Hamilton voulait les pneus mediums pour le départ

Lewis Hamilton voulait prendre le départ du Grand Prix de l'Eifel en pneus mediums, dimanche au Nürburgring, mais accepte la décision de son équipe qui place les deux pilotes Mercedes sur une stratégie identique.

Hamilton voulait les pneus mediums pour le départ
Charger le lecteur audio

Battu par Valtteri Bottas lors des qualifications du Grand Prix de l'Eifel, Lewis Hamilton a fait savoir qu'il voulait se qualifier en pneus mediums pour prendre le départ avec ces gommes lors de la course dimanche. Le Britannique s'est toutefois rangé derrière la décision de Mercedes, qui a renvoyé ses deux pilotes en piste pour une deuxième tentative en gommes tendres lors de la Q2. Bottas n'était que huitième après son premier essai et Hamilton deuxième, et le Champion du monde était en position d'accéder à la Q3 avec les mediums.

"J'aurais pu passer avec ces pneus", explique-t-il. "Je voulais prendre le départ avec, car j'aime toujours faire quelque chose de différent, mais l'équipe a choisi de nous mettre sur le même type de pneus. Nous verrons demain si c'était le bon choix. Je suis certain que ça l'est. Ça aurait été un peu plus difficile avec l'autre."

Lire aussi :

Hamilton fait donc entière confiance au choix de son équipe, même s'il devra s'élancer avec la même stratégie en course que son coéquipier dimanche après-midi. Un voisin de garage qui l'a battu de plus de deux dixièmes pour le gain de la pole position, alors que Max Verstappen aurait même pu chiper sa place en première ligne à Hamilton. Forcément, ce dernier cherche quelques explications à ce résultat. "Je vais devoir regarder [les données] mais en Q2 je me sentais bien, et quand je suis arrivé en Q3 ce n'était tout simplement plus le cas, le grip ne semblait plus être le même", note-t-il.

Les conditions de piste ont rendu les débats particulièrement complexes ce samedi, avec des températures fraiches et un asphalte qui n'a jamais excédé les 16°C. Ce froid complique la mise en température des pneus avant et Hamilton redoute justement ce phénomène pour la course, en fonction des événements qui pourraient se produire.

"Quand la piste est plus froide, l'effet habituel est de faire souffrir davantage les pneus avant", fait-il remarquer. "Nous avons généralement plus de sous-virage dans ce cas. S'il y a des interventions de la voiture de sécurité et des restarts, nos pneus auront du mal, c'est certain. Nous sommes tous dans le même bateau. Je ne sais pas vraiment jusqu'où iront les pneus, mais généralement, quand il fait plus froid, ils peuvent aller un peu plus loin car ils fonctionnent dans une fenêtre légèrement différente. J'espère que, d'une manière ou d'une autre, ça restera passionnant demain."

partages
commentaires

Verstappen déçu de ne pas avoir battu Mercedes pour la pole

Bottas estime qu'il y a "trop d'essais libres" lors des Grands Prix