Comment Ocon a "nettement progressé" chez Alpine

Confronté à Fernando Alonso chez Alpine, Esteban Ocon réalise un début de saison remarqué au volant de l'A521. Le directeur technique de l'écurie, Marcin Budkowski, revient sur les changements qui ont permis ce regain de forme après une saison 2020 en demi-teinte.

Comment Ocon a "nettement progressé" chez Alpine

Au terme des quatre premiers Grands Prix de la saison 2021 de Formule 1, Esteban Ocon pointe en neuvième position du classement des pilotes, à la tête d'un total de 10 unités. Si le bilan comptable n'est pas extraordinaire, l'impression laissée par le Français est tout autre. Confronté à Fernando Alonso, qui fait son retour dans la discipline reine après deux ans d'absence, Ocon fait pour le moment très bonne figure.

C'est en particulier dans l'exercice des qualifications que ses performances ont été remarquées, avec une sixième position sur la grille au GP du Portugal et une cinquième en Espagne, même si cela ne s'est pas forcément concrétisé en course, pour diverses raisons. Alonso lui-même a reconnu qu'il n'était pas au niveau de son équipier, même en donnant tout.

Lire aussi :

Interrogé sur les performances en hausse de son pilote par rapport à 2020 et sur les domaines dans lesquels il a progressé, Marcin Budkowski, le directeur technique d'Alpine, a expliqué : "Il s'est amélioré tout au long de la saison dernière, et il était de plus en plus proche de Daniel [Ricciardo] en qualifications. La confiance est une chose, la confiance dans l'équipe, la confiance en lui. Le podium [au GP de Sakhir 2020] a aidé."

Pour le technicien polonais, l'un des facteurs de ce changement est lié à la modification de l'entourage d'Ocon, qui a notamment changé d'ingénieur de course, Mark Slade laissant sa place à Josh Peckett. "Il a fait beaucoup de travail pendant l'hiver, c'est un pilote qui a nettement progressé, et on peut le voir dans sa manière d'aborder les séances. Nous avons fait des changements au niveau de l'équipe, nous avons remplacé son ingénieur de course pendant l'hiver."

"Il s'entend mieux avec son ingénieur de course et son équipe en général, c'est génial parce qu'il peut travailler de manière beaucoup plus constructive que l'année dernière. Et ensuite c'est de la confiance, ça se construit, et surtout dans ce genre de qualifications intenses [à Barcelone], où il faut tout construire et il faut ce genre d'osmose avec la voiture et l'équipe. Ça fait la différence."

Les performances de Barcelone, un "soulagement"

Pour Budkowski, la performance de Barcelone est d'ailleurs plus révélatrice et porteuse d'espoir que celle de Portimão. "Honnêtement, pour moi, c'est plus important qu'au Portugal. Et le Portugal était super parce que c'était après deux courses décevantes. On se mettait de la pression pour être performants. Le début de saison n'était pas à la hauteur de nos attentes, donc c'était une très bonne chose pour l'équipe, pour les pilotes, pour Esteban. C'était super pour tout le monde d'être sur la troisième ligne au Portugal, mais nous savions que les conditions étaient très compliquées. Et nous savions que nous avions amélioré la voiture, [mais] nous ne savions pas à quel point."

"Barcelone n'est pas seulement une référence en Formule 1, concernant où se situe votre voiture, c'est également un circuit qui n'était pas parmi nos favoris ces dernières saisons, et où nous avons été particulièrement mauvais l'année dernière. Donc c'est une combinaison de bonheur, de confirmation et un petit soulagement que les progrès que nous voyons sont en fait bien présents."

"Ceci étant dit, c'est super serré. Et quand c'est aussi serré, chaque centième est important, donc il y aura plus de choses à venir lors des prochaines courses, un petit peu plus, pas énormément. Cette saison, le développement est assez lent, mais [je suis] vraiment fier de la façon dont l'équipe a réagi, honnêtement, car le début de saison a été difficile et nous avons gardé la tête haute, nous avons travaillé vraiment dur et nous avons amélioré cette voiture."

Avec Oleg Karpov

partages
commentaires
Le "salaud" qui devint le premier Champion du monde F1
Article précédent

Le "salaud" qui devint le premier Champion du monde F1

Article suivant

Lewis Hamilton parmi les 10 sportifs les mieux payés au monde

Lewis Hamilton parmi les 10 sportifs les mieux payés au monde
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021