Brundle - Le job de Mercedes et Ferrari n'est pas de donner leurs armes à Red Bull

partages
commentaires
Brundle - Le job de Mercedes et Ferrari n'est pas de donner leurs armes à Red Bull
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
9 oct. 2015 à 09:05

La F1 fait face à un cas compliqué : d'un côté, Ferrari et Mercedes ont besoin de leur rival Red Bull pour ne pas devoir aligner de troisième auto. De l'autre, Red Bull demeure un team à battre.

Si l’atmosphère sur le circuit de Sotchi était pesante en Essais Libres 1 en raison des conditions de piste particulières, elle l’était encore plus dans le paddock, où la politique va bon train et que tout le monde s’agite pour tenter d’éviter une sortie de Red Bull et Toro Rosso au terme de la saison.

Un nouveau coup dur est venu frapper le team de Milton Keynes, Ferrari ayant refusé catégoriquement de fournir des unités de puissance au team, tout du moins dans la configuration souhaitée par l’équipe anglo-autrichienne, qui sollicite les mêmes évolutions du produit 2016 que le team d’usine de Maranello.

"Red Bull n’a pas de moteur, et je sais que beaucoup de monde dans le paddock et parmi les fans pense qu’ils le méritent en s’étant mis dans cette situation, mais Ferrari ne peut pas fournir de moteur 2016 à une autre équipe et ils sont catégoriques à ce sujet", juge Martin Brundle sur l’antenne de Sky Sports.

Red Bull dans une impasse

Cela ne donne ainsi plus le choix à Red Bull que de quitter la F1 et mettre son staff approchant du millier de personnes sur d’autres projet, ou de trouver une autre solution pour le moins incongrue, Mercedes ayant aussi refusé de reprendre les discussions après un refus initial.

"Rester avec le moteur Renault !", analyse Brundle, qui ne voit aucune autre issue. "Ferrari ; c’est un non absolu".

"Il faut donc reconstruire un pont avec Renault, je pense, et panser les plaies. Il leur faut trouver une façon de garder la bonne attitude. Mais Christian [Horner] ne souhaite pas faire de compromis. Du coup, je pense que si Renault est en F1 l’an prochain, ce sera avec Lotus".

Ecclestone à la rescousse

Les grands dirigeants du sport ont été vus en active discussion ce matin et le Grand Argentier de la F1 est passé d’un motorhome à l’autre pendant toute la matinée, s’agitant également avec Maurizio Arrivabene devant les caméras devant le Kremlin, son fameux motorhome personnel.

"Bernie ne peut pas se permettre de perdre quatre voitures de la grille", poursuit Brundle. "Qui, quand on arrive dans un nouveau pays, fait des runs de démo, excite les gens sur de nouveaux territoires, apporte un élément de marketing et de show biz en F1 ? C’est Red Bull. On ne peut pas se permettre de les perdre. Ils ont apporté des paillettes dans le sport. Mais c’est vrai que le job de Ferrari et Mercedes n’est certainement pas de donner les meilleures armes possibles à leurs adversaires. Pourquoi faire cela ? Surtout quand ils voient comment Red Bull traite son actuel partenaire. C’est comme partir en guerre et donner vos armes hi-tech à vos ennemis. Mais il faut trouver une solution et je suis certain que ceux qui gouvernent la F1 cherchent activement cela actuellement".

Prochain article Formule 1
Ecclestone défend la réalisation TV du GP du Japon

Article précédent

Ecclestone défend la réalisation TV du GP du Japon

Article suivant

EL1 - Hülkenberg ne Sotchipote pas avec l'état de la piste!

EL1 - Hülkenberg ne Sotchipote pas avec l'état de la piste!

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Lieu Sochi Autodrom
Équipes Ferrari Boutique , Red Bull Racing , Mercedes
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Analyse