Bilan F1 2017
Dossier

Bilan F1 2017

Bilan saison - Stroll, tant de choses à prouver

Au terme de sa première saison en discipline reine, Lance Stroll a sans doute laissé en suspens autant de questions qu’à ses débuts.

Bilan saison - Stroll, tant de choses à prouver

L’arrivée du jeune pilote canadien en Formule 1 s’est accompagnée d’un lot de critiques le cataloguant directement comme un pilote payant uniquement, richement soutenu par son père, le milliardaire Lawrence Stroll, alors même qu’il sortait d’une saison intéressante en F3 Europe avec 14 victoires en 30 courses et un titre empoché à quatre manches du terme.

Malheureusement pour lui, les débuts au volant de la FW40 n’ont pas été idéaux. Sorti de piste à plusieurs reprises lors des essais de Barcelone et obligeant Williams à manquer une journée et demie de roulage, Stroll ne s’est pas fait le cadeau de la discrétion qui aurait été, dans sa situation, un vrai luxe. Pilote de 18 ans à ses débuts au volant de monoplaces qui avaient cette année une vitesse de passage en virage bien plus élevée que les saisons précédentes (et que la monoplace avec laquelle il a pu se faire la main sur certaines pistes), sans doute a-t-il vu que la marche était très haute.

Loin du compte en qualifications

Aux côtés de Felipe Massa, pilote parti à la retraite puis rattrapé de justesse suite au départ de Valtteri Bottas chez Mercedes et plus vraiment à son meilleur niveau, le Québécois a été particulièrement inexistant en qualifications. Outre le score de 17 à 2 en faveur du Brésilien, qui est déjà problématique, Stroll a accusé un retard moyen de près de sept dixièmes et surtout sans que de véritables signes de progression, en performance pure, ne soient visibles ou suffisamment notables au fil des 20 Grands Prix.

Crash de Lance Stroll, Williams FW40

En course, le bilan est loin d'être excellent mais est un peu plus contrasté. Après trois abandons lors des trois premiers GP, Stroll finira par inscrire ses premiers points en F1 à domicile et s’illustrera globalement par la suite en parvenant à saisir de belles opportunités de briller. Ainsi, juste après Montréal, il prendra la troisième place du mouvementé Grand Prix d’Azerbaïdjan, faisant de lui le seul pilote n’appartenant pas à Mercedes, Ferrari ou Red Bull à être monté sur le podium en 2017. Si la statistique est belle, elle ne doit pas retirer le fait que le déroulé de cette course a grandement favorisé ce résultat, et notamment un improbable problème de suspension pour Massa qui naviguait devant lui, sans que la performance du numéro 18 ne soit réellement notable en elle-même. Mais quand les autres ne finissent pas ou connaissent des problèmes, il est un atout de ne pas se faire remarquer.

Un classement en trompe-l'oeil

Peut-être plus intéressante fut sa gestion quasi parfaite des conditions de piste lors des qualifications du Grand Prix d’Italie, disputées sous une forte pluie. Alors que la Williams n’est pas, depuis plusieurs saisons, à l’aise dans les conditions humides, Stroll s’est offert une belle quatrième place en Q3, l’autorisant à partir du deuxième rang sur la grille au jeu des pénalités (seul pilote non Mercedes, Ferrari et Red Bull à s'être élancé de la première ligne en 2017). Il finira septième le lendemain sur piste sèche, et ce bon résultat sera suivi par deux huitièmes positions à Singapour dans des conditions humides là encore, puis en Malaisie lors d’une épreuve plus conventionnelle. Il retrouvera une dernière fois le top 10 à Mexico, avec une belle sixième position avant deux Grands Prix très compliqués pour conclure l’année.

Au classement général, le Canadien a terminé à trois points de son équipier. Un résultat qui pourrait paraître satisfaisant mais qui a tout de même tout du trompe-l'oeil tant la différence de niveau entre les deux hommes a souvent été criante. Stroll a souvent remonté ses mauvaises qualifications en course, c'est sûr, mais rien n'aurait été moins normal au volant de la cinquième monoplace du plateau.

Lance Stroll, Williams FW40

Le numéro 18 est un jeune pilote et contrairement à d’autres ces dernières années, la classe qu’il a sauté entre la F3 Europe et la F1 est sans doute plus difficile à appréhender. Le problème de cette saison d’apprentissage est qu’elle n’a pas offert de réponses à des questions basiques, laissant assez peu d’indices sur le niveau potentiel de Stroll mais aussi sur sa capacité à trouver la vitesse quand cela est nécessaire. Ses détracteurs verront la confirmation de son manque de talent, ses défenseurs la confirmation d'un potentiel à débloquer, sans qu'il soit facile de faire pencher la balance de façon réaliste entre ces deux positions.

2018 aura une importance toute particulière dans son parcours. Certes soutenu par son écurie, au sein de laquelle l'influence de sa famille n'est plus à établir, il devra sans doute véritablement montrer de quoi il est capable au risque d'un enterrement, au moins d'un isolement, au sein d'une structure qui n'aurait pas vraiment le choix de le faire courir ou non. Les risques sont multiples et les enjeux suffisamment remarquables pour Stroll, qui a tant à prouver et qui aura de moins en moins de temps pour le prouver.

La chiffres de Williams en 2017

Williams, le bilan

partages
commentaires
La FIA restreint l'éligibilité à la Super Licence Essais Libres
Article précédent

La FIA restreint l'éligibilité à la Super Licence Essais Libres

Article suivant

Renault n'aurait "jamais rêvé" de tels progrès avec son moteur

Renault n'aurait "jamais rêvé" de tels progrès avec son moteur
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021