmente

partages
commentaires
Lorenzo : Injuste de critiquer Viñales dans la tourmente
Oriol Puigdemont
Par : Oriol Puigdemont
15 oct. 2018 à 07:30

Voici la seconde partie de l'interview exclusive accordée par Jorge Lorenzo à Motorsport.com lors du GP de Thaïlande. L'Espagnol l'assure, il ne ressent pas de pincement au cœur face à la mauvaise passe que traverse Yamaha, mais peine à comprendre que l'on critique ceux qui gagnaient il y a encore peu de temps.

Deux ans après que Yamaha a décidé de retenir Valentino Rossi et d'ouvrir la porte de sortie à Jorge Lorenzo, le Majorquin est toujours à ce jour le dernier à avoir rapporté le titre mondial au constructeur d'Iwata. Cette dernière couronne remonte à 2015, année où il a joué le titre face à son coéquipier, remportant finalement leur duel lors de la dernière course de la saison. À l'époque déjà, Yamaha avait affiché sa préférence sans trop rougir, annulant les célébrations du titre que l'Espagnol.

Aujourd'hui, deux ans après avoir remplacé Jorge Lorenzo par Maverick Viñales, le constructeur japonais traverse la plus grave baisse de résultats de son Histoire, 24 Grands Prix s'étant enchaînés sans que les pilotes Yamaha ne parviennent à s'imposer et, pire encore, sans que n'ait émergé de solution à ce manque de traction qui martyrise les M1.

1re partie de l'interview :

Lorsque Motorsport.com l'interroge sur la mauvaise passe que traverse son ancienne équipe, l'actuel pilote Ducati pointe sans hésitation que ces problèmes ne sont plus les siens, et qu'il en a désormais d'autres à gérer.

"Nous avons tous des problèmes", explique Jorge Lorenzo. "Nous [Ducati] les avons parce que nous avons fait des erreurs. Nous aurions aimé être plus proches de Márquez et nous battre pour le titre. Suzuki aussi a fait des erreurs et Yamaha aussi. Dans leur cas, il est vrai que ce qui leur arrive dépend beaucoup du circuit, parce que je pense qu'il y a des pistes sur lesquelles la M1 ne va pas aussi mal qu'on pourrait le croire ou que peuvent le dire les pilotes. Mais il est vrai qu'il y a des endroits où ils sont en difficulté, et cela vient en partie de la moto, parce que Viñales comme Rossi sont très bons. Mais ça ne me fait pas de peine, non, parce que nous sommes là pour gagner."

Jorge Lorenzo, Ducati Team, Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing

Avant même son départ de Yamaha, le pilote majorquin avait reconnu dans une interview pour Motorsport.com qu'il comprenait parfaitement que le constructeur préférait voir Rossi gagner, et ce pour des questions de marketing, tellement important de nos jours. Aujourd'hui, lorsque nous lui demandons si le rôle de l'Italien pourrait conditionner le retour de son ancienne équipe, Lorenzo dit ne pas croire que cela puisse avoir une influence.

"Maverick a gagné ses deux premières courses [en 2017] et Yamaha lui a accordé son attention, c'est Rossi qui avait tort. Je ne sais pas ce qui se passe là-bas, mais d'après mon expérience Yamaha a toujours valorisé et pris en compte l'opinion de ses deux pilotes", souligne le triple Champion du monde MotoGP.

Viñales, encensé quand il gagne, critiqué quand il perd

Concernant celui qui lui a succédé dans le stand Yamaha, Lorenzo juge injuste de considérer que le numéro 25 n'aborde pas les problèmes qu'il traverse avec la bonne mentalité. Étant lui-même passé par des difficultés, il fait remarquer que ce même Viñales a brillé dès qu'il a enfourché la Yamaha.

"Chacun a sa propre façon d'atteindre son meilleur niveau. Certains d'entre nous, comme Stoner ou moi, avons besoin de nous mettre en colère quand les choses vont mal, mais d'autres sont plus calmes, comme Dovizioso. Valentino, par exemple, était très politique. Cela est propre à l'ADN de chacun et je ne pense pas qu'il soit bon de le changer en fonction des résultats", analyse-t-il.

"On ne peut pas critiquer Maverick aujourd'hui, ou dire qu'il est faible mentalement. C'est quelqu'un qui, l'année dernière, a gagné les deux premières courses et fait une très bonne pré-saison. À l'époque, tous les commentaires étaient positifs. Tout le monde parlait admirablement bien de lui, on disait que c'était une merveille, qu'il était beaucoup plus facile de travailler avec lui qu'avec moi. Mais c'était parce qu'il gagnait. Quand les choses vont mal, alors des problèmes apparaissent de toutes parts."

Lire aussi :

Quoi qu'il en soit, Viñales se séparera à la fin de la saison de Ramon Forcada, son actuel ingénieur, qui fut également une pièce maîtresse de la conquête des trois titres de Lorenzo chez Yamaha (2010, 2012 et 2015). "De l'extérieur, je ne peux pas avoir d'avis, parce que je ne sais pas ce qui se passe là-bas", prévient le Majorquin. "Ce que l'on peut dire, c'est qu'il n'est pas facile de travailler avec Ramon parce qu'il a un caractère fort. C'est mon cas aussi, et c'est la raison pour laquelle on s'est accrochés. Mais malgré tout, on a été Champions du monde trois fois. Et s'il était si bon quand on gagnait, il ne pouvait pas être mauvais quand on ne gagnait pas. Mais je le répète, à partir de là, Maverick a sûrement ses raisons et chacun prend ses propres décisions."

Article suivant
Rossi ne s'inquiète pas des records que pourrait battre Márquez

Article précédent

Rossi ne s'inquiète pas des records que pourrait battre Márquez

Article suivant

Torres de nouveau avec Avintia pour le GP du Japon

Torres de nouveau avec Avintia pour le GP du Japon
Charger les commentaires