Les contacts avec Espargaró ? Torts partagés selon Márquez

Cible des critiques d'Aleix Espargaró après des contacts lors de chacun de deux départs, Marc Márquez ne se sent pas plus responsable que son rival.

Pointé du doigt par Aleix Espargaró pour deux passages chaotiques dans le virage 1 du Red Bull Ring, dimanche pendant le Grand Prix de Styrie, Marc Márquez a admis ses torts pour l'un d'eux mais estimé que son compatriote avait également sa part de responsabilité. Face à la colère du pilote Aprilia, qui estime qu'il aurait dû être pénalisé, le champion espagnol a jugé au contraire qu'il s'agissait de simples incidents de course.

"On connait Aleix. Si je devais me plaindre de tous les contacts, qu'est-ce que je devrais faire ? Aux Pays-Bas, il m'a touché à la dernière chicane, j'ai failli tomber et je ne me suis jamais plaint. Ici aussi, à la première course, Mir a essayé de me dépasser, j'ai eu un gros contact et je ne me suis pas plaint. C'est la course", a d'abord commenté le pilote Honda.

Lire aussi :

Au premier départ de la course, Espargaró a pris un choc sur le bras lorsque Márquez lui a fait l'intérieur, et il a dû élargir au risque de heurter à son tour Álex Rins qui se trouvait à sa gauche. Au restart, après l'interruption de la course au drapeau rouge, Espargaró s'est cette fois retrouvé au coude-à-coude avec Márquez, pris en sandwich entre l'Aprilia et la machine de Fabio Quartararo, ce qui a forcé le #41 à passer hors piste et lui a fait perdre dix places.

"J'essaye toujours d'être honnête, et il vrai qu'à la première course si quelqu'un a fait une erreur, c'est moi, parce qu'il a élargi un peu et que j'ai plongé", a expliqué Márquez, admettant avoir été "optimiste", pris dans le feu de la course. "Dans ce virage, si vous avez un doute, quelqu'un peut facilement [vous passer] et vous perdez du temps, alors j'y suis allé. Je ne m'attendais pas à ce qu'on ait un si gros contact."

"À la deuxième course, c'était sa faute. Je suis mieux parti que lui, j'étais dans une bonne position, j'étais parallèle à lui au point de freinage, mais il a relâché les freins et il est entré, j'étais à l'intérieur et on a eu un contact", a-t-il poursuivi. "Quand il a fait ce mouvement, je n'avais pas de place car Quartararo était à l'intérieur, or si je n'ai pas de place il y a contact. On a perdu du temps tous les deux, mais c'est la course." Et de conclure : "À la première course c’était de ma faute, à la deuxième c'était de la sienne."

Un résultat décevant

Passé ce départ mouvementé, Marc Márquez a connu une course compliquée, témoignant de mauvaises sensations avec ses pneus alors que la première partie de l'épreuve, avant le drapeau rouge, lui avait donné l'impression de pouvoir compter sur un bon potentiel. Descendu jusqu'à la 14e place après s'être manqué dans le deuxième tour, il a peu à peu grimpé dans la hiérarchie, mais finalement classé huitième, il accueillait son retard avec dépit : "17 secondes, c'est beaucoup et je ne m'y attendais pas du tout."

"Clairement, pendant la première course la performance était très élevée et je me sentais très bien", a-t-il expliqué. "Pendant la première course, je pilotais très bien et je me sentais très à l'aise. Mais à la deuxième course, dès le tour de sortie et le premier tour, j'ai réalisé que quelque chose n'allait pas. La moto était la même, on a eu juste changé les pneus ente la première et la deuxième course, mais dès le tour de sortie le grip était inexistant. J'ai ensuite été très en difficulté avec le grip arrière pendant toute la course, même pour stopper et sortir des virages."

"Il faut qu'on comprenne pourquoi. La seule chose qu'on ait changée, ce sont les pneus mais on ne peut pas juste se plaindre des pneus, il faut qu'on comprenne, parce que tout le monde a les mêmes pneus. Il est vrai cependant que d'un pneu à l'autre on peut peut-être perdre en performance. C'était peut-être la raison principale aujourd'hui, je ne sais pas. Je me suis juste concentré sur moi-même. Je me suis bien senti pendant tout le week-end et les plus mauvaises sensations sont arrivées durant la deuxième course. Heureusement pour nous, on a une autre course ici en Autriche la semaine prochaine, et on peut essayer de comprendre ça."

partages
commentaires
Jorge Martín : "Je n'ai pas ressenti une grosse pression"

Article précédent

Jorge Martín : "Je n'ai pas ressenti une grosse pression"

Article suivant

Johann Zarco : une fin de course "difficile à gérer"

Johann Zarco : une fin de course "difficile à gérer"
Charger les commentaires
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021