Alonso reconnaît ne pas être au niveau d'Ocon

Conscient de son manque de performance, Fernando Alonso va redoubler d'efforts pour tenter de se hisser au niveau d'Esteban Ocon dans les Grands Prix à venir.

Alonso reconnaît ne pas être au niveau d'Ocon

Jusqu'à présent, le rapport de force entre Fernando Alonso et Esteban Ocon chez Alpine tourne plutôt à l'avantage du Français en cette campagne 2021. À près de 40 ans, son coéquipier vient de faire son retour en Formule 1 après deux saisons d'absence et peine pour l'instant à retrouver son niveau d'antan, notamment en qualifications, où il a été battu par Ocon lors des trois derniers Grands Prix avec six dixièmes d'écart en moyenne. En course, c'était plus serré : une seconde seulement les séparait à Imola et au Portugal.

Lire aussi :

Inutile de dire qu'Alonso est impressionné par les performances d'Ocon qui, à 24 ans et cinq années après ses débuts dans l'élite, commence à avoir une certaine expérience en Formule 1. "Je pense qu'il est bon, et nous sommes en train de le voir", déclare l'Espagnol. "Il est en très bonne forme, actuellement pleinement intégré à l'équipe. Podium l'an dernier à Bahreïn, dans la dernière partie du championnat. Et maintenant, il fait des week-ends parfaits. Vous savez, c'est très bon, ce qu'il accomplit maintenant est impressionnant. Je me donne à 100%, et ce n'est manifestement pas suffisant pour être à ce niveau. Il faut donc que je continue à progresser."

"D'une certaine manière, nous en parlons, et nous nous y attendions un peu quand Carlos [Sainz] a rejoint Renault, il n'était pas aussi rapide que [Nico] Hülkenberg, je me rappelle les premières courses. On peut dire que Daniel [Ricciardo] était plus lent que Nico en 2019, et il était très bon en 2020, sa seconde année. Esteban était en difficulté l'an dernier avec Daniel et est bon dans sa deuxième année. Il semble donc que ce soit une équipe qui est un peu différente des autres et qu'une adaptation soit nécessaire."

"Bref, j'essaie de le faire aussi vite que possible. Comme je l'ai dit, je ne suis pas trop inquiet, ça va venir très vite – si ce n'est pas déjà le cas, car à Imola nous avons franchi la ligne d'arrivée ensemble, à Portimão nous avons franchi la ligne d'arrivée ensemble."

Lire aussi :

Quant à Ocon, lorsqu'il lui est demandé ce que cela fait de battre des champions comme Fernando Alonso mais aussi Max Verstappen, qu'il avait vaincu pour le titre de F3 Europe en 2014, le Normand est prompt à tempérer les ardeurs des journalistes : "Pour l'instant, je ne me bats pas pour le titre mondial. Clairement, j'ai encore beaucoup de travail pour ce faire. C'est certainement mon objectif, remporter le titre mondial à l'avenir."

"Je suis très content des progrès réalisés cette année, très content de travailler avec Fernando également. Vous savez, je pense qu'ensemble nous tirons l'équipe vers le haut. Il me pousse également dans mes retranchements en matière de performance."

Cet après-midi au Grand Prix d'Espagne, Ocon et Alonso tenteront en tout cas de signer un nouveau bon résultat en s'élançant cinquième et dixième respectivement à Barcelone.

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Tsunoda s'excuse auprès d'AlphaTauri après des propos maladroits
Article précédent

Tsunoda s'excuse auprès d'AlphaTauri après des propos maladroits

Article suivant

Carlos Reutemann hospitalisé en soins intensifs

Carlos Reutemann hospitalisé en soins intensifs
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021