Pour Lotterer, le LMP1 actuel n'est pas à jeter

Le triple vainqueur des 24 Heures du Mans estime que la déroute du LMP1 qui a incité les organisateurs à revoir leurs plans pour l'avenir est due aux décisions des constructeurs plus qu'à la teneur des règlements.

Pour Lotterer, le LMP1 actuel n'est pas à jeter
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
Andre Lotterer, Porsche Team
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#7 Audi Sport Team Joest Audi R18: Marcel Fässler, Andre Lotterer, Benoit Tréluyer
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez

Alors que des précisions sont encore attendues, mais que l'on sait que le WEC organisera en 2018-2019 une "super saison" avec un calendrier sur 18 mois et des modifications apportées à la catégorie LMP1, des questions subsistent quant à l'avenir de l'élite de l'Endurance. En un an, elle a en effet enduré deux départs conséquents : l'arrêt du programme Audi fin 2016 a provoqué une première onde de choc, avant que ne suive celui de Porsche, qui s'achèvera au terme de l'exercice en cours.

Pilote de la marque aux anneaux, avec qui il a notamment remporté trois fois les 24 Heures du Mans, André Lotterer avait justement trouvé refuge chez le cousin de Stuttgart pour cette saison. Aux premières loges de ces deux grands départs, il va devoir revoir ses plans pour l'avenir, n'excluant pas un passage dans une équipe privée.

Le fait qu'Audi et Porsche arrêtent les frais, mais aussi qu'aucun grand constructeur ne semble pour le moment prêt à rejoindre Toyota – dont l'avenir doit encore être confirmé – a pour certains sonné le glas d'une ère. Pourtant, André Lotterer estime que les règles en place et la direction prise vers l'hybride à profusion n'étaient pas le problème, d'autant qu'elles avaient été désirées par les marques impliquées.

"Je ne pense pas que ce soit quelque chose qui a mal tourné", explique le pilote allemand à Motorsport.com. "Ce sont juste les décisions d'Audi et Porsche d'aller ailleurs [en Formule E] et de faire autre chose. On peut plaider le fait que c'est coûteux, mais ils voulaient tous cette technologie. Porsche, Toyota et Audi se sont toujours réunis, avec leurs groupes de travail ; ils voulaient ceci, cela et cette technologie. Nous savons tous que les choses changent un peu dans l'industrie automobile, et que l'on va vers l'électrique. Ce qui s'est passé au sein du groupe Volkswagen [le Dieselgate] n'a pas aidé non plus."

Lotterer appartenait également au clan des personnes convaincues par le règlement 2020 qui avait été présenté par l'ACO et la FIA en juin dernier, en marge des 24 Heures du Mans. Ce règlement, abandonné depuis, creusait un peu plus le sillon de l'hybride, mais lançait également l'idée d'une technologie "plug-in" et d'un kilomètre obligatoire à parcourir en tout électrique à la sortie des stands.

"C'est dommage, car elles [ces règles] avaient un avenir brillant", assure Lotterer. "Nous nous attendions à avoir trois systèmes hybrides sur les voitures. Les voitures sont incroyables, il y a de formidables bagarres. En matière de course, pour moi, ça a été la plus grande catégorie. Nous avons connu des batailles géniales, avec un grand esprit d'équipe. C'est dommage d'y mettre fin prématurément, mais c'est parfois ainsi. Nous reviendrons."

Propos recueillis par Rachit Thukral

partages
commentaires
DragonSpeed annonce son arrivée en LMP1

Article précédent

DragonSpeed annonce son arrivée en LMP1

Article suivant

Manor se jette dans la bataille du LMP1 !

Manor se jette dans la bataille du LMP1 !
Charger les commentaires
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021