WRC Safari Rally

Solutions contre la chaleur des cockpits : M-Sport veut temporiser

La FIA ne devrait pas confondre vitesse et précipitation, c'est en somme l'avis du patron de M-Sport, Richard Millener, qui craint que les mesures apportées pour réduire la chaleur dans les cockpits entraînent une hausse des coûts trop élevée.

Adrien Fourmaux, M-Sport Ford World Rally Team

C'est probablement l'un des principaux problèmes relevés sur la nouvelle génération de voitures WRC hybrides introduites cette année : les chaleurs ressenties dans les cockpits ont atteint des sommets lors des dernières manches disputées, et notamment le Rallye du Portugal en mai.

Les équipages n'ont en effet pas attendu l'épisode caniculaire qui a sévi en fin de semaine dernière pour connaître de véritables fournaises dans leurs bolides, du fait essentiellement d'un repositionnement peu opportun du système d'échappement sous la place droite du copilote, alors que celui occupait auparavant une position centrale.

Si le problème est passé relativement inaperçu lors des trois premières épreuves de la saison, au Monte-Carlo, en Suède ainsi qu'en Croatie, du fait de températures fraîches voire froides, la situation a pu devenir quasi intenable sur les routes lusitaniennes.

Un exemple parmi d'autres des conséquences de ces habitacles transformés en véritable étuve : certains copilotes ont vu leurs bottines fondre littéralement au contact du plancher de leur voiture !

Si cela peut faire sourire, il n'en demeure pas moins que ces fortes chaleurs posent un réel problème de sécurité, d'ailleurs soulevé par les équipages. La FIA s'est donc emparée du sujet dans la foulée du Portugal, et a établi une série de modifications que les équipes pouvaient apporter à leurs voitures dès la Sardaigne, où les températures ont atteint jusqu'à 40°C.

Celles-ci ont pu ainsi revoir le design des ouvertures pratiquées sur les toits des voitures, rajouter des bouches d'aération tout en apposant un film réfléchissant sur les vitres et sur le toit afin d'empêcher au maximum la chaleur de pénétrer dans l'habitacle. La pose d'un revêtement en céramique sur la cloison pare-feu, le compartiment moteur ainsi que les échappements a également été encouragée.

Résultat des courses : ces rapides ajustements ont apparemment déjà permis de réduire de 5°C environ la température au sein des cockpits. Alors que les conditions météo n'ont pas épargné les équipages, le patron de l'équipe M-Sport, Richard Millener, estime cependant que la FIA devrait prendre le temps d'analyser la situation avant d'instaurer une solution permanente au problème rencontré, et qui pourrait provoquer des frais importants chez les équipes.

"Honnêtement, je pense qu'ils [la FIA] auraient pu mieux anticiper, et au lieu de cela ils ont laissé faire la réglementation qui mène à un système d'échappement qui se fraye un chemin sous la voiture sans pour autant bénéficier du flux d'air qu'il y avait sur les anciennes voitures", a expliqué le responsable britannique auprès de Motorsport.com.

"Vous pouvez aussi m'opposer que tous les constructeurs ont été impliqués dans la phase de développement. Mais il n'est pas facile d'apporter un changement aussi rapide. Il est important de ne pas se précipiter dans la mise en place de ces changements. Il faut qu'on détermine dans quelle mesure cela nous pose problème, et l'une des suggestions faites au tout début était de recourir à des échappements latéraux et donc de se débarrasser de tout le système [existant], mais je suppose que la FIA n'a pas voulu en entendre parler."

"Cela pourrait être une option. Il y en a d'autres sur lesquelles nous pouvons par ailleurs nous pencher, et peut-être qu'à la fin de l'année nous allons pouvoir redessiner quelque chose, mais il faut aussi garder en tête que tout cela a un coût. Si vous vous précipitez sur une solution très onéreuse sur un problème donné chaque année, c'est de l'argent mal dépensé pour tout le monde. Je pense qu'il faut simplement que nous gardions un œil là-dessus et voir ce qu'on peut faire."

Le Rallye du Portugal s'est avéré particulièrement éprouvant pour les équipages

Le Rallye du Portugal s'est avéré particulièrement éprouvant pour les équipages

D'autres solutions sont à l'ordre du jour, comme l'ajout de l'air conditionné, mais Millener juge qu'à moins que cela soit rendu obligatoire, il ne s'agit pas de la bonne solution. "Vous pouvez ajouter l'air conditionné, mais il faut que tout le monde l'utilise, or vous aurez toujours une équipe qui dira qu'il n'en est pas question car cela rajoute du poids et que cela ponctionne une partie de la puissance [du moteur]. Je pensais que la Sardaigne allait être notre pire épreuve de la saison [au niveau de la chaleur], le Kenya promet d'être lui aussi très chaud, mais nous avons tous des petites astuces que nous avons utilisées lors du précédent rallye et que nous allons de nouveau apporter ici."

Peu de craintes pour le Kenya

Alors que le Safari Rally est sur le point de débuter, les équipes du WRC vont donc continuer d'aligner leurs voitures modifiées, et semblent moins préoccupées par les problèmes de chaleur dans les cockpits. Il faut dire que les spéciales rapides du Kenya, très ouvertes, devraient permettre aux équipages d'avoir plus d'air, alors que les températures attendues ne devraient quant à elles pas excéder les 25°C.

"Le verdict [des changements apportés aux voitures en Sardaigne], a été très positif", assure le directeur technique de Toyota, Tom Fowler, toujours auprès de Motorsport.com. "En Sardaigne, les équipages ont été surpris par la différence entre les fortes chaleurs extérieures et celles ressenties dans les voitures, où c'était acceptable. Bien sûr, nous avons apporté quelques améliorations depuis le Portugal, et cela fonctionne. Je pense que ça va aller [pour le Kenya]. Bien entendu plus les vitesses atteintes sont basses, plus il est difficile de tout refroidir. En Sardaigne il y avait beaucoup de spéciales dont la vitesse moyenne était vraiment basse, et pour autant cela s'était tout de même bien passé, donc je pense qu'au Kenya, où les spéciales sont plus ouvertes, on ne devrait pas trop avoir de problèmes."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Hyundai en quête de confirmation au Kenya
Article suivant Au Kenya, Fourmaux espère renouveler ses exploits de l'an dernier

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France