Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Ricciardo, la force tranquille

Daniel Ricciardo a été défié à de nombreux égards en 2017 mais a comme toujours répondu présent.

Bilan saison - Ricciardo, la force tranquille

Secoué en qualifications par un Max Verstappen décidément spectaculaire en qualifications, l’Australien a cependant mis en exergue sa vision de la course, sa gestion d’un week-end sur sa globalité et son assistance pointue auprès du team dans la validation des directions de réglages et de développements, pour s’imposer comme un vrai roc et un très demandé pilier du marché des transferts.

Ce n’est pas Ricciardo qui s’opposera à une confrontation directe face à un pilote coté du plateau. Après avoir imposé sa loi à Sebastian Vettel au cours de leur seule année de collaboration – au point de sans doute accélérer la décision de celui-ci de quitter Red Bull pour porter la combinaison Ferrari de ses rêves –, le #3 ne rechigne pas face à un duel interne à gros enjeux depuis l’arrivée du chouchou Max Verstappen dans l’étable Red Bull, tout comme il fait savoir qu’être associé au quadruple Champion du monde Hamilton au summum de sa carrière chez Mercedes représente un défi sportif dont il se délecterait.

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing fait un shoey

Ricciardo sera-t-il le prochain Champion du monde de Red Bull Racing ? Peut-être ne reste-t-il plus qu’une saison pour le faire, celle de sa dernière année de contrat en date avec le team anglo-autrichien. Sans doute le pilote le plus sollicité de la grille pour 2019, Ricciardo sait en tout cas qu’il dispose d’options pour son futur : serein et porté en estime par les directeurs d’équipe qui savent à quel point Red Bull s’appuie sur lui pour valider le développement de l’auto et déterminer les pistes de réglages week-end après week-end, tout en jouissant d’une excellente réputation dans et en dehors de l’auto, Ricciardo est encore jeune et n’attend que la bonne monoplace pour enfiler les succès comme des perles. Red Bull, Mercedes, Ferrari, Renault, McLaren sont autant de portes pouvant être ouvertes de manière pluriannuelle si l’Australien y trouve son compte.

Avec une moisson mathématique de 200 points cette saison (décevante lorsque l’on a des ambitions comme les siennes), Ricciardo manque d’un rien la quatrième place du championnat, reprise de justesse par un Kimi Räikkönen indéchiffrable. Aucune des courses dont il a vu l’arrivée n’a été achevée au-delà de la sixième place ; neuf le furent sur le podium, et trois des quatre dernières, tout de même, par un abandon relatif à la fiabilité. Mais au contraire du Finlandais, l’adapte du shoey a sabré le champagne de la victoire en 2017.

Il n’y a pas eu une saison, ces quatre dernières années, lors de laquelle Ricciardo a disposé de la meilleure voiture du plateau – ni même, souvent, de la seconde meilleure. Pourtant, dès que l’occasion de victoire s’est présentée, l’Australien a su la convertir, quelles que soient les circonstances, et souvent avec la manière, à grand renfort de beaux dépassements – il est celui qui a réalisé le plus de manœuvres gagnantes en 2017.

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13, contraint à l'abandon

La Hongrie, cette année, aurait pu être une occasion de victoire : au lieu de cela, elle poussa le souriant pilote Red Bull dans ses retranchements, avec une collision dès le premier tour provoquée par son jeune équipier. En ébullition dans les instants suivant le contact, Ricciardo est parvenu à éviter la montée en sauce de la rivalité interne pourtant tentante dans le contexte du moment.

La tension aurait aussi pu monter d’un cran lorsqu’il découvrit par voie de presse que Verstappen disposait de la seule évolution du moteur Renault en fin de saison, et ce quelques jours seulement après la signature d’une prolongation de contrat de celui-ci avec le team pour plusieurs années, alors que la fiabilité de son package commençait à faire sérieusement défaut au moment même où les performances de Red Bull lors du dernier tiers de saison permettaient de venir jouer les arbitres entre Mercedes et Ferrari, et offraient deux succès à Verstappen en quelques semaines…

Red Bull, le bilan

partages
commentaires
Portrait chinois : qui es-tu, Romain Grosjean ?

Article précédent

Portrait chinois : qui es-tu, Romain Grosjean ?

Article suivant

Bilan technique - Les évolutions de la Ferrari SF70H

Bilan technique - Les évolutions de la Ferrari SF70H
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021