En vue de la course, Zarco a joué au pilote-météorologue !

Nombreux étaient les écueils dans lesquels ne pas tomber depuis vendredi et les premiers tours de piste passés sur le Circuit Bugatti, au Mans. Par des conditions météo très changeantes, les pilotes ont non seulement dû aller chercher des temps pour se qualifier mais aussi évaluer ce qui peut les attendre en course, dans des conditions encore très incertaines. Johann Zarco s'est particulièrement appliqué sur ce point.

En vue de la course, Zarco a joué au pilote-météorologue !

Une position de départ depuis la deuxième ligne de la grille, en France, est quelque chose dont Johann Zarco peut se satisfaire après un début de week-end fort délicat à appréhender pour les pilotes, par des conditions de piste extrêmement changeantes d'une séance à l'autre et les régulières apparitions de la pluie, y compris sur les temps de roulage.

Ainsi, même si le Français avait signé le meilleur temps cumulé des trois premières séances d'essais libres et que la cinquième position au départ peut sembler quelque peu modeste par rapport à ce qui était entrevu jusque-là, l'infime écart entre son chrono et celui de la pole (0"277), dans des conditions très changeantes en fin de Q2, satisfait largement le pilote Pramac.

"La journée [de samedi] a été difficile : c'était un petit peu plus mouillé le matin, et quand c'est complètement mouillé, il me faut un petit peu de temps pour vraiment trouver la confiance. Je me sens tellement bien lorsque c'est en train de s'assécher que lorsque c'est pleinement mouillé, il me faut un petit peu plus de temps pour ressentir les pneus pendant quelques tours, et faire confiance à la moto", décrit-il.

Lire aussi :

Météorologue en mouvement !

C'est l'une des raisons pour lesquelles Zarco s'est une nouvelle fois distingué en EL4, en faisant le choix de rester longuement en piste en début de séance alors que quasiment tout le plateau, à l'exception de Jack Miller, décidait d'attendre dans le box en raison de l'arrivée de brèves précipitations. Le #5 estime avoir ainsi parfait sa compréhension des conditions pouvant être rencontrées pendant la course de cet après-midi et s'être donné un peu plus d'éléments de lecture des variables qui peuvent l'attendre pour le Grand Prix.

"L'avantage, c'est que le vent a toujours été dans la même direction [pendant le week-end, ndlr] donc on commence à s'y habituer. Et que lorsque je vois des nuages et un petit peu de pluie, j'arrive à un petit peu comprendre le secteur, comme en EL4, où tout le monde est rentré et que moi, je suis resté en piste. J'ai fait attention, mais au moins ça permettait de rouler… En regardant le ciel, j'ai vu que ce n'était que quelques gouttes à ce moment-là, donc si le vent reste toujours dans cette direction, on dirait qu'on peut avoir une certaine lecture du ciel. Espérons qu'en cas de changement de situation avant le départ, ça puisse nous donner une idée de comment se préparer !"

Zarco a tout de même une claire préférence de conditions pour la course et a pu constater notamment l'aisance de Miller sur piste totalement détrempée. Pour le Français, l'idéal serait de prendre un départ sur une piste humide et de voir celle-ci sécher au fur et à mesure de la course.

"Si j'avais le choix de la météo pour 14h, c'est vrai que j'ai plus de marge pour gagner si l'on part avec des pneus pluie est que ça sèche au fur et à mesure : un peu la même situation que l'an dernier, et que ça sèche un peu plus tôt", analyse-t-il. "Et sans doute des pneus médiums : c'est la meilleure des solutions sur le papier et au niveau de mes sensations. Je sais que je pourrais ne pas me stresser en course, car passée la mi-course avec encore le pneu pluie, je pense que je peux avoir un bon avantage."

"Actuellement, je suis plutôt rapide dans tous les genres de conditions mais j'aimerais juste pouvoir être un petit peu plus rapide en conditions vraiment mouillées comme l'est Jack pour pouvoir immédiatement être très rapide. Il me faudrait ça pour avoir une chance de victoire ou de podium."

Un choix de pneus assez évident… selon le niveau d'humidité !

Quand au choix des pneus, il ne laisse que peu de doutes, selon Zarco : les pilotes n'ont en effet pu tester que les tendres sur le sec en raison des très faibles températures qui provoquent nombre de pertes de l'avant, et tout autre composé est exclu. Sur le mouillé, certains pourraient être tentés par le tendre, mais la majorité semble plutôt envisager l'utilisation du mélange medium, qui apporte plus de garanties au niveau de l'usure en cas de piste séchante au fil de la course.

"Cela dépend beaucoup de la pluie, mais s'il y a un peu de pluie et que ça s'assèche comme depuis le début du week-end, il semble que le médium soit le mieux pour 40 minutes consécutives sans s'arrêter. Le tendre te donne de la confiance mais s'il prend trop de chaleur du fait du manque d'eau [au sol], alors, le reste de la course peut devenir très compliqué… Il faut voir, mais je pense que le medium pourrait être la meilleure option pour avoir une course constante jusqu'à la fin."

"Concernant les pneus pour le sec, nous utiliserons tous le tendre-tendre, parce qu'il fait assez froid et qu'on sait que ça fonctionne assez bien sur toutes les courses. De mon côté, je n'ai pas de doute à ce sujet : je crois que les autres savent aussi que c'est plus sûr en tendre-tendre et que l'on a une marge avec."

Grille de départ du Grand Prix de France MotoGP 2021 France

partages
commentaires
Warm-up - Petrucci meilleur funambule sur piste mouillée

Article précédent

Warm-up - Petrucci meilleur funambule sur piste mouillée

Article suivant

Petronas SRT : "Nous aimerions vraiment rester avec Yamaha"

Petronas SRT : "Nous aimerions vraiment rester avec Yamaha"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021