Petrucci : Je gagne moins que Lorenzo, mais j'étais mieux classé

Le pilote italien défend le choix de Ducati de l'associer à Andrea Dovizioso la saison prochaine, en remplacement d'un Jorge Lorenzo qui a tardé à performer. Le Majorquin, lui, met en avant le manque de patience du constructeur et son salaire, possiblement prohibitif.

Petrucci : Je gagne moins que Lorenzo, mais j'étais mieux classé

À l'aube d'un Grand Prix d'Aragón qui allait mal se terminer pour lui, Jorge Lorenzo s'était laissé aller à quelques confidences pour La Gazzetta dello Sport qui ne sont pas passées inaperçues de l'autre côté des Alpes. Fort de ses récents succès avec la Desmosedici, le Majorquin a en effet déclaré être convaincu qu'il aurait été plus à son avantage en 2019 s'il était resté chez Ducati, commentant ainsi un divorce qu'il n'a pas souhaité.

"Je suis certain que la troisième année, j'aurais obtenu de meilleurs résultats, c'est mon parcours qui le dit", souligne-t-il. "J'ai le talent de toujours apprendre, chaque année. C'est arrivé en 125cc, en 250cc et en MotoGP. Arriver chez Ducati a été pour moi comme changer de catégorie, la différence était très grande et Ducati comme moi avons sous-estimé le changement."

Lire aussi :

L'histoire entre Lorenzo et Ducati restera cependant inachevée, et elle a tout d'un roman, jusqu'au timing de la première victoire du Majorquin avec la Desmosedici… intervenue précisément quand le divorce était consommé et, comble de l'ironie, sur les terres des Rouges. Officialisé peu de temps après chez Honda, le numéro 99 a pu aborder la suite de la saison libéré, néanmoins il conserve une pointe d'amertume en pensant qu'il ne pourra pas capitaliser sur les enseignements de ces deux années.

Et le Majorquin n'y va pas par quatre chemins pour pointer du doigt la préférence du constructeur pour un pilote moins cher… "Ducati a préféré voir les choses ainsi : 'Nous avons Dovizioso, qui obtient de meilleurs résultats que Lorenzo, et qui est italien. Et nous avons Petrucci et Miller, qui réalisent pratiquement les mêmes performances que Jorge, mais qui gagnent dix à 15 fois moins'. Ducati n'a pas cru à ce que je disais à Gigi [Dall'Igna] ou à Domenicali, qu'il manquait vraiment peu de chose, un rien. Pirro aussi l'a dit. Si un pilote fait autant de tours en tête et qu'il ne gagne pas, c'est parce qu'il lui manque quelque chose", martèle-t-il.

"Ils auraient dû penser qu'ils avaient un triple Champion du monde, qui avait remporté 44 courses, et ils auraient dû essayer de me donner ce dont j'avais besoin. Au lieu de cela, ils ont pensé à augmenter le salaire de Dovizioso, qui gagnait quelques courses, et à prendre un pilote fort qui coûtait moins cher."

Une question d'argent ?

Le triple Champion du monde MotoGP remplacé par un "simple" bon pilote… La pilule semble avoir encore un peu de mal à passer. L'intéressé, Danilo Petrucci, n'a toutefois pas été insensible à ces propos, et il a tenu à remettre le départ de Lorenzo et sa propre officialisation dans le contexte de l'époque. "Quand Ducati m'a choisi, j'étais le meilleur pilote Ducati au championnat et Jorge n'avait pas encore gagné de course", rappelle-t-il. "J'avais fait plus de podiums que lui et je pense que Ducati a fait un choix logique, parce que je pense qu'ils se sont dit : 'Petrucci est devant et il coûte 15 fois moins que Lorenzo, alors prenons-le'. Qui n'aurait pas dit cela ? Et puis le fait est que, le dimanche suivant, Jorge a gagné."

Jorge Lorenzo, Ducati Team
Danilo Petrucci, Pramac Racing

"En tout cas, il est retombé sur ses pattes parce que, chez Honda, il gagnera toujours dix fois plus que moi", tacle Petrucci. "Surtout, ça me fait quelque chose qu'il parle de moi comme si c'était injuste que je prenne sa place. Ça peut paraître étrange que, depuis qu'il a signé avec Honda, il se soit mis à être compétitif, mais quand au Mans il a dit qu'il allait regarder autour de lui, j'avais fait un podium et j'avais marqué plus de points que lui au championnat. Si Ducati avait dû faire son choix aujourd'hui, je crois qu'ils l'auraient gardé, parce qu'il est très compétitif à présent."

"Je pense que chacun a exploité ses propres opportunités, mais c'est lui aussi qui a regardé autour de lui. Je pense que s'il avait eu envie de rester, il aurait pu le faire. Peut-être que ça a aussi été une question d'argent, je ne sais pas comment ça s'est passé entre eux. Moi j'étais prêt au bon moment."

Lire aussi :

Bien qu'il sache pertinemment qu'il sera l'an prochain le second pilote de l'équipe face à un Andrea Dovizioso qui aura joué le titre deux ans de suite, Danilo Petrucci n'a pas le sentiment d'être un choix au rabais pour Ducati. "Je gagne sûrement moins que Lorenzo, mais quand Ducati a fait son choix j'avais profité des mésaventures de Dovizioso et de l'accident de Jerez. J'étais celui qui était le mieux classé au championnat, même si en termes de vitesse Dovizioso a toujours été plus rapide que moi."

"Je crois que j'ai été choisi parce que j'ai un très bon rapport avec Dovi et qu'on peut faire une très bonne saison l'année prochaine, en faisant en sorte que la Ducati soit la meilleure moto dans le lot. Ne pas placer Dovi face à un coéquipier déjà titré peut lui permettre d'être encore plus compétitif et c'est peut-être ce qu'il lui faut pour gagner le championnat. Clairement, l'année prochaine je serai le deuxième pilote, mais je n'en suis pas triste. Je serai heureux si Dovizioso gagne le titre et que je termine deuxième, mais je suis convaincu de pouvoir faire beaucoup mieux que cette année", conclut Petrucci.

Avec Matteo Nugnes

partages
commentaires
Honda : Márquez a chaussé le pneu soft "au dernier moment"

Article précédent

Honda : Márquez a chaussé le pneu soft "au dernier moment"

Article suivant

Crutchlow : "Il ne reste plus rien à tirer de notre package"

Crutchlow : "Il ne reste plus rien à tirer de notre package"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021