Les équipes autorisées à pousser davantage le moteur Renault

Renault a autorisé les trois écuries qui utilisent ses unités de puissance à extraire davantage de performance, sur la base de la bonne fiabilité affichée depuis le début de la saison.

L'écurie d'usine du Losange, mais également ses équipes clientes que son Red Bull Racing et McLaren, ont toutes les trois la possibilité d'employer des modes moteur plus performants à Shanghai ce week-end, par rapport à ce qui leur était permis en Australie et à Bahreïn. 

Lors des deux premiers Grands Prix de l'année, l'unité de puissance Renault s'est avérée plutôt fiable, à l'exception de la défaillance rencontrée par Daniel Ricciardo à Sakhir le week-end dernier. Le constat a poussé le motoriste de Viry-Châtillon à débrider certains modes conservateurs jusqu'à présent dans la manière d'exploiter l'unité de puissance.

"Nous faisons ce que nous avions dit que nous ferions", explique à Motorsport.com Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "Nous voulions confirmer la fiabilité, ce que nous avons fait jusqu'à présent. Nous avons rencontré un incident avec Ricciardo, mais la raison est encore inconnue à l'heure où nous parlons. Nous ne sommes pas encore certains de l'origine du problème, si c'est lié au châssis ou au moteur. C'était un problème électrique, qui a évidemment touché les batteries." 

"Excepté cela, c'est plutôt correct au niveau du moteur à combustion et de l'ERS. Il est évident que nous poussons les choses à l'extrême au niveau de l'utilisation et de l'opération du moteur. Cela commence à avoir une certaine incidence, en particulier sur un circuit comme celui-ci [en Chine], qui a une certaine sensibilité par rapport à la gestion de l'énergie."

 Abiteboul a rappelé que les trois équipes utilisant l'unité de puissance française avaient recours à des paramètres d'exploitation identiques : "Absolument, ça a toujours été notre philosophie de le faire, avant tout type de réglementation, et en plus de ça, il y a maintenant une règle, donc de toute manière il n'y a pas le choix ! Nous sommes très transparents à cet égard."

Renault prévoit de franchir un nouveau cap lorsque le deuxième moteur de la saison commencera à être utilisé par les pilotes, avec notamment une évolution importante au niveau du MGU-K.

"Tant que nous respectons notre plan au niveau matériel, ce sera pour la deuxième unité de puissance, qui n'arrive pas avant un moment", précise Abiteboul. "Pour le moment, c'est plus lié à l'énergie. Nous aurons d'autres choses qui arriveront pour le moteur à combustion, ainsi qu'avec le carburant un peu plus tard, en fonction des équipes, car nous n'utilisons pas le même."

Propos recueillis par Adam Cooper

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Circuit Shanghai International Circuit
Équipes Red Bull Racing , McLaren , Renault F1 Team
Type d'article Actualités
Tags cyril abiteboul, renault