Pour Wolff et Vasseur, Briatore a droit à une seconde chance

Le retour dans le paddock de Flavio Briatore, un peu moins de 15 ans après le scandale du Crashgate, est accueilli comme une bonne chose par Toto Wolff et Frédéric Vasseur.

Flavio Briatore, conseiller exécutif Alpine F1, Toto Wolff, Team Principal, Mercedes-AMG F1 Team

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Après plusieurs semaines de rumeurs, le retour de Flavio Briatore dans un rôle officiel au sein d'une écurie F1 a été annoncé la semaine passée, avant le GP d'Espagne. L'Italien, qui fut le maître d'œuvre des succès de Benetton dans les années 1990 et de Renault dans les années 2000, est désormais "conseiller exécutif" de Luca de Meo pour la discipline reine. 

Outre l'aspect étonnant d'une fonction "exécutive" pour un poste de conseiller, c'est bien entendu le fait que cette nomination acte le retour dans le paddock de la tête pensante derrière le scandale du Crashgate qui a beaucoup fait parler. Si le directeur d'Alpine, Bruno Famin, a balayé d'un revers de main toute interrogation morale en affirmant être tourné vers l'avenir, certains de ses homologues ont globalement adopté le discours de la "seconde chance".

Lire aussi :

C'est notamment le cas du directeur de Mercedes, Toto Wolff, par ailleurs grand ami de Briatore : "Je pense qu'il faut donner la possibilité de rebondir dans ce genre de situation. J'ai connu Flavio comme un homme d'affaires extrêmement intelligent. Il possède un grand savoir-faire en Formule 1. Tous les avis que j'ai reçus au cours des dix dernières années, depuis que je suis en contact plus étroit avec lui - et j'ai une relation amicale avec lui - ont été utiles d'une certaine manière."

"Comme Bruno l'a dit, 40 ans de Formule 1 apportent beaucoup d'expérience et d'expertise. Et je pense que tout le monde mérite l'opportunité de revenir. Et pour moi, c'est sûr, avoir un autre esprit intelligent chez Alpine, quelqu'un qui est capable de simplifier les choses et d'appliquer le bon sens, c'est de toute façon, dans la position où se trouve Alpine aujourd'hui, un avantage."

Une vision partagée par Frédéric Vasseur, le patron de la Scuderia Ferrari, qui estime que Briatore a "payé" : "Globalement, je pense que c'est probablement, comme Bruno l'a dit, un pas en avant pour Alpine. Et c'est finalement une bonne chose pour la F1 qu'Alpine revienne dans la bataille. Nous connaissons l'histoire [du Crashgate] et je pense qu'il en a payé le prix et si maintenant il est autorisé à revenir, il peut revenir."

Toto Wolff, Bruno Famin, Frédéric Vasseur et Alessandro Alunni Bravi en conférence de presse à Barcelone.

Toto Wolff, Bruno Famin, Frédéric Vasseur et Alessandro Alunni Bravi en conférence de presse à Barcelone.

Quant à Alessandro Alunni Bravi, directeur de Stake F1 et qui ne connaît pas personnellement son compatriote, il a mis en avant les réussites sportives et commerciales de Briatore : "Je suis bien sûr d'accord avec ce qu'ont dit Toto et Fred. Je ne juge jamais quelqu'un si je ne le connais pas personnellement et si je n'ai pas eu de relation avec lui, donc je ne suis pas en position de juger Flavio. Je ne peux que regarder les résultats qu'il a obtenus en F1 et ce qu'il a apporté à la F1 sur le plan commercial ces dernières années, en amenant des sponsors, en introduisant de nouveaux circuits qui ont joué un rôle important dans le développement de la discipline."

"S'il est en mesure de rejoindre l'équipe, cela signifie que le bannissement a expiré. Je pense donc que, comme Fred l'a dit, nous devons regarder vers l'avenir et donner aux gens une chance d'apporter leur contribution. Nous avons besoin de personnes intelligentes en Formule 1. Et je pense que Flavio, nous pouvons dire qu'il est intelligent."

Initialement banni à vie de la Formule 1 par la FIA en 2009 pour sa responsabilité dans le crash volontaire de Nelson Piquet au GP de Singapour 2008 afin de favoriser la course de Fernando Alonso, Briatore avait obtenu l'annulation de cette sanction devant la justice française en 2010.

Avec Filip Cleeren

VIDÉO - Le résumé du GP d'Espagne

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Alpine ne peut pas confirmer le ressenti "étrange" d'Ocon
Article suivant Bearman veut rester à l'écart des spéculations pour 2025 : "C'est malsain"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France