Sepang, J2 : Viñales flirte avec le record

Tandis que Ducati se concentrait sur des simulations de course, le pilote Yamaha a mené en fin de séance une attaque payante qui l'a propulsé à la première place. Márquez, lui, a interrompu sa journée très tôt.

Sepang, J2 : Viñales flirte avec le record
Charger le lecteur audio

Par une chaleur toujours étouffante, les équipes MotoGP ont poursuivi ce jeudi leur préparation de la saison à venir. S'attendant à voir le thermomètre grimper trop haut au plus fort de la journée, les pilotes ont dans l'ensemble été très actifs dès l'ouverture de la piste, à 10h, avant de peu à peu déserter le bitume à la mi-journée.

Lire aussi :

Tandis que tout le monde observait une pause déjeuner assez tardive et longue, les Ducati officielles ont été les rares machines à faire vrombir leur puissant moteur sur le circuit malaisien entre 15h et 16h. Une apparition conjointe d'Andrea Dovizioso et Danilo Petrucci qui, en 20 minutes, leur a permis de réaliser une simulation de course en deux temps et qui, en toute logique, n'a toutefois pas modifié le classement.

Peu après 15h30, c'était au tour de Stefan Bradl d'interrompre sa pause afin de reprendre les essais qu'il mène sur la RC213V pour le compte de Honda. Une aide très utile de la part du pilote allemand, si l'on considère que le constructeur doit se passer de l'un de ses titulaires sur cette séance, Jorge Lorenzo se trouvant en convalescence après une fracture du scaphoïde, tandis que l'autre est également diminué.

D'ailleurs, à cette heure-là, Marc Márquez avait déjà bouclé son programme du jour, laissant un peu de répit à son épaule opérée il y a désormais deux mois et qui continue de lui poser des difficultés malgré la rapidité qu'il a affichée hier. L'Espagnol, qui avait bouclé mercredi 29 tours, n'en aura donc fait que 37 aujourd'hui, avec un meilleur temps personnel établi dès son premier run et qui lui a longtemps valu la cinquième place, avant qu'il ne glisse au huitième rang dans la dernière partie de la journée.

Longs runs pour Dovizioso, time attack pour Viñales

Andrea Dovizioso, Ducati Team

À l'approche de 16h30, et alors qu'il restait une heure et demie avant la fin de cette session, les prototypes ont à nouveau quitté les garages, mais il aura fallu attendre la dernière demi-heure pour voir la hiérarchie commencer à bouger, les attaques en règles de certains pilotes permettant de compenser l'effet d'une chaleur toujours épuisante, avec encore environ 40°C dans l'air alors que le début de soirée approchait.

Jack Miller a été le premier à obtenir une amélioration, très légère, qui n'a alors pas modifié la neuvième place qu'il occupait. De même, lorsqu'il a gagné 0"122, Pecco Bagnaia s'est maintenu à la 16e place, cependant ce n'était que le début de la progression pour le pilote italien. Lui qui ne s'était pas senti à l'aise hier après-midi lorsqu'il avait monté un pneu neuf, il a cette fois pu faire son entrée dans le top 10 en poursuivant son effort durant ce dernier run.

À dix minutes de la conclusion, Takaaki Nakagami a réussi à faire un bond de la 14e à la huitième place en gagnant 0"277 par rapport au meilleur tour qu'il avait bouclé ce matin. Devant lui, Tito Rabat a lui aussi réussi à gagner du temps, se rapprochant de Valentino Rossi qui, lui, a dû s'en tenir à son chrono de ce matin.

On a ensuite vu Álex Rins gagner deux places et prendre l'avantage sur Petrucci et Rabat. Le pilote Suzuki ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin : dans la foulée, il a fait bien mieux et battu le temps de référence détenu depuis ce matin par Dovizioso avec un chrono de 1'59"424.

Lire aussi :

Mais dans les ultimes instants, Maverick Viñales a mis tout le monde d'accord avec un temps de 1'58"897. Seul homme à avoir tourné en moins de 1'59 depuis le début de ce test, le pilote Yamaha flirte avec le record absolu de Sepang établi l'an dernier (au dernier jour de ce même test) par Jorge Lorenzo en 1'58"830.

L'Espagnol en termine donc avec plus d'une demi-seconde d'avance sur Rins. Miller s'est lui aussi invité dans le trio de tête dans les derniers moments avec un dernier tour bouclé en 1'59"517. Concentré cet après-midi sur des longs runs, Dovizioso hérite de la quatrième place, devant Crutchlow et Rossi, qui s'en tiennent eux aussi à leur performance de ce matin.

Zarco proche du top 10

Johann Zarco, Red Bull KTM Factory Racing

Un peu plus bas dans le classement, Franco Morbidelli a passé Stefan Bradl. Quelques instants plus tard, c'était au tour de Johann Zarco de progresser et de se hisser au dixième rang, à sept millièmes seulement de Takaaki Nakagami, neuvième. La dernière amélioration aura été pour Pol Espargaró, qui a grimpé dans le classement et s'est placé entre Bradl et Iannone, ce dernier dont on signalera qu'il est actuellement malade.

Lire aussi :

C'en est terminé de cette deuxième journée, avec des écarts toujours faibles dans le coeur du classement indépendamment de l'avance prise par Viñales dans son dernier run. Une journée par ailleurs marquée par les chutes de Pol Espargaró, Franco Morbidelli, Jack Miller ou encore Cal Crutchlow. Tous sont indemnes et l'Anglais, tout juste de retour de blessure, a pu reprendre la piste cet après-midi malgré une chute rapide en fin de matinée au virage 5.

Suite et fin de ce test demain... avec un record ?

Malaysia Test Sepang, J2 - Classement à 18h

Pos. Pilote Moto Chrono/Écart Trs
1 Spain Maverick Viñales Yamaha 1:58.897 63
2 Spain Álex Rins Suzuki +0.527 61
3 Australia Jack Miller Ducati +0.620 49
4 Italy Andrea Dovizioso Ducati +0.665 60
5 United Kingdom Cal Crutchlow Honda +0.669 53
6 Italy Valentino Rossi Yamaha +0.728 51
7 Spain Tito Rabat Ducati +0.767 75
8 Spain Marc Márquez Honda +0.893 37
9 Italy Danilo Petrucci Ducati +0.948 65
10 Japan Takaaki Nakagami Honda +1.069 60
11 France Johann Zarco KTM +1.076 58
12 Italy Francesco Bagnaia Ducati +1.098 52
13 Spain Aleix Espargaró Aprilia +1.204 54
14 France Fabio Quartararo Yamaha +1.211 58
15 Italy Franco Morbidelli Yamaha +1.254 58
16 Germany Stefan Bradl Honda +1.333 59
17 Spain Pol Espargaró KTM +1.408 67
18 Italy Andrea Iannone Aprilia +1.613 39
19 Finland Mika Kallio KTM +1.626 41
20 Portugal Miguel Oliveira KTM +1.775 61
21 Spain Joan Mir Suzuki +1.979 64
22 Czech Republic Karel Abraham Ducati +2.348 56
23 Pilote d'essais Yamaha Yamaha +2.509 42
24 France Sylvain Guintoli Suzuki +2.757 45
25 Malaysia Hafizh Syahrin KTM +2.962 53
26 Pilote d'essais Yamaha Yamaha +4.092 16
27 Japan Takuya Tsuda Suzuki +4.379 22
- United Kingdom Bradley Smith Aprilia - -

partages
commentaires
Journée abrégée pour un Márquez exténué
Article précédent

Journée abrégée pour un Márquez exténué

Article suivant

Rossi satisfait malgré un dernier run en pneu tendre avorté

Rossi satisfait malgré un dernier run en pneu tendre avorté
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021