Journée abrégée pour un Márquez exténué

La deuxième journée d'essais a tourné court pour le pilote espagnol, dont l'état de fatigue a augmenté subitement, l'empêchant de reprendre la piste dans l'après-midi.

Journée abrégée pour un Márquez exténué
Charger le lecteur audio

Après avoir joué de malice hier en claquant le meilleur temps juste avant la hausse des températures, qui avait empêché ses adversaires d'améliorer, la situation s'est quelque peu inversée aujourd'hui pour Marc Márquez.

Le Champion du monde en titre, toujours souffrant de l'épaule, a en effet préféré stopper sa journée peu après la pause de la mi-journée, laissant ses rivaux poursuivre leur roulage dans l'après-midi.

 Voir aussi :

Une dégradation en milieu de journée

Résultat des courses ? Une cinquième place, rien de dramatique en soi même si le numéro 93 aurait bien sûr souhaité continuer de piloter. Las, son état physique et la nécessité de ne pas prendre de risque ont eu raison de ses velléités.

"Ce matin quand je me suis levé, je me sentais mieux", a-t-il expliqué. "J'ai donc commencé à rouler avec mon style de pilotage habituel, mais rapidement mon énergie a chuté et j'ai commencé à avoir moins de puissance, et plus de douleur. Donc demain, même si je me sens bien, je dois débuter doucement, tout oublier et juste piloter la moto de sorte de pouvoir faire plus de tours."

"Nous avons décidé d'arrêter plus tôt que ce que nous avions prévu. Aujourd'hui, nous avons voulu tester plusieurs choses sur la moto. Étape par étape, nous essayons de trouver notre chemin, mais nous sommes optimistes. C'est important, car cela fait partie de mon entraînement physique. Nous allons voir demain combien de tours je peux faire."

Le problème pour Márquez réside dans le fait que pour diminuer non seulement la douleur, mais aussi les risques d'inflammation de son épaule, l'Espagnol est contraint d'adopter un style de pilotage différent de celui qu'on lui connaît, tout en agressivité et en prises de risques.

Lire aussi :

D'où un référentiel qui change, et ne permet donc pas de se faire une idée précise de la pertinence de nouvelles pièces introduites sur la Honda. Le travail sur la RC213V reste donc cantonné pour l'instant à un dégrossissement de la machine, comme une poursuite du shakedown de la semaine dernière.

"Ce n'est pas mon instinct ni mon style de pilotage", admet le quintuple Champion du monde. "Pour cette saison, il y a des choses que nous ne testons pas, car je ne roule pas comme d'habitude et nous ne voulons manquer aucune information. Nous sommes donc en train de changer nos plans, nous essayons de dégrossir les choses. Pour travailler sur de petits détails, il vous faut piloter comme vous le souhaitez. Et ce n'est actuellement pas le cas : quand je monte de nouveaux pneus, je ne peux pas en profiter car la moto devient plus agressive et donc plus physique pour l'épaule."

Poursuite du déverminage de la Honda

Dans ces conditions, difficile donc de procéder aux premiers développements de la machine japonaise. La priorité reste cependant le moteur, et la recherche d'une meilleure vitesse de pointe que lors des saisons passées.

"Nous sommes à la recherche de plus de vitesse à haut régime", confirme-t-il. "C'est la clé pour avoir une meilleure vitesse de pointe. Mais dès que vous avez plus de puissance c'est plus difficile de gérer dans les virages. Nous sommes donc en train de voir comment nous pouvons gérer ce couple. Par exemple hier, nous avions plus de couple, mais aussi moins de contrôle. Aujourd'hui nous avons compensé cela."

"C’est important et c’est pourquoi nous sommes en train d’essayer les plus ‘gros’ éléments, ceux qui comptent le plus et qui sont les plus difficiles à changer. Parmi eux il y a le moteur. Nous n’entrons pas dans les petits détails. Nous avons essayé les choses importantes apportées par Honda afin de collecter des informations et ensuite commencer la saison."

Avec Charlotte Guerdoux

partages
commentaires
Sepang, mi-journée : Dovizioso talonné par Crutchlow, Viñales et Rossi
Article précédent

Sepang, mi-journée : Dovizioso talonné par Crutchlow, Viñales et Rossi

Article suivant

Sepang, J2 : Viñales flirte avec le record

Sepang, J2 : Viñales flirte avec le record
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021