Lorenzo sur la M1 de 2019 : un test important malgré tout

Bien qu'il ait dû se contenter d'une Yamaha de 2019 pour son retour en piste, les pilotes du groupe jugent que le roulage de Jorge Lorenzo pourrait être d'une aide importante en vue du Grand Prix du Portugal.

Lorenzo sur la M1 de 2019 : un test important malgré tout
Charger le lecteur audio

D'après les pilotes Yamaha, les essais que Jorge Lorenzo a réalisés cette semaine au Portugal restent importants et utiles à leur programme de course, bien que le jeune retraité ait dû se contenter d'une machine datant de l'année dernière.

En arrivant à Portimão, le pilote espagnol s'était lui-même dit surpris de découvrir dans son stand une version désormais datée de la machine d'Iwata, et non le modèle de 2020 qui lui avait été promis. Après avoir déjà rongé son frein lors des deux jours de roulage qu'il a réalisés à Sepang au mois de février, son enthousiasme à l'idée d'enfin reprendre la piste a été quelque peu douché.

À l'issue du test, Lorenzo s'est toutefois montré compréhensif. "Je crois que Yamaha a fait de son mieux pour apporter ici la moto de 2020, mais étant donné que les courses étaient très proches du test, ils avaient besoin de beaucoup de pièces de rechange au cas où il y aurait une casse pendant le week-end de course", a-t-il expliqué au site officiel du MotoGP. "Ils ont donc décidé d'apporter la moto de 2019 ici et il a fallu que je l'accepte et que je travaille avec. Bien sûr, l'ancienne moto est un peu plus lente que la nouvelle, mais je pense qu'ils ont eu les informations dont ils avaient besoin."

Lire aussi :

Yamaha n'a pas fourni d'explication sur ce sujet, se contentant de décrire le fait que "la mission de Jorge Lorenzo est de recueillir des données" à destination de l'équipe d'usine afin de faciliter leur adaptation à la piste portugaise lors du Grand Prix du mois prochain. En ce sens, Maverick Viñales semble considérer que la présence du pilote d'essais aura en effet été utile. "C'était clairement bon pour régler la boîte de vitesses et les départs, surtout parce que le premier virage est en descente, et pour voir le wheelie", estime-t-il, lui qui a pu se rendre compte du défi que posera la piste portugaise puisqu'il a bouclé près de 100 tours au guidon de sa R1 mercredi. "C'était très important de faire un test là-bas, mais c'est clair que les réglages et l'électronique est très différente de ce que Jorge essaye actuellement."

Pour Valentino Rossi également, emmagasiner des données comme a pu le faire son ancien coéquipier est un apport précieux en dépit de l'impossibilité pour lui de participer à un quelconque développement sur les parties autorisées. "Ce n'est pas un gros problème, car la moto de 2019 n'est pas très différente de celle de 2020", juge le #46. "Compte tenu de ce que devait tester Lorenzo, la moto de 2019 ça va. Pour nous, ce qui était important c'était qu'il soit là, car nous avons un peu de données et cela pourra être une aide pour le week-end de course."

Seul pilote du quatuor de course à disposer d'une machine moins développée que l'actuel modèle de 2020, Franco Morbidelli a plutôt pris la situation avec le sourire. "Jorge utilisait une moto 2019 à Portimão... il essayait clairement des choses pour moi ! C’est bien pour moi !" a-t-il plaisanté, avant de rappeler lui aussi que le temps dédié notamment à la préparation des rapports de boîte pourrait être utile lors du Grand Prix.

Le principal intéressé quant à lui a dressé un bilan positif à l'issue des deux jours de tests. "On a bien travaillé sur les choses sur lesquelles on devait travailler, à savoir la boîte de vitesses et le choix de pneus, et je pense que le team dispose maintenant de bonnes informations pour débuter la course avec une bonne base", estime Jorge Lorenzo.

Un changement nécessaire en 2021 selon Quartararo

Reste que ce rare test auquel participe le pilote d'essais du constructeur qui mène actuellement la danse en MotoGP ne fait que remettre sous le feu des projecteurs la situation délicate d'Iwata dans ce domaine cette année. Alors même qu'un test team européen fait partie des projets de la marque depuis deux ans, les difficultés logistiques entre l'usine japonaise et le Vieux continent dans le contexte de crise sanitaire actuel ont mis totalement à l'arrêt les plans de l'équipe avec sa recrue star.

Les pilotes ont déjà exprimé leur frustration sur le sujet, et Fabio Quartararo insiste pour que cela change la saison prochaine. "Il est clair qu'il faut qu'on fasse plus de tests pendant la saison, parce que Jorge a testé à Sepang et maintenant à Portimão. Pour moi, il faut qu'on améliore ça, pour avoir les meilleurs détails possibles", affirme le Français, par ailleurs peu loquace sur les conditions de ce texte portugais. "Franchement, je ne sais pas pourquoi il a testé la moto de 2019 et pas celle de 2020. Ce n'est pas une question pour moi, mieux vaut la poser à Yamaha."

À noter que Quartararo lui-même a décidé de faire l'impasse sur la journée de familiarisation avec la piste qui était consentie aux titulaires hier. "Avant toute chose, c'était pour éviter tout risque de blessure, car c'était un peu risqué à seulement deux jours de commencer trois courses de suite", explique-t-il. "Après, je suis allé là-bas il y a six ans, on aura aussi des EL1 et des EL2 plus longs quand on ira là-bas, et puis c'était une moto différente. Voilà la raison."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires
Quartararo et Mir n'attendent pas d'aide de leur équipier
Article précédent

Quartararo et Mir n'attendent pas d'aide de leur équipier

Article suivant

Test Portimão, J2 - Pirro conclut les essais, Lorenzo reste à distance

Test Portimão, J2 - Pirro conclut les essais, Lorenzo reste à distance