Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
EL1 dans
2 jours
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
9 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
EL1 dans
30 jours
13 août
-
16 août
EL1 dans
37 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
51 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
58 jours

Berger : Ferrari risque d'écraser Binotto sous les responsabilités

partages
commentaires
Berger : Ferrari risque d'écraser Binotto sous les responsabilités
Par :
20 avr. 2019 à 10:00

Gerhard Berger estime que si Mattia Binotto est un "bon choix" pour diriger la Scuderia Ferrari, la concentration des responsabilités entre les mains du technicien représente un risque.

Ancien de la Scuderia Ferrari, où il a été pilote entre 1987 et 1989 puis entre 1993 et 1995, Gerhard Berger juge que le nouveau team principal de l'écurie, Mattia Binotto, nommé cet hiver en remplacement de Maurizio Arrivabene, est un bon choix de la part de la structure de Maranello.

"J'ai une très bonne opinion [de lui]", a déclaré celui qui a remporté 10 Grands Prix au cours de sa carrière, même s'il se méfie de la concentration des responsabilités entre les mains d'un seul homme. "Le truc habituel avec Ferrari est que quelqu'un est nommé responsable et qu'il a toutes les responsabilités."

Lire aussi :

"Je dis toutes les responsabilités parce que quand vous regardez chez Red Bull, vous avez le génie Adrian Newey, vous avez un Christian Horner qui est compétent et puis vous avez le requin Helmut Marko. Ensuite vous regardez chez Mercedes : Toto [Wolff] très compétent, le génie du côté moteur Andy Cowell, et vous avez Niki [Lauda] qui n'est malheureusement pas là actuellement."

"Chez Ferrari, vous avez Binotto. Je ne sais pas si c'est suffisant. Je pense que Binotto est un grand technicien. Il est capable de faire ce qu'il fait. Il est juste [important] qu'il ne prenne pas trop de temps sur ses forces, peut-être pour des discussions politiques ou autre, et qu'il manque de temps pour la principale [chose qu'il fait bien]. Mais je pense vraiment qu'il est compétent, sur le plan de la personnalité c'est un bon choix. Je pense qu'il est le bon choix pour Ferrari."

Lire aussi :

Malgré tout, la pression médiatique inhérente au poste désormais occupé par celui qui était jusqu'alors directeur technique est un risque. "Le danger désormais c'est que les médias ont tellement envie que Ferrari soit en lutte pour le championnat qu'ils s'attendent parfois à trois pas en avant d'un seul coup. Si vous voulez faire trois pas en avant, vous allez peut-être tomber."

"S'il est capable de tout ignorer, et juste d'avancer... parce qu'ils sont performants. Ils sont rapides, c'est juste qu'ils ne battent pour l'instant pas Mercedes. [...] S'ils gardent leur calme et travaillent, ils vont gagner [le titre cette année] ou peut-être l'année prochaine. Le plus important est de rester calme et de ne pas perdre à nouveau. Je pense qu'ils sont sur la bonne voie."

"Si tout repose sur Binotto..."

Berger évoque également les succès des années 1990-2000 de Ferrari, et notamment le rôle de Michael Schumacher dans le redressement de Ferrari ainsi que le partage des responsabilités à la tête de la Scuderia à l'époque. "Michael aurait été très compétent pour endosser un rôle chez Ferrari. Une de ses grandes forces était de savoir comment associer les gens pour en tirer le maximum."

"Quand il est venu chez Ferrari, il a dit : 'Ross [Brawn], tu viens avec moi, Rory [Byrne], tu viens avec moi'. En cela, il était très bon et en cela il a un avantage sur Sebastian [Vettel]. Michael était fantastique dans le fait de rassembler des gens pour son équipe." 

"À nouveau, vous aviez trois personnes : vous aviez Rory, le génie de l'époque, vous aviez Ross et vous aviez Jean Todt, qui gérait le côté politique et les règles. Je ne sais juste pas qui va occuper certains rôles chez Ferrari, parce que si tout repose sur Binotto, ça va être un peu lourd."

Article suivant
Sainz : Netflix a montré que les pilotes devaient s'exprimer davantage

Article précédent

Sainz : Netflix a montré que les pilotes devaient s'exprimer davantage

Article suivant

Rétro 1974 - L’arrivée de Niki Lauda chez Ferrari

Rétro 1974 - L’arrivée de Niki Lauda chez Ferrari
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Fabien Gaillard