Bottas estime qu'il y a "trop d'essais libres" lors des Grands Prix

Valtteri Bottas était satisfait d'avoir signé la pole dans l'ultime tentative de Q3 et a indiqué avoir aimé les essais libres réduits avant l'exercice des qualifications au Grand Prix de l'Eifel.

Bottas estime qu'il y a "trop d'essais libres" lors des Grands Prix
Charger le lecteur audio

Auteur de sa troisième pole position de la saison, Valtteri Bottas a battu Lewis Hamilton de deux dixièmes et demi dans un week-end particulier marquant le retour du Nürburgring, par des conditions fraîches et avec deux séances d'essais libres en moins en raison du brouillard ce vendredi. Le Finlandais est revenu après coup sur sa performance mais aussi sur le déroulé de ce Grand Prix particulier duquel il espère bien ressortir vainqueur.

Lire aussi :

Valtteri, bravo, trois secteurs en violet...

Oh, merci. C'est une belle sensation quand vous y parvenez dans le dernier tour, pour la dernière chance. Le dernier en Q3 était impeccable. C'était ce qu'il me fallait et, oui, c'était agréable de le réussir. Il était évidemment délicat, avec les essais raccourcis dans ces conditions, que les pneus soient dans la bonne zone dans le tour de sortie. C'était une des choses les plus importantes aujourd'hui.

La préparation des pneus a été la clé ? 

Oui, bien sûr. Nous quittions le garage plus ou moins au même moment [avec Lewis Hamilton], et c'était son choix de sortir en premier. Mais il y a toujours différentes choses que vous pouvez essayer de faire dans un tour de sortie, qu'il s'agisse de freinage, de zigzag, ce genre de trucs. Mais, en fin de compte, les pneus étaient dans la bonne zone et puis le tour était vraiment bon, et je l'ai vraiment apprécié.

Vous pouvez gagner demain ?

Évidemment que j'y crois. C'est le seul objectif pour demain, et avec un peu de chance nous pourrons prendre un bon départ.

C'est la pole la plus satisfaisante de l'année ?

Hmm... Je ne sais pas. Cette saison peut-être, je ne me souviens pas vraiment. C'est toujours un beau sentiment d'être en pole, mais oui, avec ce tour, c'était plutôt propre et tous les détails étaient bons. J'avais également du mal dans le premier secteur tout au long des qualifications, mais dans le dernier tour j'ai véritablement réussi à le passer plus ou moins comme il fallait, donc c'était une belle sensation.

Vous êtes toujours sur la dynamique du Grand Prix de Russie ? 

Oui, bien sûr, mais demain sera un autre jour. Il faut juste se concentrer sur les petits détails qui vont compter, et le premier d'entre eux sera le départ. Je ne peux pas trop fêter la pole, car ce qui comptera vraiment c'est demain.

Lire aussi :

Avec une véritable préparation pour les qualifications, quel temps resterait-il à gagner avec votre package, pilote et voiture ?

Avec plus d'essais libres ? Difficile de dire un nombre, mais vous savez, assurément, sans aucun doute, plus vous faites d'essais, plus vous réglez de détails, surtout le vendredi, où vous avez la nuit complète entre les séances pour vous pencher sur des trucs et apprendre des choses sur la voiture et le pilote. Je pense qu'avec plus d'essais, nous aurions été un petit peu plus rapides. Je ne sais pas, je ne peux pas donner de chiffres.

Je trouve qu'actuellement, lors d'un week-end normal, il y a trop d'essais libres. Tout le monde trouve sa voie et ses réglages, et les choses sont optimales en termes de pilotage et de réglages, mais s'il y avait un peu moins d'essais, peut-être que certaines équipes pourraient bien faire, certains gars pourraient bien faire, d'autres non. J'aime bien qu'il y ait un peu moins d'essais.

Vous avez été en piste tôt avec les mediums en Q2, pourquoi cela ? Vous pensiez passer en Q3 avec ces gommes ? 

Nous avons testé le pneu medium ce matin en essais libres, mais quand nous l'avons fait, c'était une piste plutôt verte, donc il était difficile d'avoir une vraie lecture du pneu, de son comportement quand la piste allait s'améliorer. Pour moi, ce run était assez mauvais. Je n'arrivais pas à mettre suffisamment de température dans les pneus lors des tours de sortie. Je suis heureux d'être sur les tendres.

Vous semblez toujours à l'aise quand la piste est verte, quelles sont les raisons selon vous ? Cela appuie sur votre capacité à trouver de l'adhérence ? 

Je ne sais pas si je suis meilleur que d'autres pilotes. Chaque pilote en F1 doit être immensément talentueux et s'adapter à différentes conditions, apprendre vite, virage après virage, tour après tour. Je ne sais pas, j'aime vraiment ça, j'ai toujours aimé le processus consistant à trouver rapidement les petits détails. Depuis que je suis enfant, que je pilote différents types de véhicules, que ce soit sur glace et neige, ou dans toutes les conditions, j'ai toujours aimé ça. Par chance, quand j'étais jeune, j'ai trouvé ça plutôt intéressant, ce processus pour être rapidement à un certain niveau et puis progresser. Je ne peux pas dire plus. Je pense que tous les pilotes ici sont talentueux.

Comment le froid va-t-il impacter la course et la gestion des pneus ? 

Je pense qu'il y a beaucoup d'inconnues pour chacune des écuries avec le manque de roulage. Il n'y a pas tellement de données, en dehors des tests hivernaux, dans ce genre de températures. Je crois que quand nous retirerons les tendres en course, nous serons un peu dans l'inconnu concernant le comportement, même dans le premier relais. Espérons que ça la rende intéressante.

partages
commentaires

Voir aussi :

Hamilton voulait les pneus mediums pour le départ
Article précédent

Hamilton voulait les pneus mediums pour le départ

Article suivant

Pérez : Racing Point a "foiré" sa stratégie en qualifications

Pérez : Racing Point a "foiré" sa stratégie en qualifications