Michelin : Objectif record de la pole au Mans !

Pour son Grand Prix national, le manufacturier clermontois a décidé d'apporter des pneus arrière plus tendres qu'en 2017, afin d'aller chercher le record absolu sur le circuit Bugatti du Mans.

Michelin : Objectif record de la pole au Mans !
Un technicien de Michelin
Des pneus Michelin
Des techniciens Michelin
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Piero Taramasso, responsable deux roues Michelin Motorsport
Piero Taramasso, responsable deux roues Michelin Motorsport
Piero Taramasso, responsable deux roues Michelin Motorsport
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Un pneu Michelin
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Piero Taramasso, responsable deux roues Michelin Motorsport
Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing
Un pneu Michelin
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team
Piero Taramasso, responsable deux roues Michelin Motorsport

Le Grand Prix de France a toujours une saveur particulière pour Michelin, qui s'y sent à la maison. Le manufacturier basé à Clermont-Ferrand permet à nombre de ses employés de se rendre sur le circuit sarthois et, pour cette épreuve plus que pour toute autre, l'envie de bien faire est très forte.

"Le Mans est notre circuit maison, parce qu'il n'est qu'à quatre heures de Clermont-Ferrand, où se trouve le siège de Michelin", explique à Motorsport.com Piero Taramasso, responsable deux-roues de Michelin Motorsport. "En France, nous nous sentons à domicile, de plus nous avons invité de nombreuses personnes qui travaillent dans nos établissements afin de les récompenser. Nous aurons donc de nombreux supporters. Pour nous, il est important que les personnes qui travaillent chez Michelin se sentent proches de l'entreprise."

Cette deuxième épreuve européenne de la saison permettra aussi à Michelin de fêter le cap majeur franchi à Jerez, où les gommes françaises ont remporté leur 400e victoire dans la catégorie reine grâce au succès conquis par Marc Márquez, ainsi passé en tête du championnat.

"Nous avons obtenu à Jerez notre 400e victoire dans la catégorie reine, mais nous n'avons pas eu le temps de le fêter comme il se doit, nous le ferons donc au Mans", explique Taramasso. "Il y aura une cérémonie pour célébrer cet important cap franchi, parce que bien que nous soyons aujourd'hui sous régime de manufacturier unique, lorsqu'il y avait de la concurrence nous avons remporté 73% des courses auxquelles nous avons participé. C'est un motif de fierté et nous voulons continuer ainsi."

Et quelle meilleure façon de marquer les esprits lors de son Grand Prix national qu'en établissant un nouveau record ? L'an dernier, le record de la piste avait déjà été battu en course sur le circuit Bugatti (1'32"309 avec Viñales), mais c'est le record absolu, celui de la pole position, que vise Michelin cette semaine. Le chrono à battre est de 1'31"975, enregistré par Jorge Lorenzo en 2016, avec sa Yamaha déjà chaussée de pneus Michelin à l'époque.

Ce n'est donc pas un hasard si des choix plus tendres ont été faits à l'arrière en comparaison de 2017. "Il n'y a pas de grandes modifications. Les trois pneus avant sont symétriques, tandis qu'à l'arrière nous aurons trois pneus asymétriques qui, par rapport à l'année dernière, ont tendance à être un peu plus soft. Nous avons fait un choix un peu plus agressif, pour voir si nous arrivons à battre le record de la piste. L'année dernière, nous avions déjà établi le record en course, mais nous voulons essayer de battre le record au tour. Il nous appartient déjà, mais il remonte à 2016, avec Lorenzo."

"Nous avons aussi fait un choix agressif, parce qu'il semble que les conditions météo seront bonnes, et c'est positif. Au Mans, il y a habituellement le risque d'avoir du froid et de la pluie, mais il semble cette fois que nous aurons un temps sec et une vingtaine de degrés. Espérons que le temps tienne, parce que ce serait plus facile pour tout le monde si le week-end était intégralement sec."

Du sur-mesure pour tous les pilotes

Le retour en Europe a déjà apporté des résultats positifs, car à Jerez tous les pneus proposés par Michelin se sont parfaitement bien comportées : "Un autre de nos objectifs est de voir les six pneus que nous proposons – trois avant et trois arrière – être utilisés en course, car cela voudrait dire que nos solutions fonctionnent et qu'elles peuvent satisfaire les différents styles de pilotage et caractéristiques des motos. Nous misons sur cela pour rendre le championnat plus spectaculaire et permettre à tous les pilotes de se battre au mieux à chaque course. Le concept est d'essayer de fournir une 'chaussure' sur-mesure à chaque pilote."

Par ailleurs, lors des tests qui ont fait suite au GP d'Espagne, tous les pilotes ont eu la possibilité d'essayer un nouveau pneu arrière tendre, déjà testé précédemment par certains. Celui-ci a obtenu un feedback positif et sera donc revu sur les machines dans les prochaines semaines.

"Nous avons apporté à Jerez un nouveau pneu arrière soft. Nous l'avions déjà essayé avant, mais pas avec tous les pilotes. Étant donné qu'il s'agissait d'un test IRTA, nous avons donné à tout le monde la possibilité de l'essayer et tous ceux qui l'ont fait nous ont fait un retour positif. En comparaison du pneu soft utilisé en course à jerez, celui-ci apportait plus de grip et s'est révélé plus constant. Ce sera une gomme que nous verrons encore au cours du championnat, au Mugello et à Barcelone, et probablement aussi l'année prochaine à Jerez."

partages
commentaires
EL1 - Márquez et Dovizioso devant, la cinquième place pour Zarco
Article précédent

EL1 - Márquez et Dovizioso devant, la cinquième place pour Zarco

Article suivant

Officiel - Dovizioso reste chez Ducati jusqu'en 2020

Officiel - Dovizioso reste chez Ducati jusqu'en 2020
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021