Pol Espargaró "complètement cuit" après un GP chaud bouillant

Seul pilote KTM à l'arrivée, Pol Espargaró a connu à Jerez la course la plus éprouvante qu'il ait jamais vécue, avec une chaleur brûlante venant de l'air ambiant, du bitume et des motos autours de lui.

Pol Espargaró "complètement cuit" après un GP chaud bouillant

Pol Espargaró, septième du Grand Prix d'Andalousie, a décrit cette course comme étant "la plus difficile de [sa] vie". Disputée par 37°C dans l'air, et avec près de 60°C au sol, cette deuxième course à Jerez s'est avérée plus éprouvante encore que la première, et seuls 13 des 21 pilotes au départ en ont vu l'arrivée. Espargaró, lui, nourrissait de grands espoirs à la régulière, mais une erreur commise pendant les qualifications a lourdement pesé sur sa performance.

"Ce fut une journée très difficile. Particulièrement parce qu'en partant 12e, ça n'aide pas vraiment dans ce genre de conditions", concède-t-il, lui qui est tombé en lançant son time attack en qualifs. Et un premier tour compliqué n'a pas arrangé ses affaires, puisqu'il ne l'a bouclé qu'en 14e position. "Mon rythme au début n'était pas trop éloigné de celui des gars de devant. Je les voyais même très près, mais ensuite j'ai commis une erreur en essayant de dépasser Petrucci, et Zarco et mon frère m'ont doublé."

Lire aussi :

"À partir de là, je me suis battu avec eux pendant quatre, cinq ou six tours, j'essayais de les dépasser et je bouillais littéralement. J'avais un air chaud incroyable autour de moi et je ne pouvais pas vraiment gérer… J'ai eu le sentiment à mi-course que la chaleur était en train de venir à bout de moi."

La semaine précédente, le pilote KTM s'était longuement heurté aux Ducati, qu'il avait jugées impossibles à dépasser. Cette fois, c'est à partir du neuvième tour (après la chute d'Aleix Espargaró devant lui) qu'il a eu les GP20 officielles en ligne de mire, d'abord celle de Petrucci puis celle de Dovizioso après la chute du #9.

"À un moment donné, j'ai vu Dovizioso un peu loin sans être capable de le rattraper. J'avais aussi un bon écart me séparant d'Álex [Márquez, derrière] et j'ai géré pour terminer la course à cette P7, d'autant plus aussi qu'il y a eu beaucoup de chutes autour de moi. Mon frère est tombé juste devant moi, Petrucci aussi… J'ai pensé que c'était mieux de terminer et de prendre les points sur ce championnat court. Mais il est certain que ce fut la course la plus difficile de ma vie", assure Espargaró.

Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

Coincé derrière la Ducati de Danilo Petrucci et l'Aprilia de son frère Aleix pendant le premier tiers de la course, le pilote KTM explique s'être épuisé en raison de la chaleur que dégageaient les motos qui le devançaient.

"Je n'ai jamais ressenti quelque chose de si terrible et d'aussi chaud en course. Je n'ai jamais ressenti mes mains brûler comme ça en Malaisie ou en Thaïlande, jamais de ma vie", récrit-il. "Pendant la première course j'avais pu gérer ça, mais là après 13 ou 14 tours, j'étais totalement cuit. Je n'y arrivais juste pas."

Je me contentais de piloter, de tenter de terminer devant les pilotes qui me suivaient et j'ai pris un rythme de croisière en essayant de respirer dans les lignes droites, car je n'arrivais pas à prendre d'air. Je ne m'étais jamais senti comme ça auparavant en Malaisie ou en Thaïlande, pas même en étant blessé. Pour moi, c'était vraiment super dur."

Lire aussi :

Performant depuis l'arrivée à Jerez, Pol Espargaró estimait pouvoir se battre pour un résultat de premier plan durant ce deuxième Grand Prix, et ce d'autant plus qu'il avait bien retenu la leçon de la première manche : s'il partait plus haut, il ne se compliquerait pas inutilement la vie et pourrait prouver de quoi la KTM est capable. Seulement, son départ de la quatrième ligne a réduit à néant ces espoirs et il l'assume.

"Sur la KTM, il n'y a rien à dire. Mon erreur a commencé en qualifications, puis je l'ai payée en course. J'ai passé les premiers tours à me battre contre des gars contre qui je ne devrais pas me battre. J'ai perdu environ cinq ou six secondes dans ces cinq ou six premiers tours et après, dans ces conditions, vous êtes fini. Comment faites-vous pour reprendre cinq ou six secondes à une moto d'usine après ça ? Il faut plus se dépenser que d'habitude."

"C'était ma faute, mais ma faute a commencé [samedi]. J'ai fait une grosse erreur et je l'ai payé [dimanche]. On savait qu'il serait très difficile de dépasser, et même dépasser une Aprilia l'était, avec toute cette chaleur sur le pneu avant qui fait monter la pression de manière incroyable. C'est impossible de doubler sur les freins après. Je n'y arrivais pas."

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Crutchlow a voulu abandonner : "Ça devenait dangereux"

Article précédent

Crutchlow a voulu abandonner : "Ça devenait dangereux"

Article suivant

Nakagami proche du podium : "J'ai essayé de faire comme Márquez"

Nakagami proche du podium : "J'ai essayé de faire comme Márquez"
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021