Formule 1
03 juil.
Événement terminé
10 juil.
Événement terminé
17 juil.
Événement terminé
04 sept.
EL1 dans
23 jours
11 sept.
Prochain événement dans
30 jours
25 sept.
EL1 dans
44 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
Prochain événement dans
58 jours
23 oct.
Prochain événement dans
72 jours
31 oct.
Prochain événement dans
80 jours

Alonso : "Égoïste, c'est la dernière chose que je suis"

partages
commentaires
Alonso : "Égoïste, c'est la dernière chose que je suis"
Par :
7 févr. 2020 à 08:04

Fernando Alonso estime qu'il n'est pas un pilote "égoïste" et qu'il y a eu beaucoup de "mensonges" sur sa carrière en F1.

Fernando Alonso a du mal à se défaire de son image de pilote individualiste qui est prêt à sacrifier la bonne entente au sein de son écurie sur l'autel de sa propre ambition. À l'heure où il cherche à revenir en Formule 1 à l'horizon 2021, le Champion du monde espagnol tente de battre en brèche cette vision que beaucoup ont de lui. Pour cela, il revient sur son passage chez Ferrari.

"Je sais que nous n'avons pas gagné le championnat, mais nous nous sommes battus et avons tout donné", a-t-il déclaré pour F1 Racing. "Nous avons vraiment travaillé très dur pour chaque résultat et la vie en dehors de la voiture était super. C'était une belle époque de ma vie, de vivre à Maranello. J'avais beaucoup d'amis là-bas, avec Felipe [Massa] et Jules [Bianchi] qui était à l'Académie. Chaque vendredi après-midi, nous jouions au football ensemble avec les mécaniciens et les ingénieurs. C'était intense émotionnellement. Être un pilote Ferrari vous donne beaucoup de satisfaction dans la voiture et en dehors. Nous avons juste manqué le championnat de quelques points pendant une ère de domination Red Bull."

Lire aussi :

De la finale de 2012 sont restées quelques images, comme celle d'un Alonso casqué, face caméra, le regard plongé dans le vide. Mais l'Espagnol assure que ce n'était pas le cas. "Il y a des mensonges concernant ma carrière. Je suis sorti de ma voiture et je regardais Felipe, qui pour une raison quelconque n’arrêtait pas de pleurer. Il était avec ses mécaniciens et sa femme, donc j'étais debout à l'attendre, pour voir s'il allait bien. L'histoire selon laquelle j'étais sous le choc ou triste ; non, ça ne m'importe pas autant. Je voulais prendre Felipe dans mes bras."

"J'ai entendu des gens dire que j'avais été égoïste dans ma carrière", poursuit-il. "Chez Ferrari et dans d'autres équipes, j'ai toujours eu l'habitude de partager ma prime avec mes mécaniciens. Je pensais que si nous obtenions un podium ou une victoire, ce n'était pas seulement mon travail mais celui de l'équipe. Donc, si je gagnais 30'000 dollars, je les partageais avec mon équipe. Quand je rejoins un projet, je m'engage à 100% avec cette équipe et je dédie ma vie à cette équipe et à ces gars, et ils apprécient ça. Égoïste, c'est la dernière chose que je suis. Est-ce que c'est parce que j'ai été meilleur que mes équipiers ? Je ne peux pas en être désolé."

La F1 ne perçoit "aucun signe" d'un retrait de Mercedes ou Renault

Article précédent

La F1 ne perçoit "aucun signe" d'un retrait de Mercedes ou Renault

Article suivant

Vettel de retour chez Red Bull ? "Pas possible" selon Marko

Vettel de retour chez Red Bull ? "Pas possible" selon Marko
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Auteur Fabien Gaillard