Peterhansel - "Celle-là a une saveur particulière"

partages
commentaires
Peterhansel -
Par : Emmanuel Rolland
14 janv. 2017 à 14:59

Alors qu'il vient de remporter son treizième Dakar (nouveau record), Stéphane Peterhansel (Peugeot) admet que ce succès gardera une place à part en raison de l'intensité de la lutte l'ayant opposé à Sébastien Loeb.

#300 Team Peugeot Sport, Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
Stéphane Peterhansel, Peugeot Sport, Sebastien Loeb, Peugeot Sport
#300 Team Peugeot Sport, Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stephane Peterhansel
Stéphane Peterhansel, Team Peugeot Sport
#300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
Stéphane Peterhansel, Peugeot Sport
Stéphane Peterhansel, Peugeot Sport
Stéphane Peterhansel, Peugeot Sport
#300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stephane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret

S'il avait démarré relativement prudemment cette édition 2017, Stéphane Peterhansel a haussé son jeu au fil des premières journées, remportant sa première victoire au volant du Peugeot 3008 DKR lors de la troisième étape, avant de se porter pour la première fois en tête du classement général provisoire à l'issue de la journée du vendredi de la semaine dernière avec une minute d'avance sur son équipier Sébastien Loeb.

Après l'annulation de l'étape du samedi, puis la journée de repos à La Paz, "Peter" portait son avance à près de deux minutes lundi soir, mais Sébastien Loeb reprenait la première place du classement le lendemain, pour 1'38. L'annulation de la longue et difficile étape du mercredi avait privé Peterhansel d'une occasion de reprendre la main, mais ce dernier donnait tout le lendemain pour rattraper son déficit.

La 10e étape allait constituer l'un des tournants de l'épreuve : alors qu'il reprenait rapidement du terrain et recollait au classement virtuel à Loeb, Peterhansel heurtait un motard, et stoppait durant un quart d'heure pour lui porter assistance. Loeb concluait à la première mais Peterhansel, recrédité du temps perdu après son accident, était déclaré vainqueur et s'emparait à nouveau de la tête du général avec plus de cinq minutes d'avance.

Vendredi, veille de l'arrivée, les compteurs auraient pu être une nouvelle fois remis à zéro, lorsque Loeb tentait un ultime retour dans la 11e étape. Après avoir repris trois des cinq minutes sur la première partie du parcours, le pilote alsacien était victime d'une crevaison qui lui coûtait de précieuses minutes, et la victoire sur le Dakar.

Au final, Stéphane Peterhansel et son équipier Jean-Paul Cottret remportent leur deuxième Dakar consécutif avec Peugeot, Peterhansel portant à 13 le nombre de ses victoires sur l'épreuve (six fois en moto, sept fois en auto).

À armes égales

"Pour résumer en quelques mots, ce n'était vraiment pas gagné avant le départ", commentait le vainqueur de cette édition 2017 à son arrivée à Buenos Aires. "Avant le départ, il y avait sept ou huit pilotes capables de gagner, à la mi-course il y avait encore quatre pilotes capables de gagner. La dernière semaine s'est terminée avec un duel avec Sébastien sous haute tension."

"On peut dire qu'il y a eu une belle bagarre, et que l'équipe nous a donné à armes égales des voitures parfaites, et surtout aucune consigne de course", poursuivait Peterhansel. "Je pense que c'était très fair-play de la part de l'équipe, on avait les mêmes armes pour se battre, ce sont les pilotes et les équipiers qui faisaient la différence."

"C'était une course qui n'était pas facile à gagner, car en face de nous, nous avions un champion extrêmement rapide, qui sait gérer des courses, qui ne se laisse pas impressionner par une première place, donc ce n'est pas évident."

Ce n'est pas souvent qu'un Dakar se termine avec moins de cinq minutes d'écart.

Stéphane Peterhansel

"La victoire s'est probablement jouée sur une seule crevaison hier. Je savais que Sébastien était très rapide, il avait trois minutes à me reprendre. Cela n'allait pas être simple pour lui, il devait rouler à 100% de ses possibilités, et s'exposer à faire des erreurs. C'est ce qui est arrivé, ce n'est pas de la chance."

Avec ce treizième succès sur le Dakar, Stéphane Peterhansel, 51 ans, établit un nouveau record, son premier succès – en moto, sur Yamaha – remontant à 1991, avant de s'imposer pour la première fois sur quatre roues en 2004 avec Mitsubishi. Celui qui compte 28 participations à l'épreuve admet toutefois que ce succès gardera une place à part dans son esprit.

"Certaines [victoires] sont plus importantes que d'autres", poursuit-il. "Celle-là à une saveur particulière car elle a été intense, et la compétition était au plus haut. Se battre avec Sébastien et terminer à quelques minutes sur un Dakar complet, c'est rien. C'est l'intensité qui fait la beauté de celle-là."

"L'année dernière, c'était la première pour Peugeot, c'était beau, mais là c'est l'intensité qui m'a fait mal vieillir [rires], ça nous met du stress, ce n'est pas souvent qu'un Dakar se termine avec moins de cinq minutes d'écart."

Propos recueillis par Sergio Lillo

Article suivant
Étape 12, motos - Après trois abandons, Sunderland remporte le Dakar !

Article précédent

Étape 12, motos - Après trois abandons, Sunderland remporte le Dakar !

Article suivant

Loeb - "On a tout donné, jusqu'au bout"

Loeb - "On a tout donné, jusqu'au bout"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar 2017
Catégorie Étape 12 : Rio Cuarto - Buenos Aires
Pilotes Stéphane Peterhansel
Équipes Peugeot Sport
Auteur Emmanuel Rolland
Type d'article Réactions