Viñales et Rins, poil à gratter de Márquez au Qatar ?

partages
commentaires
Viñales et Rins, poil à gratter de Márquez au Qatar ?
Par :
28 févr. 2019 à 17:42

Si plusieurs points restent en suspension à l'issue des derniers essais de la saison, de premières conclusions peuvent d'ores et déjà être tirées après les tests du Qatar.

Yamaha compte sur Viñales

Pour la marque aux trois diapasons, cet hiver a commencé de façon très similaire à celui d'il y a deux ans, et qui fut le premier de Maverick Viñales au sein de l'équipe officielle. À l'époque, l'Espagnol avait survolé les essais avant de s'imposer lors des deux premières manches de la saison. Cette fois encore, ses performances sur les quatre séance d'essais officiels le positionnent comme l'un des favoris dans la lutte pour la victoire, en tout cas en ce qui concerne le Qatar.

Lire aussi :

Viñales est bien plus rapide que ce soit sur un tour – il a signé le meilleur temps à l'issue des trois journées d'essais à Losail – comme sur de plus longues distances (il a bouclé un maximum de huit tours d'affilée). En fait, il ne reste plus qu'à confirmer cette régularité quand débutera le championnat.

Dans l'attente que les techniciens de chez Yamaha parviennent à résoudre les problèmes d'accélération sur la M1, tout porte à croire que le constructeur japonais fonde tous ses espoirs sur le numéro 12 pour viser la victoire. Valentino Rossi n'a en effet pas montré de réels signes pouvant laisser penser qu'il puisse évoluer au niveau de son coéquipier, ni des autres pilotes qui se sont illustrés lors des essais (Rins et Márquez notamment).

"Nous sommes prêts pour nous battre pour le podium, mais la victoire semble plus compliquée pour nous", a déclaré Viñales, qui a retenu les leçons du passé et se montre très prudent sur ses louanges envers la moto.

Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Rins candidat à la victoire

L'enseignement le plus fiable des essais reste probablement la confirmation qu'Álex Rins a tous les atouts de son côté cette année pour ouvrir son compteur de victoires en MotoGP. Et cela pourrait en outre arriver assez rapidement.

Le talent naturel de l'Espagnol, combiné à ses deux années d'expérience dans la catégorie reine, s'ajoutent une Suzuki au sommet de son art, après une année 2018 où elle s'était déjà montrée très performante. La régularité et la vitesse de Mir sont par ailleurs un signe que le jeune espagnol sera sans doute l'un des principaux acteurs du prochain championnat.

La GSX-RR, qui constitue sans doute l'une des motos les mieux équilibrés de la grille, a gagné en stabilité au freinage, mais aussi au niveau de la vitesse. La machine espagnole sera donc une véritable menace, comme on a pu le constater à la fois en Malaisie et au Qatar. "Je suis très satisfait car Suzuki a beaucoup travaillé cet hiver pour répondre à mes demandes. Mais de toute façon, la victoire n'est pas une obligation", a expliqué Rins.

Márquez dans le coup, Lorenzo pas encore

Le Champion du monde en titre a terminé de la meilleure des manières l'un des hivers les plus difficiles de sa vie, en se focalisant pleinement sur son rétablissement suite à son opération de l'épaule gauche.

Malgré cela, Marc Márquez va se présenter à Losail de nouveau avec l'étiquette de prétendant à la victoire, bien qu'il n'ait pas pu réaliser la moindre simulation de course complète – il n'a pas dépassé huit tours d'affilée au Qatar.

Lire aussi :

À l'inverse, Jorge Lorenzo va faire ses débuts comme pilote officiel Honda sans avoir totalement récupéré de sa blessure au poignet gauche et sans avoir disposé de suffisamment de temps pour bien s'adapter à son nouveau prototype.

Le Majorquin ne se sent pas encore totalement à l'aise sur la RC213V, un objectif qu'il avait pris un an et demi à atteindre avec Ducati. Selon le numéro 99, son niveau de compréhension de la Honda est déjà bien plus avancé que l'an dernier avec la Ducati, et c'est quelque chose dont il faut tenir compte.

Reste donc à savoir combien de temps il faudra à Lorenzo pour être à son maximum sur la machine japonaise : "La moto a beaucoup de puissance, et quand je me serai pleinement adapté à elle, je crois que je pourrais faire de grandes choses", assure l'intéressé.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Petrucci ne se cache plus

Pendant qu'Andrea Dovizioso, qui en théorie fait office de pilote numéro 1 chez Ducati, cache plutôt son jeu – le vice-Champion du monde a assuré que ses sensations au Qatar n'étaient pas exceptionnelles –, son nouveau coéquipier Danilo Petrucci a décidé quant à lui de jouer cartes sur table.

Lire aussi :

Petrucci a ainsi été le seul pilote à réaliser une simulation de course lors de la dernière journée de pré-saison. Si son incroyable vitesse sur un tour a été mise en évidence en diverses occasions – depuis qu'il a débuté comme pilote officiel chez Ducati, il a toujours figuré dans la partie supérieure du tableau –, sa régularité a également été remarquable à Losail, où lors des deux dernières journées il s'est fendu d'un tour par tour qui le place parmi les plus rapides.

"Maintenant tous les rivaux savent dans quelle position je suis. Je suis satisfait de la vitesse que j'ai montrée, mais j'étais bien obligé de le faire. Je suis conscient de la chance qui se présente à moi cette année", convient Petrucci.

KTM pointe le bout de son nez

Pour Pol Espargaró, KTM a été l'une des surprises des essais au Qatar où la marque autrichienne, probablement rassérénée suite au podium obtenu par l'Espagnol à Valence lors de la finale de la saison 2018, a régulièrement montré le bout de son nez dans la partie haute du classement.

Les 40 millions d'euros que Stefan Pierer, le patron des troupes de Mattighofen, assure être destinés au projet MotoGP en 2019 devraient permettre aux machines oranges de rester devant Aprilia de façon quasi permanente. Si cela se confirme, ce serait une véritable évolution pour KTM.

Lire aussi :

La septième place d'Espargaró aux temps combinés à l'issue des trois jours d'essais laisse présager du meilleur en vue de la prochaine saison, une bonne impression vérifiée lors du tour par tour – Espargaró a ainsi été le plus régulier parmi les pilotes de la marque autrichienne, et il n'a terminé qu'à six dixièmes du plus rapide.

"Je suis très content de la façon dont se sont déroulés les tests cet hiver, et la vérité c'est que j'ai été très surpris. Je ne m'attendais pas à aller aussi vite sur un circuit où normalement nous souffrons beaucoup. KTM est en train de travailler d'arrache-pied, car il n'y a pas un élément unique qui explique cette progression, sinon que ce sont de nombreuses choses qui vont de paire", a ainsi expliqué le numéro 44.

Les points d'interrogation qui subsistent

Francesco Bagnaia avait quitté le circuit de Sepang avec le visage barré d'un large sourire après s'être adjugé le deuxième meilleur temps. Deux semaines plus tard, c'est au tour de Fabio Quartararo de faire office de meilleur rookie à Losail, lui aussi avec le deuxième meilleur chrono.

Voir aussi :

Le Français de l'équipe Petronas n'a fini qu'à deux dixièmes du meilleur chrono signé par Viñales, et le Niçois s'est montré également très régulier. En dépit du fait qu'il évolue sur la M1 la moins développée et la moins puissante des quatre présentes sur la grille – sans évolution en vue, 500 tr/mn en moins et avec une fourche plus lourde –, le nouveau venu dans la catégorie a fait preuve d'un rythme qui en conditions normales devrait lui permettre de finir dans les huit premiers – il a par ailleurs effectué une simulation de course longue de 14 tours.

Un niveau de compétitivité auquel il ne s'attendait pas lui-même. "Des favoris pour la première course, il y en a plusieurs : Viñales, Rins, Márquez, les pilotes Ducati... Mais au final il va bien falloir compter aussi sur Quartararo, car il a été très rapide", soutient Franco Morbidelli, son coéquipier. Joan Mir a pour sa part poursuivi son adaptation à la Suzuki, et il a pu faire un pas en avant important selon lui sur ces derniers essais.

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

Article suivant
Les dernières nouveautés testées à Losail

Article précédent

Les dernières nouveautés testées à Losail

Article suivant

Márquez "pas à 100%" mais prêt à se battre pour le podium

Márquez "pas à 100%" mais prêt à se battre pour le podium
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu